close
Tests

Test du Moto G (2014) : toujours le meilleur smartphone low cost

Le Moto G (2014) offre tout ce que j’ai tant apprécié sur l’original, mais cette fois en embarquant un écran plus grand, et quelque mise à niveau dans certains secteurs. En revanche, et malgré ces améliorations notables, son prix est toujours aussi bas, défiant toute concurrence. Ainsi, si vous êtes à la recherche d’un bon smartphone, sans pour autant vous ruiner, le Moto G (2014), ou Moto G de 2e génération, est l’un des meilleurs smartphones de milieu de gamme que vous pouvez acheter à l’heure où j’écris ces lignes.

Aussi bon que l’original Moto X quand il a publié l’an dernier, Motorola a vraiment secoué le marché des smartphones avec son modèle de milieu de gamme, le Moto G. Mais, alors qu’il est vendu a un prix dérisoire, cela ne doit pas signifier que la firme doit faire des compromis dans la qualité et l’expérience utilisateur. C’est d’ailleurs en alliant ces trois forces que l’original Moto G est devenu meilleur smartphone de l’entreprise.

Motorola a souhaité poursuivre dans cette voie avec un dispositif qui peut être en grande partie similaire sous le capot, mais avec une plus grande empreinte et de nouveaux éléments de conception. Voici le test complet du Moto G (2014) !

Moto G (2014) : le “test” vidéo

Moto G (2014) : caractéristiques

Avant de commencer à vous présenter le produit, voici les caractéristiques du Moto G (2014) :

  • Dimensions : 141,5 x 70,7 x 6,0-11,0 mm
  • Poids : 149 g
  • Système d’exploitation : Android 5.0 Lollipop
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 400, un quadricœur cadencé à 1.2 GHz
  • Mémoire : 1 Go
  • Stockage : 8 Go d’espace de stockage (extensible par une carte micro-SD jusqu’à 32 Go)
  • Écran : 5 pouces offrant une résolution de 1 280 x 720 pixels (294 ppi)
  • Caméra : 8 mégapixels avec Flash LED
  • Caméra frontale : 2 mégapixels
  • Connectivité : GSM/GPRS/EDGE, UMTS/HSPA+, WiFi 802.11 b/g/n, Bluetooth 4.0, GPS
  • Batterie : 2 070 mAh

Note : Vous pouvez découvrir davantage de photos depuis la galerie Google+

Moto G (2014) : conception et design

L’esthétique du nouveau Moto G reste similaire à son prédécesseur, au moins que la coque arrière, avec la même courbe et le logo Motorola alvéolé qui en fait maintenant la signature du dispositif. Le matériau de construction est entièrement en plastique, et alors que la qualité d’assemblage est décente, il y a certains facteurs qui vous rappellent que c’est bien un smartphone sous la barre des 200 euros.

Moto G (2014) versus Moto G

Alors que ces imperfections peuvent être visibles seulement sur mon modèle de test, j’ai trouvé plus ou moins décevant la sensation des touches latérales, qu’il s’agisse des boutons de volume, ou du bouton d’alimentation. De plus, dès lors que je secouais le mobile, les boutons en eux-mêmes tremblaient très légèrement. C’est dommage de dire ça, mais la qualité de l’original Moto G semble supérieure.

Moto G (2014) : vue de droite

Moto G (2014) : vue de gauche

En augmentant la taille de l’écran, le nouveau Moto G est également beaucoup plus grand que son prédécesseur, mais il est encore assez compact pour offrir une expérience en mains très confortable. La courbure à l’arrière permet au téléphone d’être confortablement positionné dans la main, et son utilisation d’une seule main est encore possible. La coque arrière est également amovible, permettant non seulement un accès à la fente pour carte micro-SD, mais aussi afin d’ajouter votre propre coque arrière, et ce avec diverses autres options colorées. En effet, bien qu’il ne s’agit pas des options de personnalisation offertes avec Moto Maker, il est toujours agréable d’avoir quelques éléments personnalisables disponibles. Nommées Motorola Shells, ces coques sont disponibles en coloris noir, blanc, turquoise, vert citron, menthe verte, framboise, bleu royal, violet.

