close
Périphériques

La Surface Pro X pourrait être abandonnée, mais la Surface Pro 9 reprendra le flambeau

La Surface Pro X pourrait être abandonnée, mais la Surface Pro 9 reprendra le flambeau

Bien que les Mac M1 aient relancé l’intérêt pour l’utilisation de puces ARM pour les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables, Apple n’était techniquement pas la première grande entreprise technologique à s’y essayer. Depuis l’infortunée Surface RT, Microsoft tente de commercialiser un appareil digne d’un ordinateur de bureau équipé d’un processeur ARM. Elle n’a pas rencontré le même succès que la puce maison d’Apple, du moins jusqu’à présent, mais cela ne signifie pas que la société de Redmond est prête à jeter l’éponge pour le moment.

Il est vrai que Microsoft est restée silencieuse sur ce front, mais il semble que le projet reprenne de la vigueur au vu de l’arrivée de nouveaux détails — bien que non officiels. La mauvaise nouvelle est que Microsoft pourrait délaisser la gamme Surface Pro X du marché. La bonne nouvelle est qu’elle va très probablement promouvoir son successeur au niveau d’une Surface Pro.

Les avantages d’un ordinateur basé sur un processeur ARM ont déjà été prouvés par le succès des Mac et MacBook M1, sans parler des années de données provenant des smartphones et des tablettes. Les processeurs ARM sont connus pour leur puissance et leur faible encombrement, et la dernière génération de ces processeurs s’est avérée aussi performante que certaines offres d’Intel. Il n’y a pratiquement aucun inconvénient à trouver, si ce n’est la compatibilité avec les logiciels et les périphériques, deux problèmes qui sont lentement résolus.

Malheureusement, Microsoft n’a pas eu beaucoup de succès sur ce domaine. La Surface RT a été considérée comme une blague en raison des performances et de la sélection d’applications lamentables de Windows RT. Si la situation du Microsoft Store s’est améliorée, les appareils ultérieurs utilisant les puces Snapdragon de Qualcomm n’ont pas vraiment inspiré confiance en matière de performances. Le plus proche de Microsoft était sa propre Surface Pro X, qui est apparemment en train d’être retirée.

Selon Windows Central, la prochaine génération de Surface Pro 2-en-1 sera disponible avec deux choix de processeurs. Le plus évident sera les modèles utilisant des processeurs Intel de 12e génération de la variété « P ». On s’attend à ce que cela ait des gains significatifs par rapport à la Surface Pro 8 malgré une seule différence générationnelle. Il est intéressant de noter qu’il n’y a toujours pas d’option AMD à trouver.

Des choix intéressants !

L’autre variante utiliserait plutôt un processeur Qualcomm Snapdragon, qui pourrait avoir le même processeur que le mini-PC Project Volterra. Il s’agirait d’un Snapdragon 8cx Gen 3 accompagné d’une unité de traitement neuronal (NPU) dédiée pour alimenter les capacités d’IA. Bien sûr, les performances exactes de cette puce sont encore inconnues, mais à son crédit, Qualcomm améliore régulièrement sa gamme de processeurs à chaque génération.

Il est assez intéressant que Microsoft décide de faire de la gamme Surface Pro X un appareil distinct basé sur ARM, du moins si la fuite est exacte. D’une part, l’inclusion d’une option ARM dans sa série Surface Pro principale suggère que l’entreprise est convaincue qu’elle réussira là où d’autres avant elle ont échoué. D’autre part, il est également plus facile pour Microsoft de simplement supprimer les options ARM maintenant qu’il n’y a pas de marque spécifique pour cela. Il s’agit encore d’une information non officielle, bien sûr, mais il ne serait pas surprenant que Microsoft essaie de consolider sa gamme Surface Pro pour éviter toute confusion future.

La seule question maintenant est de savoir si cette présumée Surface Pro 9 basée sur une puce ARM aura le même profil mince que son prédécesseur spirituel ou si Microsoft décidera d’utiliser le même châssis pour les modèles Intel et ARM.

Tags : ARMMicrosoftSurfaceSurface Pro 9Surface Pro X
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.