close
Tests

Test du POCO F4 GT : ce smartphone de jeu m’a séduit

Test du POCO F4 GT : ce smartphone de jeu m'a séduit

Le Poco F4 GT est disponible sur certains marchés depuis fin avril 2022. En Europe, deux configurations de mémoire sont disponibles : 8 Go de RAM et 128 Go de stockage, et 12/256 Go, des versions vendues respectivement à 599,90 € et 699,90 €.

Le smartphone est positionné dans le marché du milieu-haut de gamme. Ce n’est pas un flagship à part entière comme un Galaxy S22 ou un Xiaomi 12, mais il coche toutes les bonnes cases avec sa fiche technique pour tout miser sur les performances et la consommation de contenu multimédia.

En termes de prix, je le place au même niveau que le Xiaomi 11 T Pro. Il a des performances étonnantes à ce niveau de prix, tandis que la vitesse de charge de 120 Watts est impressionnante. Cependant, la caméra n’est pas si géniale pour un smartphone à ce niveau de prix.

Pourtant, je pense que le Poco F4 GT a sa juste part de points forts pour être en mesure de créer une niche pour lui-même.

Dans la boîte, on retrouve :

  • Le Poco F4 GT
  • Adaptateur 120W
  • Câble USB-C en forme de L de 1,5 m
  • Outil d’éjection de la carte SIM
  • Adaptateur de casque Type-C vers 3,5 mm
  • Étui de protection
  • Guide de démarrage rapide
  • Carte de garantie
  • Informations sur la sécurité

POCO F4 GT : design

En termes de design, le Poco F4 GT est classe et plus sobre que d’autres modèles de gaming, bien que cet ADN soit encore très présent. La coque arrière est faite de verre mat qui est recouvert d’un verre Corning Gorilla Glass Victus. Le Poco F4 GT est disponible en 3 coloris : Noir absolu, Argent sidéral et Jaune POCO.  J’ai reçu la teinte Argent sidéral pour ce test. La coque matte légèrement granuleuse est recouverte d’un motif de revêtement lisse qui fonctionne comme une sorte de bande antidérapante pour offrir une meilleure prise en main.

Le smartphone est également doté de 4 haut-parleurs Dolby Atmos. Avec un écran de 6,67 pouces, le Poco F4 GT est un smartphone plutôt grand.  En termes de dimensions, le smartphone mesure 162,5 x 76,7 x 8,5 mm et pèse 210 grammes. Le module de caméra rectangulaire peut être assez cool à regarder, en dehors du flash LED qui a la forme d’un éclair (littéralement).

Derrière, la façade arrière est en plastique. J’aurais préféré du métal ou du verre, mais la grande impression de solidité demeure. Esthétiquement, on retrouve différentes lignes et couleurs pour créer du dynamisme. La version la plus agressive est la jaune, tandis que la grise que j’ai a un aspect plus « calme », tout en conservant des choix de design modernes et jeunes. Un détail très sympa est celui du flash en forme d’éclair près de l’appareil photo. Une touche très sympa !

Il y a également une zone tactile, à peu près aux trois quarts de la hauteur. Vous pouvez la personnaliser pour obtenir des actions spécifiques lorsque vous appuyez deux ou trois fois (il s’agit de deux commandes différentes). Par exemple, vous pouvez utiliser cette zone pour faire une capture d’écran à la volée, ou activer Google Assistant. Vous pouvez aussi le désactiver si vous n’en avez rien à faire.

Sur le côté droit du smartphone, on retrouve non seulement le capteur d’empreintes digitales juste en dessous du bouton marche/arrêt, mais aussi les boutons déclencheurs.

Deux boutons physiques

Bizarrement, j’ai aimé le fait qu’il y ait des boutons physiques et non des boutons virtuels haptiques ou tactiles comme c’est généralement le cas ces derniers temps. Le retour cliquable des gâchettes lorsqu’on appuie dessus est plus satisfaisant que les vibrations fournies par le moteur haptique du début. Mais, il faudra voir comment il se comporte en termes de précision, de réactivité, et aussi de robustesse.

En effet, les gâchettes sont rétractables et c’est vraiment sympa. En fait, vous pouvez même avoir des animations et des effets sonores lorsque vous étendez et rétractez les boutons. Néanmoins, même si Poco garantit que chaque gâchette peut supporter jusqu’à 1,5 million de pressions, je ne peux m’empêcher de craindre que leur réactivité se dégrade trop rapidement.

Je dois dire que la présence même de ces deux boutons physiques est extrêmement agréable en termes de sensation. C’est plus naturel que le retour haptique que l’on retrouve dans les gâchettes tactiles. Le re-mappage (pour assigner un déclencheur à un bouton virtuel sur votre écran tactile) est également une tâche très facile. Vous pouvez également utiliser les déclencheurs lorsque vous ne jouez pas. Vous pouvez simplement les affecter à d’autres fonctions et raccourcis, car vous disposez alors de deux boutons physiques supplémentaires.

