Fermer
Développement

Le co-fondateur de StackOverflow, Jeff Atwood, développe un clavier dédié aux développeurs

Si quelqu’un connait parfaitement son clavier, et tous les raccourcis clavier dont il regorge, c’est bien un développeur. Les développeurs professionnels tapent beaucoup. Beaucoup trop même ! À tel point que la guerre sur les meilleures pratiques de codage notamment en ce qui concerne les éditeurs, (Vi ! Non, Emacs !) a duré pendant des décennies. C’est donc fort logiquement qu’un codeur bien connu de la communauté ait décidé de développer son propre clavier.

Rapporté par Ubergizmo, Jeff Atwood, co-fondateur du célèbre site web proposant des questions et réponses sur un large choix de thèmes concernant la programmation informatique, StackOverflow, et auteur du blog Coding Horror, vient de lancer un projet sur ​​lequel il a travaillé pendant un an et demi : un clavier nommé CODE – nom qui provient de l’un de ses livres préférés sur la programmation.

Le co-fondateur de StackOverflow, Jeff Atwood, développe un clavier dédié aux développeurs

Pour mener à bien ce travail, Atwood a fait équipe avec Weyman Kong de WASD Keyboards. Voici ce que Atwood mentionne quant à la raison pour laquelle il a décidé de construire ce clavier : “J’ai été endoctriné dans le culte du clavier lorsque j’ai acheté mon premier ordinateur … J’ai possédé et utilisé au moins six claviers mécaniques coûteux différents, mais je n’étais pas satisfait d’aucun d’entre eux : ils ne disposaient pas du rétro-éclairage, ou étaient laids, la conception n’était pas terrible, ou encore manquait de fonctionnalités de base comme les touches multimédia”.

Pris à la lettre, il s’agit tout simplement d’un énième clavier que l’on peut trouver sur le marché. Si beaucoup d’entre-vous le verront comme quelque chose que vous verriez dans un ancien laboratoire d’informatique poussiéreux à travers le monde, aimez-le ou détestez-le, mais cela semble être un retour aux claviers d’antan.

  • Clavier à touche mécanique : vous souvenez-vous du bruit des touches quand vous tapiez dessus ? Cela était dû à des interrupteurs mécaniques, qui actionnés, permet d’envoyer un signal électrique et, finalement, d’afficher le caractère désiré
  • Touches rétroéclairées : Jusqu’à récemment, trouver un clavier qui était à la fois rétro et mécanique était un défi – cependant, à ce stade, la plupart des grands constructeurs de clavier ont au moins intégré une fonctionnalité à la fois. CODE a les deux. Le rétro-éclairage peut être réglé en sept niveaux de luminosité, ou désactivé tous ensemble
  • Touches facilement remplaçables afin que vous puissiez changer la disposition de vos touches (AZERTY, QWERTY, Dvorak, ou autre) sans se soucier que l’interrupteur ne casse
  • Commutateurs DIP sur la partie inférieure du clavier vous permettent de basculer entre QWERTY / Dvorak / Colemac au niveau du matériel, désactiver la touche Windows, échanger la touche CMD/ALT pour une utilisation sous un ordinateur Mac, etc …
  • Des touches médias (lecture, pause, etc) sont intégrées en fonctions secondaires sur les touches de navigation
  • À la fois disponible en 104 touches et 87 touches, puisque certains considèrent le pavé numérique comme une nuisance pour atteindre la souris
Rétroéclairage sur le clavier
Possibilité de programmer les touches du clavier

En peu de mots, c’est le clavier de rêve d’un gars qui a probablement tapé plus que vous et moi réunis.

Alors que le prix de 150 dollars semble un peu excessif (surtout que vous pouvez utiliser n’importe quel clavier fourni avec votre ordinateur de bureau, ou celui intégré à votre ordinateur portable), il s’agit tout de même d’un clavier astucieux pour tous ceux qui doivent jongler entre les plateformes.

Vous pouvez trouver le poste de Atwood sur son clavier ici.

Mots-clé : claviercodedéveloppeurJeff Atwood
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.