Moto G (2014) : Motorola Shells

À l’avant, le plus grand changement en termes de design et de fonctionnalités, est les haut-parleurs orientés incrustés en haut et en bas, plutôt qu’à l’arrière sur l’ancienne génération du Moto G. Bien que l’on soit très loin des performances obtenues par le HTC One M8 et ses haut-parleurs BoomSound, par rapport à votre petit haut-parleur unique moyen sur tout autre smartphone, il est d’une meilleure qualité. Malheureusement, la seule bonne chose à propos de ces haut-parleurs est leur position, car ils ne sont pas très forts, et n’ont pas la qualité sonore d’un casque ou autre joyeuseté sonore.

Moto G (2014) : haut-parleurs incrustés en façade

Moto G (2014) : écran

Le Moto G a reçu une mise à niveau de l’écran, au moins en termes de taille, avec la dernière itération, avec un écran LCD IPS de 5 pouces, mais en conservant la résolution de 720p du modèle original, ce qui entraîne une densité de pixels réduits de 294 ppi. L’écran s’avère donc bon, et ne souffre pas des problèmes de couleurs que certains écrans AMOLED bas de gamme peuvent avoir. Autrement dit, et bien qu’il ne s’agisse pas de la meilleure résolution que l’on peut avoir sur les smartphones d’aujourd’hui, il est tout de même très bon.

Moto G (2014) : écran

La luminosité n’est pas un problème, les couleurs semblent étonnamment bonnes, et les angles de vision sont comme on peut s’y attendre d’un écran IPS. Alors qu’il n’est pas mal pour une utilisation classique, dès lors que vous approchez l’écran près de votre visage ou que vous passez du temps à lire du texte sombre sur fond clair, vous allez remarquer certaines impuretés. Mais soyons honnête, on ne peut pas prétendre d’avoir un écran 1080p à ce prix.

Dans l’ensemble, vous obtenez un très bon écran lorsque vous considérez le point fort de ce dispositif : le prix.

Moto G (2014) : caractéristiques

Un aspect qui n’a pas connu une mise à niveau entre les itérations est le matériel. Le processeur reste le même, puisque le nouveau Moto G arbore une puce quadricoeur cadencée 1,2 GHz, le Snapdragon 400 de Qualcomm, soutenu par une puce graphique Adreno 305 et 1 Go de mémoire vive. Ceci est le couple de composants traditionnel actuel pour les smartphones de milieu de gamme, et comme prévu, les performances du Moto G sont très fluides, aidées en raison en partie de son expérience logicielle.

Le Moto G gère les tâches telles que le glissement et défilement, l’ouverture et la fermeture des applications, la navigation sur le Web, et même certains jeux demandant des ressources graphiques sans accroc. Cela dit, il n’en faut pas beaucoup pour ralentir l’appareil, notamment si vous essayez de faire beaucoup de choses à la fois. Voilà quelque chose à garder à l’esprit : si vous décidez d’acheter ce smartphone, la performance globale est plus que satisfaisante.

Outre cette partie, vous obtenez un grand nombre d’options de connectivité, mais malheureusement, la 4G LTE n’est pas disponible. Ceci pourrait être rédhibitoire pour certains. Le nouveau Moto G est disponible en version 8 et 16 Go, avec la possibilité d’étendre le stockage jusqu’à 32 Go.

Moto G (2014) : batterie non amovible

Pour alimenter le Moto G, une batterie relativement petite non amovible de 2070 mAh est présente. Compte tenu de sa taille, l’autonomie offerte est à peu près dans la moyenne. Si les utilisateurs avancés vont avoir du mal à obtenir une journée complète d’utilisation avec cet appareil, ce smartphone de milieu de gamme n’est pas fait pour eux de toute manière. Avec une utilisation modérée, j’ai réussi à tenir une journée complète.

