fermer
IA

Google aurait raté une grande occasion de lancer une technologie de type ChatGPT

Google aurait raté une grande occasion avec une technologie de type ChatGPT

Il y a deux ans, Google a manqué une occasion en or de montrer la voie avec son propre outil technologique de chatbot de type ChatGPT, mais une attitude trop prudente de la part des dirigeants a empêché l’entreprise de le publier, selon un rapport du Wall Street Journal publié mardi.

Les deux chercheurs de Google qui ont créé la puissante technologie d’IA conversationnelle auraient déclaré à leurs collègues de l’époque que leur création pourrait révolutionner la manière dont les gens effectuent des recherches sur l’Internet et travaillent avec les ordinateurs.

Daniel De Freitas et Noam Shazeer, cités par le WSJ, souhaitaient que Google mette à disposition une démonstration publique et l’intègre à l’assistant virtuel Google Assistant, mais les dirigeants n’ont pas été convaincus, affirmant que la technologie ne respectait pas les normes de l’entreprise en matière de « sécurité et d’équité » des systèmes d’IA, ont indiqué au WSK des personnes au fait de l’affaire.

Deux ans plus tard, Microsoft a fait ce que Google n’avait pas fait en soutenant OpenAI, créateur de ChatGPT, en publiant une version bêta publique et en incorporant des éléments de cette technologie dans son moteur de recherche Bing.

Dans le même temps, Microsoft a bénéficié — et continue de bénéficier — de toute la publicité associée à sa décision audacieuse de rendre l’outil d’IA largement disponible. Google, quant à lui, rattrape son retard avec sa propre version, appelée Bard, qui, selon le Journal, s’inspire dans une certaine mesure des travaux de De Freitas et de Shazeer.

Google a des ressources

Google a dévoilé Bard le mois dernier et a déclaré qu’elle continuait à le tester avant de le rendre disponible à plus grande échelle. À l’instar de ChatGPT, il répond aux questions de manière conversationnelle. Bien que l’utilisation de cette technologie aille bien au-delà des moteurs de recherche, Google craint que si le format d’IA s’avère populaire pour la recherche, Microsoft puisse s’emparer d’une part importante du marché publicitaire lucratif du produit de recherche populaire de Google.

Malgré cette occasion manquée, Google et sa société mère, Alphabet, disposent d’énormes ressources pour assurer le développement rapide de Bard, ce qui lui donne une chance de rivaliser efficacement avec tout ce que Microsoft produit.

Quant à De Freitas et Shazeer, ils ont apparemment été tellement découragés par la réticence de Google à prendre des risques avec leur travail qu’ils ont quitté l’entreprise en 2021.

Tags : BardChatGPTGoogle
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.