Au total, vous pouvez donc configurer jusqu’à quatre actions différentes. Vous pouvez même les assigner à un élément sonore spécifique (balle, épée, moteur, futuriste) et une couleur qui se déclenche à chaque pression fait également partie des fonctionnalités proposées. Je sais, c’est absolument inutile, mais c’est cool !

POCO F4 GT : écran

L’écran du Poco F4 GT n’a rien de nouveau. Xiaomi est toujours enclin à parfaitement calibrer ses écrans, et le Poco ne fait pas exception. La résolution, 2 400 x 1 080 pixels, est suffisante pour tout faire et reproduire des images nettes et précises. Il aurait été plus agréable d’avoir plus de 394 ppp, mais c’est définitivement quelque chose qui n’a pas affecté mon utilisation quotidienne.

La colorimétrie est plutôt fidèle et les mesures que j’ai vues dans plusieurs autres tests ont montré une très bonne moyenne Delta E. En revanche, les couleurs, bien que fidèlement reproduites, sont un peu plus froides qu’elles ne devraient l’être et tirent un peu trop sur les tons bleus.

J’ai trouvé que l’écran était suffisamment lumineux pour être lisible en extérieur. Les 800 nits de luminosité annoncés sont dans la moyenne pour un appareil de cette gamme de prix.

Le taux de rafraîchissement de l’appareil est de 120 Hz, ce qui garantit une grande fluidité à tout moment. Mais surtout, le taux de rafraîchissement change de manière dynamique : le smartphone l’augmente ou le diminue, assurant toujours le bon équilibre entre économie d’énergie et performances. Nous ne savons pas jusqu’où le Poco F4 GT peut descendre — mais nous savons que certains concurrents vont jusqu’à 1 Hz pour économiser la batterie autant que possible. Si vous voulez le régler manuellement, vous pouvez choisir entre 60 et 120 Hz également.

Une excellente qualité

Si je voulais râler un peu, je dirais que je regrette le placement central de la caméra frontale poinçonnée, qui enlève un peu d’immersion de quand on joue. Les smartphones de gaming préfèrent opter pour une façade plus large pour cacher la caméra frontale. Le taux d’échantillonnage de 480 Hz n’est également pas terrible quand on sait que OnePlus a atteint la barre des 1 000 Hz sur son OnePlus 10 Pro, par exemple.

Mais l’écran AMOLED reste d’excellente qualité, qui plus est le fait qu’il soit plat devrait plaire à beaucoup d’entre vous, les gamers. Même pour profiter des films et des séries TV grâce à la compatibilité HDR10. Si vous utilisez votre smartphone pour regarder Netflix, le Poco F4 GT peut vous garantir une excellente expérience.

POCO F4 GT : performances et logiciel

Je ne m’attendais évidemment pas à être confronté à des problèmes en termes de puissance de traitement brute, et je n’ai pas été déçu. Le Poco F4 GT s’est très bien comporté dans ses benchmarks. On peut voir que par rapport au Xiaomi 12X, qui est alimenté par un SoC plus ancien (Snapdragon 870), il sort en tête des benchmarks CPU et GPU avec des scores nettement meilleurs. Idem pour ses performances lorsqu’il est opposé au Google Pixel 6, qui est un autre appareil qui se situe dans une fourchette de prix analogue et qui est alimenté par le SoC Tensor. Le Poco F4 GT est vraiment rapide.

Sur le papier, il se comporte un peu comme le Redmagic 7, un smartphone gaming à une différence près : le contrôle de la température. Le système LiquidCool 3.0 vanté par Poco n’est pas aussi efficace que celui de Redmagic. Lors d’une utilisation intensive du jeu pendant 20 minutes, on peut voir que le Poco F4 GT subit des baisses ponctuelles de son framerate. Dans une utilisation quotidienne, ces « soubresauts » ne sont pas vraiment perceptibles.

En prenant Call of Duty Mobile comme exemple, celui-ci c’est très bien comporté avec des graphismes réglés sur « très élevé » (réglage 4 sur 4), un framerate réglé sur « max » (réglage 5 sur 5) et toutes les options graphiques comme le reflet de l’eau, les ombres en temps réel, le godray (lumière du soleil), etc. qui font normalement flancher les smartphones moins puissants.

Logiciel

Le Poco F4 GT est propulsé par la surcouche MIUI 13, qui est basée sur Android 12, une surcouche agréable à utiliser. MIUI pour Poco est toujours la meilleure version des surcouches de Xiaomi, offrant le tiroir d’applications par défaut et aucune publicité en vue.

En ce qui concerne la politique de mise à jour, Poco n’a pas fait de garanties, mais le fabricant semble se contenter généralement du strict minimum. Je suis conscient qu’à un moment donné, Poco a affirmé être en discussion avec Google pour garantir jusqu’à 3 versions majeures d’Android et 4 ans de mises à jour de sécurité. Malheureusement à ce jour, rien de concret n’a été confirmé. On peut donc s’attendre à une mise à jour majeure d’Android 13 tout au plus et pas grand-chose d’autre après cela.

