Fermer

Périphériques

Découvrez les ordinateurs portables, les ordinateurs de bureau, ou encore des constructions fabuleuses telles que le Raspberry Pi

Périphériques

Dell divulgue accidentellement les nouveaux XPS 15 et 17, et ils sont élégants

Sur le marché des ordinateurs portables Windows, le XPS 13 de Dell est l’ordinateur portable à battre. Mais, les XPS 15 et XPS 17 sont également très attendues, et je ne serais pas surpris si nous les voyions officiellement annoncés dans les semaines à venir. En effet, si l’on en croit une nouvelle fuite d’un utilisateur sur Reddit, Dell a accidentellement diffusé une image des prochains XPS 15 et XPS 17 dans la section « Precision laptops » de son site web.

Nous nous attendions à ce que Dell rafraîchisse le XPS 15 en même temps que son homologue de 13 pouces, mais c’est aussi la première fois que nous voyions le XPS 17, plus grand, dont on entend parler depuis près d’un an.

L’image semble avoir été retirée, mais heureusement, u/WesolyKubeczek a pris une capture d’écran. Avant de plonger dans les détails de celle-ci, ce qui est le plus intéressant dans cette fuite, c’est qu’elle indique que Dell se prépare à annoncer officiellement ces appareils !  Les nouveaux modèles (en haut à gauche et à droite) sont beaucoup plus élégants qu’auparavant avec des bords d’écran plus petits, en particulier sur le « menton » inférieur (bord sous l’écran). Et, ils pourraient également comporter des écrans au format 16:10 plus carré.

Sur le côté droit de l’image, les ordinateurs portables semblent être les XPS 15 et XPS 17 (2020), tandis que les deux derniers semblent être des ajouts à venir dans la gamme Dell Precision. Si vous regardez de près l’ordinateur portable de gauche (qui est à moitié ouvert) on peut voir un pad numérique, que les modèles XPS n’ont jamais eu par le passé.

Les ports des modèles Precision sont également plus proches de l’avant de leur châssis, tandis que les ports des XPS 15 et 17 sont à l’arrière (la carte logique est plus proche de l’arrière de l’appareil pour loger sa grosse batterie). De plus, les Précision sont des modèles beaucoup plus épais.

Quelques détails

En ce qui concerne les spécifications, l’image ne fournit aucune information détaillée, mais elle confirme certains points évoqués par le passé. La chose la plus notable qui manque est un port USB-A sur l’une des configurations XPS de cette image, un choix qui est de plus en plus courant parmi les modèles compacts haut de gamme — Dell a déjà retiré l’USB-A du XPS 13 (2020).

Cependant, la photo montre une fente pour une carte SD sur le XPS 17, et ce qui semble être des haut-parleurs incrustés sur le haut des deux côtés des claviers. Le trackpad du XPS 15 semble plus grand que celui de son prédécesseur, tout comme les touches fléchées.

Bien que ces appareils aient fui sur une page Dell Precision, l’image suggère qu’au moins certains d’entre eux proviennent de la ligne XPS. Quant à l’arrivée d’un XPS 17, ce serait un ajout intéressant pour la société, notamment pour contrer le nouveau MacBook Pro de 16 pouces d’Apple.

Lire plus
Périphériques

La 10e génération Intel Core H devient officielle, et idéale pour les professionnels et le gaming

Intel annonce la prochaine vague de ses processeurs Core, et ces derniers vont être extrêmement véloces. En effet, aujourd’hui nous voyons la première série de processeurs Intel Core H « Comet Lake » de 10e génération pour les ordinateurs portables.

Il s’agit des puces les plus puissantes et les plus exigeantes d’Intel, conçues pour les ordinateurs portables de jeu haut de gamme et les machines professionnelles pour les utilisateurs qui ont besoin de la plus grande puissance. Les nouvelles puces ont un TDP de 45W, avec des vitesses d’horloge qui peuvent dépasser 5,0 GHz, une première pour les processeurs Intel.

La star du salon est le nouveau modèle Core i9, le Core i9-10980K, avec 8 cœurs, 16 threads et une vitesse d’horloge de base de 2,3 GHz qui peut atteindre 5,3 GHz. Mais Intel proposera plusieurs puces pouvant atteindre des vitesses de boost maximales de 5,0 GHz ou plus entre sa gamme i9 et i7 (les deux puces i5 atteignent leur maximum à 4,6 GHz et 4,5 GHz, ce qui est dérisoire). Il s’agit d’un grand pas en avant, Intel promettant d’offrir jusqu’à 44 % de performances globales en plus par rapport à un ordinateur portable de trois ans équipé d’un processeur Core i7-7820HK.

