Fermer
AppsTechnologies

Unity abandonne le support de Flash après avoir sondé Adobe sur son engagement

La Surface Centaurus pourrait exécuter des apps Android, mais est-ce une bonne idée ?

Puisque Unity Technologies est devenu un pilier au cours des dernières années, l’un des éléments les plus importants et impressionnants de la plateforme de développement est la façon dont elle est adaptée dans les navigateurs. Alors que les gens ont déjà joué régulièrement à des jeux vidéo au sein de Firefox, Internet Explorer, et (plus récemment) Chrome pendant des années et des années, peu d’entre eux étaient aussi profonds ou graphiquement intenses que ceux réalisés avec le moteur Unity. MechWarrior Tactics, Offensive Combat et d’autres permettent de disposer de jeux tout aussi convainquant en terme de jouabilité et de graphisme que de nombreux jeux que les gens peuvent disposer sur une console, le tout sur une machine polyvalente dont la plupart des gens ont accès.

Même la vieille garde des développeurs d’Adobe proposant des jeux en Flash peuvent utiliser Unity. Cependant, Unity, comme toutes les technologies, évolue. Et, puisque la société poursuit le support de nouvelles plateformes, la société en charge du développement du moteur retire progressivement le support de Flash dans les différents blocs de son produit.

“À partir d’aujourd’hui, nous allons cesser de vendre des licences de déploiement flash”, écrit le PDG de Unity, David Helgason, dans un communiqué. Néanmoins, il poursuit en indiquant qu’un support des outils de déploiement jusqu’aux versions 4.x sera proposé, et ce afin de ne pas se mettre à dos les développeurs travaillant actuellement avec ces outils.

Le support de Flash est en fait une évolution récente de Unity, et heureusement pour la firme celle-ci n’est pas encore largement utilisée pour l’instant. Deux seuls jeux semblent avoir été développés sur les outils Flash de Unity si l’on se fi à l’annuaire de l’entreprise. L’intérêt des développeurs pour Flash n’est pas le problème selon Helgason, même si c’est une raison. Le principal facteur est le récents changement de politique d’Adobe.

“Nous ne voyons pas Adobe fermement engagé dans le développement futur de Flash”, indique Helgason. “En produisant, puis abandonnant un modèle de partage des revenus, Adobe a délaissé les développeurs (et notre) confiance en Flash”.

Ce n’est qu’en mars 2012 que Adobe a annoncé qu’il allait commencer à proposer un partage des revenus de 9% avec les développeurs de jeux qui produiraient des jeux graphiquement intenses. Cela a coïncidé avec l’annonce de Flash Player 11.2 et un nouveau partenariat avec Unity de pousser ces jeux sur des navigateurs. Cependant, un an plus tard, Adobe a renoncé à cette mise en place, laissant Unity dans une embardée.

Adobe reconnaît le même effet que Unity a pointé du doigt : les développeurs abandonnent de plus en plus Flash. “Adobe voit un intérêt croissant et prometteur dans le jeu basé sur le langage HTML”, explique la société dans la vente de ses propres outils dédiés aux développeurs.

Ça fait plaisir, que Flash disparaisse de plus en plus du paysage – en déplaise à certains. Il est temps de renvoyer cette technologie dans sa tombe vous êtes d’accord ? Est-ce réellement étonnant ?

Mots-clé : AdobeFlashHTML5Unity
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.