Il est difficile d’accepter une telle politique de mise à jour pour un smartphone qui coûte près de 600 euros. Cela peut même être un facteur de rupture pour certains. En outre, prenez note qu’il y a beaucoup d’applications préinstallées et de publicités que vous pouvez supprimer.

POCO F4 GT : caméras

Le Poco F4 GT dispose d’un triple module caméra à l’arrière, qui est principalement alimenté par un objectif principal de 64 mégapixels, accompagné d’un objectif ultra grand-angle de 8 mégapixels, et d’un objectif macro de 2 mégapixels. À l’avant se trouve une caméra frontale de 20 mégapixels.

Cette configuration n’a rien d’exceptionnel sur le papier. La qualité photo n’est clairement pas l’objectif premier recherché par le Poco F4 GT. Mais je m’attendais tout de même à mieux.

En journée, l’objectif principal s’en sort bien, et peut être impressionnant par moments. Dans l’ensemble, il y a un bon niveau de détails capturés. Mais même en plein jour, vous pouvez remarquer un bruit numérique ici et là. Il y a également un problème de gamme dynamique à mon avis, car les ombres prennent le dessus sur le reste de l’image beaucoup plus que je ne l’aurais souhaité, ce qui fait que les photos semblent plus sombres que la scène était réellement.

Même après avoir désactivé le mode AI (reconnaissance de scènes), le traitement logiciel met trop l’accent sur les feuillages et autres végétaux pour afficher plus de détails. Le zoom numérique (2x, 4x, 6x, 8x et 10x) ne m’a pas vraiment convaincu non plus. Le mode portrait était plutôt bon avec un détourage propre. Cependant, il souffre toujours du même problème de plage dynamique que celui évoqué plus haut.

La nuit, les photos en ultra grand-angle deviennent inutilisables, car elles produisent un effet de flare généré par la lumière des lampadaires, qui parfois brûle l’image. Cependant, le mode Nuit dédié fait mieux, surtout pour son objectif grand-angle.

POCO F4 GT : autonomie

Le Poco F4 GT dispose d’une batterie d’une capacité de 4 700 mAh qui accepte une charge rapide HyperCharge de 120 watts. Je n’ai toujours pas d’avis définitif sur la charge rapide, bien qu’elle soit vraiment pratique quand on manque de temps.

La charge rapide HyperCharge de 120 watts est toujours bonne à prendre, surtout quand on veut jouer mais que l’autonomie de la batterie est faible. Je regrette simplement le placement du port USB-C qui devrait se trouver sur le bord gauche pour une ergonomie maximale lorsqu’on joue avec le smartphone.

En revanche, je donne un « Like » à Poco pour avoir inclus un chargeur dans la boîte du Poco F4 GT, sans oublier que ce n’est pas un chargeur standard, mais un chargeur entièrement compatible avec la norme de charge rapide de 120 watts !

En utilisation quotidienne, vous pouvez facilement passer une journée et demie pour une personne normale et une journée tout au plus lorsque vous jouez. La charge rapide est très efficace. Après 5 minutes de charge à partir de 0 %, j’ai atteint 35 % de batterie en moyenne. Il m’a fallu moins de 10 minutes pour passer la barre des 50 % et seulement 25 minutes pour atteindre 100 % d’autonomie.

POCO F4 GT : verdict

Je vais commencer ma conclusion de cette revue en conservant la première pensée : le Poco F4 GT est très intéressant en termes de rapport spécifications/prix. Je sais qu’il coche à peu près toutes les cases pour mon mode d’utilisation, tout en étant presque deux fois moins cher que la plupart des smartphones Android haut de gamme actuels.

Cependant, j’ai trouvé que l’expérience de la caméra était particulièrement médiocre pour un smartphone vendu 600 euros. Le Pixel 6, qui est actuellement disponible pour 599 euros, fait beaucoup (beaucoup, beaucoup plus) mieux. Le Redmagic 7, vendu 629 euros, est plus efficace en termes de performances et de contrôle de la température.

Mais je pense que la capacité de charge rapide de 120 watts (que ses deux concurrents mentionnés ci-dessus n’ont pas), le facteur cool avec les gâchettes d’épaule sont extrêmement utiles. De plus, ceux qui sont familiers avec l’interface MIUI 13 s’y retrouveront parfaitement. Mais à ce niveau de prix, ce n’est clairement pas mon premier choix.

Même ceux qui sont réfractaires aux smartphones de gaming pourraient être tentés de prendre ce modèle. Ce n’est pas pour rien que les gâchettes du Poco F4 GT se rétractent ou que son design est plutôt « normal ». Il ne veut pas vous imposer son côté gaming, du moins pas de manière évidente.

Review overview

Design 8.5
Écran 8.5
Performances 9
Caméras 7.5
Autonomie 8
Logiciel 8

Summary

8.25 Très bon Le Poco F4 GT combine des performances de premier ordre avec un écran AMOLED 120 Hz, pour une expérience de jeu de premier ordre, le tout grâce à ses fantastiques gâchettes analogiques. Le prix est excellent, mais vous n'achèteriez pas ce smartphone pour sa caméra et il n'y a pas de certification d'étanchéité.

Tags : PocoPoco F4 GT
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.