fermer
Astuce

Construire une console de jeux à émulation rétro Raspberry Pi 5

Construire une console de jeux à émulation rétro Raspberry Pi 5

Le Raspberry Pi 5 est arrivé, et il fait des vagues parmi les amateurs de jeux vidéo classiques. Ce nouveau venu dans la gamme bien-aimée des ordinateurs miniatures apporte avec lui une foule de fonctionnalités puissantes qui ne manqueront pas de ravir ceux qui cherchent à recréer la magie des jeux rétro.

Malgré sa petite taille, le Raspberry Pi 5 ne manque pas de punch grâce à des améliorations significatives qui rehaussent l’expérience de jeu.

Au cœur du Raspberry Pi 5 se trouve un robuste processeur quadricœur Broadcom ARM v8 Cortex-A76, qui fonctionne à une vitesse de 2,4 GHz. Pour ceux qui souhaitent encore plus de puissance, le processeur peut être overclocké à une impressionnante vitesse de 3,1 GHz. Cette augmentation de la capacité de traitement est complétée par le GPU Broadcom VideoCore 7, qui prend en charge les vidéos 4K à 60 images par seconde. Ces avancées sont particulièrement attrayantes pour les joueurs et les passionnés de multimédia qui exigent des performances de haute qualité.

Lorsque vous poussez l’appareil à ses limites, notamment par l’overclocking, il est judicieux d’utiliser un système de refroidissement actif pour éviter la surchauffe. Le Raspberry Pi 5 est disponible en deux modèles : l’un avec 4 Go de RAM au prix de 70 euros, l’autre avec 8 Go de RAM au prix de 93,60 euros. Cette stratégie de prix offre des options adaptées à différentes préférences et considérations financières.

Construire une console de jeu rétro Pi 5

Les capacités d’émulation du Raspberry Pi 5 sont remarquables. Il peut prendre en charge des consoles de jeu plus complexes que les précédents modèles, comme la GameCube, la Nintendo Wii, la Nintendo Switch et la PlayStation 2. Par exemple, les jeux Sega Saturn peuvent désormais fonctionner sans problème à 60 images par seconde sans aucune modification, ce qui témoigne de l’amélioration des performances de l’appareil.

Lorsqu’il s’agit d’émuler des jeux GameCube à l’aide de l’émulateur Dolphin, les résultats peuvent varier. Certains jeux fonctionnent bien, tandis que d’autres ne donnent pas les résultats escomptés. L’émulation de la PlayStation 2 donne également des résultats mitigés, qui peuvent dépendre du jeu spécifique et des paramètres de l’émulateur utilisés. Cependant, les jeux Sega Dreamcast et Sony PSP fonctionnent généralement bien sur le Raspberry Pi 5, bien que les titres les plus exigeants puissent pousser l’appareil à ses limites.

L’émulation de jeux d’arcade est un autre domaine dans lequel le Raspberry Pi 5 excelle. Des jeux comme Killer Instinct et la série Cave CV1000 de jeux de tir à balles tournent très bien, avec seulement quelques petits problèmes occasionnels. C’est d’autant plus impressionnant que l’appareil est peu coûteux. Le Raspberry Pi 5 offre un attrayant mélange de puissance et de prix abordable pour les passionnés de jeux rétro. Bien qu’il existe des mini-PC plus puissants sur le marché qui peuvent surpasser le Raspberry Pi 5 à certains égards, cet appareil se distingue comme une option polyvalente et abordable pour ceux qui veulent profiter des jeux classiques.

Cette technologie promet de procurer des heures de plaisir nostalgique aux joueurs chevronnés comme à ceux qui découvrent le monde de l’émulation de jeux. Pour ceux qui souhaitent étendre leur configuration, des options telles que des solutions de stockage SSD et des boîtiers personnalisés sont disponibles pour améliorer les capacités du Raspberry Pi 5. Que vous construisiez un PC de bureau, une tablette ou une machine de jeu dédiée, le Raspberry Pi 5 constitue une base solide pour toute une série de projets. Et avec le bon logiciel, les possibilités sont pratiquement infinies.

Tags : Raspberry PiRaspberry Pi 5
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.