close
MobileOS

Android Jelly Bean passe la barre des 10%, ICS arrive aux 30%, Gingerbread perd !

Les mois se suivent et se ressemblent ? Pas vraiment dans l’univers du high-tech, et notamment après les fêtes de fin d’année. En effet, alors que chaque début de mois, les différentes statistiques comparatives sont dévoilées – vous pouvez vérifier celles-ci pour les parts de marché des OS de bureau et des navigateurs Web – aujourd’hui pour l’OS mobile de Google, Android, la tendance relevée les mois précédents se confirme.

Si la fragmentation logicielle est une réalité, notamment lorsque l’on mentionne Android, et s’avère être un réel problème pour les smartphones et les tablettes fonctionnant sous le système d’exploitation open source, les derniers chiffres annoncés par le géant de la recherche sur sa page Web qui recense le pourcentage d’adoption de telle ou telle version de l’OS mobile, pourraient enfin annoncer un peu de bonnes nouvelles…
En effet, Android 4.1 et Android 4.2, tous les deux nommés Jelly Bean, ont finalement dépassé les 10% de parts de marché d’Android, tandis que Android 4.0 (Ice Cream Sandwich) se rapproche doucement de la barre des 30%. Cependant, la meilleure nouvelle de toutes concerne Android 2.3, Gingerbread, qui est enfin installé sur moins de la moitié des appareils, et Android 2.2 (Froyo) est tombé sous la barre des 10%. Des chiffres qui vont ravir tous les développeurs !

Plus précisément, 10,2% des utilisateurs d’Android sont maintenant sur Jelly Bean, 29,1% utilisent ICS, 1,5% Honeycomb, 47,6% sont encore au contact de Gingerbread, et 9% sont encore tragiquement sur Froyo. Voici à quoi ça ressemble dans le graphique et sous forme de tableau :

Android Jelly Bean passe la barre des 10%, ICS arrive aux 30%

En comparaison au mois dernier, il semble que les choses ont plutôt bien évolué. Alors qu’Android 4.2 a à peine bougé – seulement de 0,4%, passant de 0,8% à 1,2%, Android 4.1 a acquis de nombreux utilisateurs enregistrant une progression de 3,1% – 5,9% à 9,0%.
Android 4.0 était quant-à lui été en hausse de 1,6%, passant de 27,5% de parts de marché à 29,1%.

Mais, comme je l’ai mentionné ci-dessus, la meilleure chose est sans aucun doute qu’Android 2.3 soit en baisse de 3,2% – de 50,8% à 47,8%, et même Android 2.2 a chuté de 1,3%. Quand on sait que ces deux versions proposent des expériences utilisateurs dégradées par rapport à ce que l’on peut avoir aujourd’hui, c’est une excellente nouvelle. De plus, cela signifie que les constructeurs tiers qui intègrent l’OS open source dans leurs dispositifs prennent conscience qu’il est nécessaire de faire évoluer ces derniers.

Cela signifie que le tableau d’ensemble a légèrement changé. Alors que Gingerbread – dévoilé en décembre 2010 – est toujours la première place, et ICS – octobre 2011 – est toujours deuxième, Froyo – mai 2010 – n’est plus troisième, mais cette que cette troisième marche du podium revient à Jelly Beans, dévoilé beaucoup récemment – juin 2012 pour la version 4.1 et novembre 2012 pour la version 4.2.
À ce sujet, si on pouvait se demander pourquoi Google n’avait pas donné un nouveau nom à son OS mobile, c’est peut-être tout simplement pour éviter une autre fragmentation. Ainsi, en unifiant ces deux dernières versions, Jelly Bean semble avoir plus de poids !

Les bonnes nouvelles sont doubles ici. Plus les utilisateurs seront poussés vers Jelly Bean et ICS, moins les utilisateurs devront pâtir des largesses des anciennes versions du système d’exploitation mobile de Google.

Enfin, comme toujours, il convient également de noter que ces chiffres ne comprennent pas la Kindle Fire et autres dispositifs Android puisque ces derniers ne peuvent accéder au Google Play Store, le mécanisme par lequel Google recueille ces statistiques.

Plutôt encourageant cette série de statistiques ! Ne trouvez-vous pas ?

Tags : AndroidGingerbreadIce Cream SandwichJelly Beanparts de marchéstatistiques
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.