fermer
Smartphones

Le Nothing Phone (2) est arrivé avec des caractéristiques haut de gamme et un design intéressant

Le Nothing Phone (2) est arrivé avec des caractéristiques haut de gamme et un design intéressant

Après une série de fuites et de teasers officiels plutôt intéressants, Nothing a finalement lancé son deuxième smartphone très attendu, le Phone (2), en France et sur les marchés internationaux.

Comme on pouvait s’y attendre, l’appareil est doté de l’attrayante interface Glyph sur un châssis semi-transparent et de spécifications haut de gamme pour affronter des rivaux comme OnePlus, OPPO et Samsung, pour n’en citer que quelques-uns.

Nothing Phone (2): design et écran

Les rumeurs passées suivies d’une révélation officielle nous ont déjà parlé du design semi-transparent « Nothing » (pour montrer l’intérieur du smartphone), que l’on retrouve également dans le Phone (1) de l’année dernière. Il est proposé dans une nouvelle couleur gris foncé, en plus de l’option blanche.

L’interface Glyph, qui est un amalgame de plusieurs lumières LED, est conservée, mais cette fois-ci, il y a une différence. Au lieu d’une seule bande autour de la bosse de la caméra et de la bobine de recharge sans fil, elle a été divisée. De plus, une nouvelle bande d’alertes rouges apparaît sur le côté droit. L’interface Glyph rend les notifications amusantes : chaque fois qu’une application ou un appel est notifié, la lumière s’allume. Et si vous souhaitez qu’une application importante reste en tête du jeu des notifications, le voyant affecté sera toujours allumé. Elle s’allumera également pour indiquer l’état de la batterie, la minuterie, le suivi d’Uber/Zomato et d’autres applications tierces, entre autres choses. Le Glyph Composer permet de personnaliser les combinaisons de sons et de lumières. Il s’agit d’une collaboration avec la Swedish House Mafia.

La face avant est dotée d’un écran OLED flexible de 6,7 pouces plus grand, avec un taux de rafraîchissement adaptatif de 120 Hz (grâce à la technologie LTPO) et un poinçon central au lieu d’un poinçon d’angle. Il dispose d’une luminosité maximale de 1600 nits, d’un support HDR10+, de couleurs 10 bits et d’une couche de Corning Gorilla Glass.

Le dos en verre est également légèrement incurvé pour une meilleure prise en main et une plus grande facilité d’utilisation. Le smartphone, comme révélé précédemment, met l’accent sur le développement durable et dispose donc d’un cadre central 100 % recyclable et d’autres éléments, avec une empreinte carbone de 53,45 kg (8,6 % de moins que son prédécesseur). L’emballage ne contient pas non plus de plastique.

Nothing OS 2.0

Le Nothing Phone (2) fonctionne avec Nothing OS 2.0, basé sur Android 13, qui fait également son entrée pour la première fois. La nouvelle version de la surcouche de Nothing met l’accent sur la personnalisation et apporte des éléments intéressants et rafraîchissants tels que des icônes d’applications monochromes, des raccourcis d’applications pour l’écran de verrouillage (jusqu’à 10), des personnalisations pour la taille des dossiers, la disposition, et plus encore pour imiter le design matriciel de l’entreprise, et des widgets créés par Nothing.

Les widgets peuvent désormais être créés via les réglages rapides et peuvent également être personnalisés. Le Nothing Phone (2) bénéficiera de trois ans de mises à jour logicielles majeures et de quatre ans de mises à jour de sécurité, ce qui est une bonne affaire.

Nothing Phone (2): caméras

Nothing ne se focalise pas sur le nombre de caméras et a décidé, une fois de plus, d’opter pour un duo à l’arrière. Il y a un capteur photo principal de 50 mégapixels avec un capteur Sony IMX890 (également vu sur le OnePlus 11) et un support OIS/EIS. Le capteur photo secondaire est un objectif ultra-large de 50 mégapixels avec un capteur Samsugn JN1 et la prise en charge du SIE. La caméra frontale est de 32 mégapixels, une amélioration par rapport à celle du Phone (1) qui est de 16 mégapixels.

Le Phone (2) est doté d’un ISP 18 bits, qui peut capturer 4000 fois plus de données que le Phone (1), ce qui se traduit par une meilleure clarté et une reproduction améliorée des couleurs. Il y a des fonctions HDR avancées et des fonctions d’appareil photo comme le Super-Res Zoom 2x, les vidéos 4K à 60 fps, le mode nuit, le mode action, la capture de mouvement 2.0, le mode portrait, la détection de scène AI, et bien plus encore pour que nous puissions prendre le meilleur pour nos médias sociaux !

Nothing Phone (2): spécifications

Comme on le sait déjà, le Nothing Phone (2) est équipé d’un chipset Snapdragon 8+ Gen 1, couplé à une mémoire vive pouvant atteindre 12 Go et à un espace de stockage de 512 Go. Cela devrait permettre d’améliorer les performances de 80 % par rapport au Phone (1).

Il y a une plus grande batterie de 4 700 mAh, qui supporte une charge rapide de 45W (le Phone [1] a une batterie de 4 500 mAh avec une charge rapide de 33W). Le smartphone est également doté d’un système de charge sans fil de 15 W et d’un système de charge sans fil inversée de 5 W.

Les aspects supplémentaires comprennent un capteur d’empreintes digitales intégré à l’écran, la reconnaissance faciale, deux haut-parleurs stéréo, la prise en charge de la 5G, le Wi-Fi 6, le Bluetooth 5.3, le NFC, un port USB Type-C, deux emplacements SIM et un indice IP54 pour la résistance à l’eau et à la poussière.

Prix et disponibilité

Le Nothing Phone (2) sera disponible en blanc et en gris foncé, avec trois variantes mémoire au choix : 8 Go de RAM/128 Go de stockage à 679 euros, 12 Go/256 Go à 729 euros et enfin 12 Go/512 Go à 849 euros.

En France, les utilisateurs auront la chance d’être parmi les premiers au monde à acheter le Phone (2) physiquement, ainsi que de bénéficier d’avantages et d’offres exclusifs, disponibles en série limitée sur la base du premier arrivé, premier servi. Ils pourront également rencontrer les équipes de Nothing au LEGACY STORE, 46 avenue Georges V, 75008 Paris, le samedi 15 juillet, à partir de 11 h jusqu’à 18 h.

Tags : NothingNothing Phone (2)Phone (2)
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.