close
Réalité virtuelle et augmentée

Avec l’acquisition de Raxium et sa technologie Micro-LED, Google prépare ses lunettes connectées AR

Avec l'acquisition de Raxium et sa technologie Micro-LED, Google prépare ses lunettes connectées AR

Google a acquis Raxium, une start-up californienne qui développe une technologie d’affichage Micro-LED destinée aux écrans des casques de réalité augmentée (AR) et de réalité virtuelle (VR).

L’acquisition a été révélée par The Information et n’a pas été publiquement annoncée, bien que les estimations situent le coût total de l’opération à environ 1 milliard de dollars. En ce qui concerne les acquisitions de Google, il ne s’agit pas d’une somme particulièrement importante, mais elle pourrait jouer un rôle significatif dans les projets de la société concernant les dispositifs de réalité virtuelle et d’intelligence artificielle qu’elle aurait en préparation.

Un certain nombre d’entreprises — dont Meta, Apple et Xiaomi — sont connues pour investir dans cette technologie, toutes développant des wearables AR que certains considèrent comme la « prochaine grande chose ». Samsung investit également beaucoup dans la technologie Micro-LED, et a lancé le premier téléviseur Micro-LED au monde à la fin de 2020. Bien qu’il n’y ait pas eu beaucoup de fuites concernant un éventuel casque Samsung basé sur la technologie Micro-LED, il semble probable qu’elle travaille également sur quelque chose dans cet espace.

Les écrans Micro-LED ont été présentés comme la prochaine percée dans la technologie d’affichage. Il ne faut toutefois pas les confondre avec les écrans Mini-LED, qui associent un rétroéclairage LED classique à un écran LCD (avec toutefois un contrôle plus fin de l’éclairage). Les écrans Micro-LED s’apparentent plutôt aux écrans OLED, car les pixels sont auto-éclairés. Cela permet d’obtenir des noirs plus vrais, et donc un meilleur contraste, en plus d’une bien meilleure luminosité que les panneaux OLED traditionnels.

Ils ont aussi vraiment mis le « micro » dans Micro-LED. Les pixels Micro-LED de Raxium sont jusqu’à 300 fois plus petits que ceux d’un panneau OLED et jusqu’à 1000 fois plus brillants. Ils sont donc particulièrement bien adaptés aux casques AR et VR, car les panneaux OLED et LCD utilisés jusqu’à présent souffraient d’un manque de luminosité, de clarté et de couleurs. Si la technologie est désormais éprouvée, le principal obstacle est le coût de production des écrans Micro-LED. Même les petits panneaux Micro-LED utilisés dans un casque AR ou VR seront sensiblement plus chers qu’un panneau OLED analogue, mais dans le contexte d’un wearable (par rapport au prix de plus de 80 000 dollars d’un grand téléviseur Samsung Micro-LED de 110 pouces), l’impact sur le coût global du casque devrait être gérable.

North + Raxium : le combo gagnant ?

Google a clairement essayé et échoué avec des casques AR par le passé. Son projet Google Glass, bien que fournissant encore des casques à des clients commerciaux, n’a pas été considéré comme adapté à un lancement commercial complet. L’entreprise a également expérimenté le projet Google Cardboard VR, qui s’est ensuite transformé en initiative Google Daydream, tous deux de courtes durées. Cependant, au milieu de l’année 2020, Google a racheté le fabricant de lunettes connectées North, qui avait développé des lunettes de style AR ressemblant à des lunettes traditionnelles, contrairement au casque Google Glass.

Il est possible que l’acquisition de Raxium permette d’intégrer sa technologie Micro-LED dans les lunettes connectées de North, ce qui les rendrait beaucoup plus faciles à porter en public que les Google Glass. Si l’on veut que les produits AR à porter tels que ceux-ci décollent, il est évident que les gens devront d’abord se sentir à l’aise en les portant dans la vie de tous les jours. Cependant, le prochain défi sera de rendre la technologie utile, facile à utiliser et fonctionnant sans causer de fatigue oculaire ou d’inconfort excessif — et tout cela à un prix que le marché de masse pourrait accepter.

Tags : aquisitionARGoogleRaxium
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.