close
GoogleMobile

Android 4.1 Jelly Bean grimpe à 2.7% d’adoption, ICS à 25.8%, et Gingerbread toujours populaire

Alors que ce matin je vous ai dévoilé le fait qu’Android était le système d’exploitation le plus populaire, vérifions la fragmentation de cet OS, et vérifier si celle-ci diminue.
En effet, le revers de la médaille d’être un OS mobile populaire, Android étant installé sur une multitude de dispositifs, il est évident que tous ne peuvent pas suivre l’évolution des versions d’Android. Pire, sur certains la dernière version de l’OS ne pourra être installée…

Afin de visualiser cette fragmentation, Google tient à jour une page Web dans laquelle le géant de la recherche révèle les chiffres des versions Android installées sur les dispositifs. En fin de semaine dernière, Google a mis à jour les chiffres. Un premier constat rapide que l’on peut faire, c’est tout simplement que l’histoire continue … Il n’y a aucune surprise sur le fait que l’adoption de nouvelles versions d’Android est lente, et ce puisque les mises à jour en cours de déploiement pour les dispositifs actuels se font très lentement…
À ce jour, Android 4.x n’est même pas encore au seuil des 30%… Plus précisément, 2,7% des utilisateurs Android sont maintenant en version 4.1 (Jelly Bean), tandis que 25,8% des utilisateurs d’Android sont maintenant sur ​​Android 4.0 (Ice Cream Sandwich).

Plus de la moitié des utilisateurs d’Android sont encore à la version 2.3 (Gingerbread), avec près de 54,2% de parts de marché sur les OS Android. En outre, la troisième place (après ICS en seconde) est toujours détenu par Android 2.2 (Froyo), avec 12%.

Android 4.1 Jelly Bean grimpe à 2.7% d'adoption, ICS à 25.8%, et Gingerbread toujours populaire

Le mois dernier, j’avais revelé qu’ICS représentait 23,7% de parts de marché, contre 1,8% pour Jelly Bean. En d’autres termes, les gains ont été minimes : seulement 2,1% pour les dispositifs sous ICS et 0,9% pour les dispositifs embarquant Jelly Bean.

Dans moins de deux semaines, il y aura une nouvelle version du système d’exploitation mobile de Google : Android 4.2 (Jelly Bean). Oui, Android 4.1 et Android 4.2 ont le même nom, un peu comme Eclair qui était à la fois le nom de la version 2.0 et de la version 2.1. Le premier opus Jelly Bean a été annoncé en juin 2012 et le second a été annoncé en octobre 2012, avec l’arrivée de la nouvelle gamme de dispositifs Nexus.
Malheureusement, ces versions ne sont pas celles qui règlent le problème de la fragmentation d’Android. Peut-être que ce sera le cas pour la prochaine version d’Android, ou peut-être que la question ne pourra tout simplement jamais être résolue…

L’adoption de nouvelles versions d’Android continue d’être très lente car les mises à jour sont en cours de déploiement pour les dispositifs actuels à un rythme d’escargot, et que les utilisateurs doivent attendre le support des fabricants, ou des opérateurs.
On peut raisonnablement s’attendre à ce que Jelly Bean accroit sa part de marché de plus en plus rapidement, d’autant plus avec l’arrivée de nouveaux dispositifs, mais il va falloir un certain temps avant qu’il ne dépasse Froyo et ICS, a fortiori qui prendra la place de numéro un à Gingerbread. S’il est difficile de pousser Jelly Bean sur des anciens dispositifs, il est agréable de voir qu’Ice Cream Sandwich commence maintenant à acquérir une certaine notoriété dans l’écosystème Android. En regardant la vitesse à laquelle Gingerbread est en perte de vitesse et qu’ICS gagne du terrain, on peut estimer qu’Android 4.0 va devenir le système d’exploitation dominant avant la fin de l’année.

J’ai hâte de voir quel genre d’impact la nouvelle ligne de produits Nexus aura sur les parts de marché de Jelly Bean.

Espérons que Gingerbread va enfin s’éclipser … L’avez-vous encore sur votre dispositif Android ?

Tags : AndroidGingerbreadIce Cream SandwichICSOS mobilesparts de marché
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.