close
Mobile

Xiaomi se félicite de la décision d’un juge américain concernant son retrait de la liste noire

Xiaomi se félicite de la décision d'un juge américain concernant son retrait de la liste noire

Bien que des entreprises comme Huawei et ZTE soient depuis longtemps la cible de la surveillance intense du gouvernement américain, Xiaomi ne pouvait pas s’en tirer sans quelques éraflures. Juste avant la fin du mandat de l’ancien président américain Donald Trump, son gouvernement a fait un dernier geste qui a presque mis le géant chinois dans les mêmes difficultés que le reste de la troupe, bien que dans une moindre mesure. Or, l’ordonnance qui aurait empêché les entités américaines d’investir dans Xiaomi vient d’être bloquée par un juge fédéral américain qui a mis en doute les liens présumés de l’entreprise avec l’armée chinoise.

Différentes agences gouvernementales américaines imposent des restrictions à différentes entreprises chinoises pour différentes raisons. ZTE a eu des problèmes pour avoir violé à plusieurs reprises des embargos commerciaux, Huawei a été accusé d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois et les drones de DJI auraient été impliqués dans des violations des droits de l’homme en Chine.

Au début de l’année, le ministère de la Défense a inscrit Xiaomi sur une liste légèrement différente, la qualifiant de société militaire communiste chinoise ou CCMC.

Comparée au sort réservé à Huawei, la « punition » de Xiaomi ressemble presque à une tape sur les doigts. Elle ne serait pas empêchée d’accéder aux produits et ressources des Américains, mais les entreprises et entités américaines ne sont pas autorisées à investir dans l’entreprise. Xiaomi a déposé une demande d’injonction préliminaire pour bloquer l’ordonnance, invoquant le fait qu’elle subirait un préjudice extrême et irréversible du fait d’une telle allégation.

Le juge Rudolph Contreras du tribunal de district des États-Unis a accepté et a bloqué l’ordre du département de la Défense des États-Unis (DoD) envers Xiaomi.

Une bataille au sein des États-Unis

En outre, il a remis en question le fait que l’entreprise soit identifiée comme une CCMC, doutant que la sécurité nationale soit réellement menacée dans ce cas particulier. Malgré la renommée internationale de ses smartphones, les appareils mobiles de Xiaomi ne sont pas officiellement présents aux États-Unis.

Il n’est pas clair jusqu’où le DoD ira dans sa bataille juridique pour maintenir Xiaomi sur sa liste. L’administration Biden a indiqué que le statut de Huawei ne serait pas modifié, du moins pour le moment, mais le cas de Xiaomi, pour le meilleur ou pour le pire, relève d’un autre bureau.

Tags : Xiaomi
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.