Fermer
OS

Ubuntu vous attend ! Canonical drague les utilisateurs de Windows 7

Ubuntu vous attend ! Canonical drague les utilisateurs de Windows 7

Le support de Windows 7 a officiellement pris fin, et les utilisateurs qui l’exécutent ont donc le choix entre trois options : rester avec Windows 7 et faire face aux risques de sécurité évidents, passer à une version de Windows plus récente, ou migrer vers une plateforme non Windows.

Il va sans dire que la fin du support de Windows 7 est le moment idéal pour que tout le monde commence à débaucher des utilisateurs, et sans surprise, Canonical, le développeur derrière la populaire distribution Ubuntu, est de ceux qui essaient de prouver que le passage à sa plateforme en vaut la peine.

Rhys Davies, chef de produit chez Canonical, joue la carte du matériel, expliquant que les utilisateurs de Windows 7 peuvent soit « acheter un nouvel ordinateur fonctionnant avec un autre OS », soit simplement installer Ubuntu, qui ne nécessite aucune autre mise à jour matérielle.

Davies poursuit en soulignant certaines des applications qui rendent la transition de Windows 7 à Ubuntu aussi transparente que possible, comme Google Chrome, Spotify, Blender, et Skype de Microsoft. « Avec ces applications, la plupart des utilisateurs de PC pourront travailler normalement. Vous pouvez continuer à faire des recherches sur le Web, écouter de la musique, regarder des films, parler avec vos amis et télécharger de nouvelles applications », explique Davies.

La sécurité est également l’un des domaines où Ubuntu excelle, explique Canonical, et le système d’exploitation est mis à jour « en arrière-plan pour maintenir la sécurité de votre ordinateur par défaut ». « Chaque ligne de code est minutieusement examinée et vérifiée par Canonical ou un membre de la communauté. Le code n’est pas implémenté tant qu’il ne fonctionne pas comme il est supposé le faire, et qu’il n’est pas vérifié pour les vulnérabilités. Il y a des employés à plein temps chez Canonical qui recherchent activement des bugs et des vulnérabilités”, note Davies.

Linux toujours à la traîne derrière Windows en parts de marché

Linux a longtemps été considéré comme une alternative viable à Windows, mais malgré les efforts pour convaincre davantage d’utilisateurs de faire le changement, sa part de marché est restée relativement faible. Par exemple, les données fournies par NetMarketShare pour le mois de décembre 2019 indiquent que Windows est installé sur 86,84 % des ordinateurs, suivi de macOS avec 11,09 %. Linux étant loin derrière, avec seulement 1,61 % de part de marché.

Il reste à voir si la part de marché de Linux augmente après la mort de Windows 7, d’autant plus que certains utilisateurs pourraient refuser la mise à niveau vers Windows 10 en raison de la nécessité d’investissements supplémentaires en matériel. Il est assez clair que la disparition de Windows 7 est une grande opportunité pour tout le monde dans l’écosystème des systèmes d’exploitation d’attirer plus d’utilisateurs. Cependant, une migration de masse est encore peu probable, principalement parce qu’un nombre important d’utilisateurs de Windows préfèrent s’en tenir à Windows pour conserver le facteur familier de l’OS.

Mots-clé : CanonicalUbuntuWindows 7
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.