Moto G (2014) : appareil photo

Le nouveau Moto G a reçu une mise à niveau dans le secteur de la caméra, offrant un capteur de 8 mégapixels avec un flash LED sur la coque arrière. Le logiciel dédié est le même pour tous les appareils Motorola, et est propre et simpliste. Les réglages de base sont disponibles, y compris le mode HDR, Panorama, et l’enregistrement vidéo, mais pas grand-chose d’autre qui offre un contrôle plus étendu.

Moto G (2014) : caméra de 8 mégapixels

Moto G (2014) : options de la caméra

Dans les conditions de bon éclairage, les photos sont plutôt bonnes, avec un minimum de bruit, et une reproduction des couleurs qui était mieux que ce à quoi je m’attendais. En revanche, le contraste n’était pas optimal, et l’exposition semblait parfois très hasardeuse. Cela ne vaut évidemment pas un capteur caméra haut de gamme, et comme prévue, il se défend dans les conditions où l’éclairage est optimal. En basse lumière, les images offrent beaucoup de bruits, et les détails ne sont pas très visibles.

Moto G (2014) : cliché 1

Moto G (2014) : cliché 2

Moto G (2014) : cliché 3

Mais au final, la performance de l’appareil photo est beaucoup mieux que ce à quoi je pensais.

À l’avant, la petite caméra de 2 mégapixels, correspond parfaitement à vos attentes. Bien que vos selfies ne seront pas les meilleures photos que vous ayez prises, le capteur pourra néanmoins vous dépanner si vous croisez votre star dans la rue.

Moto G (2014) : caméra frontale

Moto G (2014) : logiciel

Une des meilleures choses quand vous prenez un appareil Motorola en mains, est que vous disposez d’une expérience utilisateur Android semblable à celle d’un dispositif Nexus, c’est-à-dire une version d’Android “pure”, sans surcouche supplémentaire comme les autres constructeurs peuvent incruster. Dans le cas du Moto G, vous obtenez Android 4.4 Kitkat une fois sorti de la boîte, mais c’est l’un des premiers appareils à embarquer Android 5.0 Lollipop tout juste arrivé sur les appareils Nexus.

L’expérience logicielle sur le Moto G est encore plus proche de la version sur Nexus que le Moto X, puisque son grand frère embarque un grand nombre de fonctionnalités supplémentaires, telles que Moto Voice et Moto Display, qui ne sont pas intégrées ici. Bien que cela n’a rien avoir avec une quelconque limite matérielle, Motorola a très certainement souhaité réserver celles-ci à son dispositif phare.

Moto G (2014) : écran d'accueil

Moto G (2014) : liste des applications

Le lanceur est similaire au Google Now Launcher, sans un écran dédié à Google Now, et comme prévu, l’expérience logicielle contribue à la performance globale de l’appareil. Vous allez recevoir Moto Alert, Assist, Connect, Help et Migrate de pré-installées, ainsi qu’une radio FM, mais au-delà de ça, il n’y a pas grand-chose à écrire sur l’expérience utilisateur. Motorola inclut Trusted Bluetooth – qui maintient votre smartphone déverrouillé lorsqu’il est connecté à un dispositif “de confiance”, mais c’est tout !

Moto G (2014) : Motorola Migrate

Moto G (2014) : Motorola Alert

Moto G (2014) : verdict

Un des plus riches points forts du Moto G vendu l’an dernier a été son prix improbable de 169 euros “nu”, et qui reste avec la nouvelle itération. Ceci est un énorme avantage. En revanche, il manque la connectivité LTE, ce qui est un peu décevant, mais son prix fait plus que compenser les lacunes qu’il peut avoir.

Ce Moto G 2e Génération n’est évidemment pas le smartphone le plus rapide ou le plus puissant, mais il offre une grande expérience logicielle, dispose de spécifications pour le milieu de gamme qui sont très bonne, et un écran plus grand qui va ravir les consommateurs. Le tout, pour un prix qui est parfois difficile à comprendre.

Si vous êtes à la recherche d’un smartphone de milieu de gamme, le Moto G (2014), Moto G 2e Génération, devrait être au sommet de votre liste.

Tags : AndroidMoto G
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.