Fermer
PériphériquesTechnologies

À quoi ressembleraient les Google Glass made in Apple ? des iGlass ?

Merci pour les remarques de Tim Cook quand à la possibilité de voir un dispositif sur le poignet, ce qui n’a pas manquée à raviver la flemme de la soi-disant iWatch qui atteins son paroxysme la semaine dernière. Depuis que Apple a clairement l’attention d’apporter son expertise dans la technologie portable, j’ai pensé qu’il serait intéressant de voir comment Apple pourrait envisager un autre dispositif qui fait parlé de lui : les lunettes connectées. Je ne dis pas qu’Apple va réellement produire un tel dispositif dans le court terme – il est plus susceptible de voir la montre que les lunettes connectées – mais il est légitime de spéculer sur la manière dont Apple pourrait entrer en concurrence avec les Google Glass.

Glassholes

Google est une société d’ingénierie qui n’hésite pas à mettre beaucoup de produits sur le marché, tout en restant à l’écoute de rétroaction, et modifie en conséquence les produits au fil du temps (ou les abandonne comme des échecs, comme ça souvent été le cas). Les Google Glass ont suivi cette formule dès leurs débuts comme étant une offre “très brute”, qui leur a valu une très mauvaise réputation avant qu’elle ne soit vraiment prête pour le prime time. Depuis, les utilisateurs des Glass sont péjorativement nommés “Glassholes” ce qui n’est guère un terme d’affection – “Don’t be a GlassHole”, comprenez par là : “Ne soyez pas un abruti”, pour rester poli. Si c’est une réputation qui peut vous coller à la peau, cela n’empêche pas tous les clients geeks de vouloir acheter la version finale.

Le but ultime de Google en tant que société est de classer l’information et servir de la publicité. Les Glass sont conçues pour remplir à la fois cette mission, tout en faisant certaines choses que l’utilisateur pense être intéressant, comme leur permettant de lire et répondre vocalement un e-mail les mains libres via un écran projeté. Google n’est pas très axé sur la sécurité, c’est pourquoi les Glass ont déjà été piratées, et pourquoi de nombreuses entreprises ont apparemment mis à jour leur politique en interdisant les Glass à leurs employés. Sans surprise, l’idée d’une caméra sur la tête d’un employé qui peut filmer en temps-réel, et ce quel que soit l’employé, peut déranger certaines personnes de la sécurité.

Alors que le processus de Google est de prochainement libérer les Google Glass afin qu’elles se retrouvent rapidement dans les mains des clients, la vente d’un tel produit ne peut qu’être attendue…

Des iGlass par Apple ?

L’approche d’Apple comme entreprise est très différente du géant de la recherche. Son équipe ne laissera pas un produit aller dans les mains des clients avant que les designers pensent qu’il soit prêt. Cela leur permet de concevoir un dispositif avec la première meilleure impression que possible, et ce dès qu’il sorte de la porte de Cupertino. Lorsque le produit arrive, il est beau et exclusif.

Un concept intéressant des lunettes connectées d'Apple : iGlass

L’insistance d’Apple à contrôler étroitement ses produits de façon naturelle, nécessite que la firme de Cupertino ait des contrôles de sécurité plus strictes que la moyenne. Ainsi, Apple serait moins enclin à mettre une caméra sur ses lunettes, ou alors fournirait au moins une notification visuelle dès lors que l’appareil est en fonctionnement. Sinon, Apple aurait interdit son produit sur son propre campus.

Apple dévoile rarement le premier produit, il attend simplement le moment où il va proposer le bon produit. Prenons l’exemple des lecteurs MP3. Une variété de constructeurs ont devancé Apple sur le marché, mais par l’étude de ses concurrents, les ingénieurs d’Apple ont perfectionné l’iPod, qui a pris d’assaut le marché. L’iPhone est loin d’être le premier smartphone, ou même le premier à reposer entièrement sur un écran tactile, mais Apple a apporté des améliorations considérables sur l’expérience utilisateur, et – encore une fois – l’iPhone a tout balayé sur son passage. La première tablette d’Apple est venu près d’une décennie derrière celle introduite par Microsoft, puisqu’il a fallu tout ce temps pour développer la technologie de base qui a permis à l’iPad d’être mince, léger et relativement peu coûteux. Et il a de nouveau envahi le marché…

Ceci suggère que les iGlass mettront probablement quelques années avant d’arriver, mais quand celles-ci arriveront sur le marché, elles seront certainement les plus belles et supporter par des services de qualité afin d’offrir des expériences assez originales sur ce genre de produit.

Faire vite par rapport à faire bien

Ce constat ne signifie pas que Google peut rapidement verrouiller le marché. La société a généralement révélée être très concurrente, notamment avec ses propres services, et il est un avantage inhérent à être le premier à lancer un tel dispositif sur le marché – tout comme celui qui arrivera à lancer la première smartwatch.
Si le géant de la recherche arrive à séduire les consommateurs par son produit innovant, tout en l’offrant à un prix abordable, Google pourrait rapidement inonder le marché, avant même qu’Apple ne soit prêt à entrer dans la danse. Pour Apple, le succès d’Android est un récit édifiant qui montre que Google peut parfois proposer des choses vraiment sympathiques…

Les lunettes connectées d’Apple seront probablement beaucoup plus élégantes, mais je commence à me demander si Tim Cook veut réellement aller sur ce marché, et s’il a les épaules pour sortir un tel produit. Si l’Apple de Steve Jobs a prouvé qu’il pouvait construire un meilleur produit après tout le monde, rester encore à savoir si la firme de Cupertino peut encore le faire aujourd’hui…

La smartwatch d’Apple attendue plus tard cette année pourra très probablement nous donner un élément de réponse d’où en est Apple. Jusque-là, attention à tous ces fichus Glassholes ! Qui sait ce que ces caméras observent… Je vous suggère de bien vous comporter 😉

Mots-clé : AppleGlassholesGoogle GlassiGlass
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.