Les puces Core i9 et i7 possèdent également une nouvelle caractéristique qu’Intel appelle « Thermal Velocity Boost », qui aide Intel à atteindre ces vitesses de 5,0 GHz en augmentant automatiquement la fréquence d’horloge jusqu’à 200 MHz lorsque la température du processeur est de 65° ou moins (en supposant qu’il y ait de la puissance disponible).

Si vous avez suivi l’actualité, Intel sort depuis des mois ses puces de 10e génération dans les ordinateurs portables, avec ses processeurs Comet Lake gravés en 14 nm et ses nouvelles puces Ice Lake de 10 nm (qui offrent une meilleure autonomie, de meilleures performances et une plus grande efficacité grâce aux améliorations des processus). Mais jusqu’à présent, toutes ses puces de 10e génération étaient soit des puces de série Y à faible puissance conçues pour les modèles ultralégers comme le MacBook Air, soit des puces de série U de milieu de gamme.

Pour être clair, ces nouvelles puces sont toujours des puces Comet Lake conçues sur le processus de fabrication de 14 nm d’Intel. Elles n’utilisent pas le processus Ice Lake de 10 nm ou son successeur à venir, le processus Tiger Lake 10 nm+ que Intel a teasé au CES.

Des ordinateurs déjà disponibles

Cela signifie qu’une grande partie des avantages des puces Ice Lake 10 nm — y compris la puce graphique intégrée Iris Plus Gen 11 d’Intel — ne se retrouvent pas sur ces nouveaux ordinateurs portables. D’un autre côté, étant donné que presque toutes les machines de la série H auront un GPU mobile discret, une puce graphique intégrée plus lente n’est pas une grande perte.

Comme les autres puces Intel de 10e génération, les nouveaux modèles de la série H bénéficieront de certains des avantages de la gamme, comme la prise en charge intégrée du Wi-Fi 6 et du Thunderbolt 3. Toutes les nouvelles puces de la série H prendront également en charge la mémoire Optane d’Intel.

De nouveaux ordinateurs portables équipés de puces de la série H devraient être disponibles dans les semaines à venir. Des fabricants comme ASUS, MSI, Gigabyte, et d’autres viennent déjà d’annoncer de nouveaux périphériques. Quoi qu’il en soit, ces nouvelles puces arrivent juste à temps pour affronter les ordinateurs alimentés par les nouvelles puces Ryzen 4000 Série H d’AMD.

Lire plus
Périphériques

IBM lance un consortium COVID-19 sur le calcul haute performance pour aider les chercheurs

IBM a annoncé le lancement d’un consortium pour fournir aux chercheurs sur le coronavirus, alias COVID-19, la super puissance de calcul dont ils ont besoin. Alors que la pandémie de coronavirus balaie la planète, les chercheurs tentent désespérément de mettre au point des vaccins et des médicaments pour aider à ralentir la propagation.

Une grande partie de cette recherche implique l’utilisation de superordinateurs pour analyser les données et effectuer des calculs et des expériences qui prendraient des mois avec les ressources informatiques traditionnelles.

« Aujourd’hui, en collaboration avec le Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche, le ministère américain de l’Énergie et bien d’autres, IBM contribue au lancement du consortium COVID-19 High Performance Computing, qui apportera une puissance de calcul sans précédent — 16 systèmes avec plus de 330 pétaflops, 775 000 cœurs de processeur, 34 000 GPU et plus — pour aider les chercheurs du monde entier à mieux comprendre le COVID-19, ses traitements et ses potentiels remèdes », écrit Dario Gil, directeur de la recherche chez IBM.

« Comment les supercalculateurs peuvent-ils nous aider à combattre ce virus ? Ces systèmes de calcul haute performance permettent aux chercheurs d’effectuer un très grand nombre de calculs en épidémiologie, en bio-informatique et en modélisation moléculaire. Ces expériences prendraient des années à se faire si elles étaient réalisées à la main, ou des mois si elles étaient réalisées sur des plateformes informatiques traditionnelles plus lentes ».

Le consortium comprend « IBM, Lawrence Livermore National Lab (LLNL), Argonne National Lab (ANL), Oak Ridge National Laboratory (ORNL), Sandia National Laboratory (SNL), Los Alamos National Laboratory (LANL), la National Science Foundation (NSF), la NASA, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), Rensselaer Polytechnic Institute (RPI), et de nombreuses entreprises technologiques de premier plan ».

Au service de la santé

D’autres sociétés, dont Google, Amazon et Microsoft, ainsi qu’un certain nombre d’établissements universitaires, « contribuent également à beaucoup de choses différentes », a déclaré le président.

Selon Gil, IBM et le consortium vont commencer à évaluer les propositions du monde entier afin d’allouer au mieux les ressources informatiques aux chercheurs qui peuvent les utiliser le plus. C’est un autre exemple d’entreprises technologiques qui utilisent leurs vastes ressources pour aider les chercheurs dans la lutte contre la pandémie, et IBM doit être félicitée pour son rôle.

Lire plus