close
Métaverse

Build 2022 : Microsoft s’initie dans le « Métaverse industriel », et fabrique des robots avec Kawasaki

Build 2022 : Microsoft s’initie dans le « Métaverse industriel », et fabrique des robots avec Kawasaki

Le Métaverse est toujours en chantier et que vous soyez prêt à vous immerger dans la réalité virtuelle ou non, il arrive plus tôt que vous ne le pensez. Microsoft a révélé mardi lors de la Build 2022 que Kawasaki est désormais l’un de ses clients pour le « Métaverse industriel » de l’entreprise technologique — une usine où les employés portent un casque HoloLens pour accélérer la production et gérer les chaînes d’approvisionnement. Mais cette fois, Kawasaki utilisera les casques pour construire des robots.

HoloLens est sorti pour la première fois en 2016, il donne aux utilisateurs la possibilité de faire l’expérience d’une réalité augmentée superposée à une imagerie numérique dans un environnement du monde réel. Le Métaverse industriel de Microsoft utilise toutes les technologies de l’entreprise, comme le cloud computing, pour aider les employés et les responsables à créer des produits plus rapidement.

Ce Métaverse unique vise à créer le « jumeau numérique » de Microsoft d’un espace de travail, ce qui permet d’accélérer des processus tels que les réparations et la création de nouvelles lignes de fabrication. Par exemple, lorsqu’un employé a besoin d’un réparateur pour réparer quelque chose, son HoloLens peut être utilisé pour discuter avec les employés sur place et les guider dans les processus de réparation au lieu d’emprunter la voie manuelle.

Microsoft a également déclaré que le jumeau numérique peut accélérer la nouvelle production si nécessaire, notamment si l’entreprise est confrontée à des problèmes de chaîne d’approvisionnement.

Kawasaki rejoint Heinz, qui a annoncé précédemment qu’il utiliserait le Métaverse industriel de Microsoft dans les usines de ketchup, et Boeing sera également l’un des partenaires de fabrication. Ainsi, Microsoft aide désormais les entreprises à tout fabriquer, des robots au ketchup.

Un aperçu des possibilités de la technologie

Les clients de Microsoft demandent depuis longtemps que l’entreprise construise un concept de Métaverse. Dans une déclaration à CNBC, la vice-présidente de la réalité mixte de Microsoft, Jessica Hawk, a déclaré que le Métaverse industriel est un aperçu des possibilités de la technologie avant qu’elle ne devienne totalement immersive à l’avenir.

« Il s’agit de problèmes réels auxquels ces entreprises sont confrontées… Par conséquent, le fait de disposer d’une solution technologique qui peut aider à débloquer le défi de la chaîne d’approvisionnement, par exemple, a un impact incroyable », a déclaré Hawk.

L’application du Métaverse par Microsoft est plutôt intéressante, car les perspectives de la réalité virtuelle sont souvent associées à un avenir de science-fiction où tout le monde socialise et joue numériquement. Mais aujourd’hui, l’entreprise donne l’exemple de la manière dont elle peut être appliquée à la production commerciale.

Microsoft a déjà le matériel

Microsoft a déjà une longueur d’avance sur Meta puisqu’elle vend actuellement une technologie de réalité mixte aux entreprises tout en permettant à ses développeurs de vivre également leurs propres expériences de métavers.

Hawk a ajouté que la stratégie de l’entreprise se différencie par le fait qu’elle inclut plusieurs appareils et plateformes sur lesquels le Métaverse peut être expérimenté. Cela signifie que les produits du Métaverse de Microsoft fonctionneront également sur des écrans 2D, y compris les nouvelles fonctionnalités ajoutées à l’application de chat Teams, où les utilisateurs peuvent apparaître comme des avatars numériques. Ces fonctionnalités pourraient être présentes dans leurs casques à l’avenir.

Tags : Build 2022KawasakiMétaverse
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.