close
Réseaux sociaux

Twitter interdit de publier des photos de « particuliers » contre leur volonté

Twitter interdit de publier des photos de « particuliers » contre leur volonté

Twitter permettra désormais aux particuliers de demander le retrait de photos ou de vidéos les représentant. La société a annoncé ce changement en ce début de semaine, étendant l’interdiction existante des informations privées aux médias. Cette mesure vise à prévenir le harcèlement ou les atteintes à la vie privée et prévoit des exceptions pour les messages qui sont « partagés dans l’intérêt du public ou qui ajoutent de la valeur au discours public ».

« Le partage de médias personnels, tels que des images ou des vidéos, peut potentiellement violer la vie privée d’une personne, et peut conduire à un préjudice émotionnel ou physique », peut-on lire dans un article de blog de Twitter Safety annonçant le changement. « L’utilisation abusive des médias privés peut toucher tout le monde, mais peut avoir un effet disproportionné sur les femmes, les activistes, les dissidents et les membres des communautés minoritaires ». Twitter évaluera les plaintes déposées par le sujet d’une photo ou d’une vidéo – ou par quelqu’un qui le représente — en fonction de sa politique plus large en matière d’informations privées.

La règle couvre potentiellement tous les « médias de personnes privées sans l’autorisation de la ou des personnes représentées », mais l’article de blog décrit plusieurs scénarios dans lesquels Twitter ne supprimerait pas ces médias. Comme cela est implicite, la règle ne s’applique pas aux personnes qui sont des personnalités publiques, une catégorie qui comprend généralement les politiciens, les célébrités et d’autres personnes connues. Twitter prendra également en compte d’autres contextes, ainsi que les règles existantes, comme l’interdiction des images à caractère sexuel non consensuelles.

« Nous reconnaissons qu’il existe des cas où les titulaires de compte peuvent partager des images ou des vidéos de particuliers dans le but d’aider une personne impliquée dans une situation de crise, par exemple à la suite d’un événement violent, ou dans le cadre d’un événement digne d’intérêt pour le public, et que cela pourrait l’emporter sur les risques pour la sécurité d’une personne », indique l’article. Elle peut également laisser les médias en ligne s’ils sont couverts par des organes de presse traditionnels. Et elle examinera « si une image particulière et le texte du tweet qui l’accompagne ajoutent de la valeur au discours public, sont partagés dans l’intérêt du public ou sont pertinents pour la communauté ».

L’objectif est de supprimer les images ou les vidéos qui alimentent les campagnes de harcèlement en ligne, même si, en pratique, sa mise en œuvre dépendra probablement des modérateurs qui jugeront de la nuance d’une situation particulière.

Éviter le harcèlement en ligne

Le porte-parole de Twitter, Trenton Kennedy, indique que les modérateurs vont peser lourdement les circonstances d’une publication donnée. « Nous allons évaluer les choses dans le contexte dans lequel elles sont partagées, et j’encourage donc les gens à ne pas tirer trop de conclusions d’exemples passés ou d’hypothèses », a déclaré Kennedy. La politique exigera également un rapport à la première personne demandant un retrait, et pas seulement une plainte générale concernant la publication de l’image d’une personnalité privée. Et les modérateurs de Twitter examineront si la publication a été partagée publiquement sur d’autres réseaux sociaux, et pas seulement sur des médias traditionnels. « La règle générale de notre politique en matière d’informations privées est la suivante : si ces informations sont disponibles et facilement accessibles en dehors de Twitter, nous ne prendrons aucune mesure à leur sujet sur Twitter », a déclaré Kennedy.

Ce changement intervient un jour après un remaniement très médiatisé chez Twitter, le PDG de longue date Jack Dorsey ayant été remplacé par l’ancien directeur technique Parag Agrawal.

Tags : Twitter
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.