Fermer
Apple

Votre prochain iPhone pourrait repérer l’éventuel voleur de celui-ci

Apple a déposé un brevet pour un système qui pourrait utiliser les capteurs d’un iPhone pour aider à identifier — et, espérons-le, l’attraper — le voleur par le suivi de leurs empreintes digitales et des photos.

La fonctionnalité brevetée fonctionnerait de façon semblable à certaines applications d’écran de verrouillage tiers pour Android, s’activant lorsqu’un mot de passe incorrect est saisi.

En plus des empreintes et des photos, le brevet mentionne également la collecte d’autres données au cours d’une présumée violation, comme l’heure, l’emplacement, l’audio, la vitesse de l’accéléromètre, la vidéo, et même la pression, rapporte AppleInsider.

Prise la main dans le sac (?)

Brevet pour identifier les éventuels voleurs
Brevet pour identifier les éventuels voleurs

En théorie, cela pourrait permettre de récolter des preuves circonstancielles beaucoup plus facilement contre les présumés voleurs, et être en premier lieu un moyen de dissuasion efficace contre le vol, un peu comme quand Apple a initialement mis en œuvre sa fonctionnalité de sécurité biométrique Touch ID avec l’iPhone 6.

Cela dit, il y a quelques préoccupations au sujet de la façon dont cette fonctionnalité de sécurité expérimentale peut gérer ces données. Le brevet mentionne utiliser des bases de données externes comme une potentielle solution pour stocker les données qu’elle rassemble.

À la lumière des récentes préoccupations sur la surveillance du gouvernement et du chiffrement du téléphone, la fonctionnalité pourrait se retrouver entre la tranquillité d’esprit et le fait d’accidentellement distribuer les données biométriques de votre ami à la police après que ce dernier ait souhaité bidouiller votre iPhone 8 pour faire une blague.

Mots-clé : brevetiPhone
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.