close
Apple

Apple concède à laisser des applications comme Netflix et Spotify de créer des liens vers leurs sites Web

Apple concède à laisser des applications comme Netflix et Spotify de créer des liens vers leurs sites Web

Apple et Google font l’objet d’un examen approfondi et même de poursuites judiciaires concernant la gestion de leurs boutiques d’applications respectives. Tout récemment, une nouvelle loi en Corée du Sud obligera les deux géants à ouvrir leurs boutiques à d’autres systèmes de paiement. Apple a longtemps fait l’objet d’un examen minutieux pour les politiques de l’App Store qui exigent, entre autres, que tous les achats in-app, y compris les abonnements, soient effectués par le biais du service de paiement d’Apple, ce qui permet à la société de prendre une part du gâteau.

Apple, qui risque de subir le même sort au Japon, vient d’annoncer qu’elle allait mettre à jour sa politique relative à l’App Store afin d’autoriser les développeurs à fournir des liens dans l’application pour s’inscrire et gérer des comptes en dehors de l’application, mais uniquement pour une catégorie spécifique d’applications.

Traditionnellement, Apple oblige les développeurs et les utilisateurs à tout faire dans l’application elle-même, de l’inscription à la gestion des comptes en passant par l’achat de contenu. Bien que de nombreux services disposent de leur propre système de gestion des comptes sur leur site Web, ils ne sont même pas autorisés à créer un lien vers celui-ci s’ils veulent que leur application soit acceptée dans l’App Store. Cela joue bien sûr en faveur d’Apple, puisque cela signifie pratiquement qu’Apple obtiendra toujours une part de 30 %, en particulier pour les abonnements comme Netflix qui nécessitent un paiement initial.

Pour apaiser la Commission japonaise du commerce équitable, Apple a annoncé un changement qui s’appliquera dans l’ensemble à tous les développeurs d’applications. À partir du début de l’année 2022, Apple autorisera certaines applications à avoir un lien in-app vers un site Web externe où les utilisateurs pourront s’inscrire et gérer leurs comptes.

Le petit hic de ce changement bénéfique aux développeurs est qu’il ne s’applique qu’aux applications « lecture », c’est-à-dire aux applications qui permettent aux utilisateurs d’accéder à des journaux, des livres, de la musique ou des vidéos déjà achetés. Cette liste n’inclut pas les jeux, qui constituent probablement l’une des catégories d’applications les plus rentables du secteur de la téléphonie mobile aujourd’hui.

OK, mais…

Le raisonnement est que ces applications ne proposent pas d’achats in-app, et qu’Apple est donc plus disposé à les laisser s’en sortir. Un autre petit piège est que les développeurs ne peuvent mettre qu’un seul lien in-app pour éviter de spammer les utilisateurs avec des redirections évidentes vers les sites Web des services.

Cette annonce fait suite à une autre modification de la politique de l’App Store annoncée la semaine dernière. Apple autorisera les développeurs à informer les utilisateurs qu’ils disposent d’autres options de paiement en dehors de l’App Store, à condition qu’ils n’en fassent la publicité que par e-mail. Ce ne sont là que les dernières concessions qu’Apple semble vouloir faire pour éviter des amendes plus lourdes et des changements plus importants si elle perdait les procès en cours dans le monde entier.

Tags : App Store
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.