fermer
Mobile

La fonction satellite de Qualcomm pour les smartphones Android est en suspens

La fonction satellite de Qualcomm pour les smartphones Android est en suspens

Le Snapdragon 8 Gen 3 a été annoncé le mois dernier comme la puce qui équipera de nombreux smartphones Android haut de gamme à la fin de l’année 2023 et tout au long de l’année 2024.

Cependant, la fonction de messagerie par satellite promise par Qualcomm, Snapdragon Satellite, n’a pas été beaucoup évoquée, alors qu’elle était censée être prête pour le second semestre de cette année. Nous en connaissons désormais la raison probable. En début d’année, Qualcomm a dévoilé sa technologie Snapdragon Satellite, qui pourrait permettre aux smartphones de se connecter à des réseaux de communication par satellite pour envoyer des messages bidirectionnels, même lorsque les utilisateurs n’ont pas accès à un service sans fil terrestre.

Qualcomm et Iridium ont mis fin à leurs projets de connectivité par satellite pour les smartphones équipés d’une puce Snapdragon. Iridium est l’opérateur des satellites qui auraient fourni des services à Qualcomm, et la société aurait alimenté la fonction Snapdragon Satellite qui n’a pas encore été lancée. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Selon Iridium, les deux entreprises ont « développé et démontré avec succès la technologie », mais « les fabricants de smartphones n’ont pas intégré la technologie dans leurs appareils ».

Dans une déclaration à CNBC, Qualcomm a confirmé la nouvelle et a ajouté que les fabricants de smartphones ont « indiqué leur préférence pour des solutions basées sur des normes » pour la connectivité par satellite. Cela signifie que les fabricants de smartphones préfèrent de loin utiliser une technologie qui adhère aux normes industrielles établies, plutôt que des solutions propriétaires et non standard. Les solutions fondées sur des normes offrent plusieurs avantages, notamment une meilleure compatibilité, interopérabilité et fiabilité.

Bien que la déclaration ci-dessus puisse laisser penser que Qualcomm n’a pas complètement abandonné son rêve d’apporter la connectivité par satellite aux smartphones Android, cela signifie qu’au moins pour l’instant, cela ne sera probablement pas possible. Qualcomm pourrait ré-annoncer ce projet à l’avenir avec quelque chose de plus en phase avec les autres fabricants et la prise en charge de la connectivité satellite dans Android 14.

La pression de la concurrence

De son côté, Iridium ne renonce pas aux smartphones. La société affirme que la dissolution de son accord avec Qualcomm libère la société de communication par satellite, qui peut ainsi envisager des partenariats avec d’autres fabricants de puces ou des sociétés de smartphones.

Apple n’a cessé de mettre la pression sur Qualcomm dans ce domaine, en améliorant continuellement sa technologie satellite à chaque nouvel iPhone et à chaque nouvelle version de matériel. Les séries iPhone 14 et 14 Pro ont introduit la connectivité par satellite, mais contrairement à la promesse de Qualcomm d’envoyer des SMS dans les deux sens avec les contacts habituels, la fonction d’Apple ne permet que de partager votre position et de contacter les services d’urgence. Apple a ajouté les appels aux services d’assistance routière lors de la sortie de l’iPhone 15, qui a également été rétroporté sur la série iPhone 14.

On ne saurait trop insister sur l’importance de la connectivité par satellite, du moins maintenant que nous en disposons, car elle peut nous sauver la vie dans les situations où les méthodes de communication traditionnelles échouent. Depuis l’introduction sur le marché des iPhone compatibles avec les satellites, de nombreuses vies ont été sauvées, et la technologie s’est révélée être une caractéristique essentielle pour les utilisateurs qui ont besoin d’une communication fiable dans les zones reculées. Il serait donc formidable d’avoir la même chose sur un smartphone Android. Il faudra attendre pour voir ce qu’il en est.

Tags : AndroidIridiumQualcommSnapdragon Satellite
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.