close
Mobile

Mauvaise nouvelle pour Huawei, l’administration Biden ne lèvera pas l’embargo

Mauvaise nouvelle pour Huawei, l'administration Biden ne lèvera pas l'embargo

Le changement du paysage politique américain aura naturellement des répercussions sur tous les aspects de la vie et des affaires du pays, en particulier sur les politiques et les opinions plus controversées que Donald Trump a laissées derrière lui. Certaines d’entre elles ont déjà été inversées tandis que d’autres sont restées. Naturellement, cela a également donné à certaines entreprises récemment ajoutées à la redoutable liste des entités (Entity List) du pays un peu d’espoir d’obtenir un sursis.

Malheureusement pour Huawei et d’autres entreprises chinoises figurant sur cette liste, le choix du président Joe Biden pour le département du commerce n’est pas très enthousiaste à l’idée de changer le statu quo.

Huawei a été interdite par Donald Trump à la mi-mai 2019, étant ajoutée à la liste des entités américaines, empêchant ainsi la société de travailler avec des entreprises américaines et d’utiliser leurs produits. Alors que les deux dernières années ont été très difficiles pour le géant chinois de la technologie, Huawei espérait un sursis.

Mais, comme mentionné précédemment, il s’avère que ce ne sera pas le cas, comme l’a récemment déclaré la candidate du président Joe Biden au poste de secrétaire au commerce, Gina Raimondo, les entreprises actuellement inscrites sur la liste des entités ont de fortes chances d’y rester.

En d’autres termes, il y a maintenant qu’une petite chance que les sanctions soient levées, de sorte que Huawei devrait s’en tenir à sa propre façon de lancer des smartphones sans les services d’Android et de Google.

Une problématique de sécurité nationale

Les entreprises et organisations sont ajoutées à la liste des entités américaines généralement sur la base de soupçons ou de preuves de leur implication dans des activités qui menacent la sécurité nationale du pays ou qui poursuivent des objectifs contraires aux principes des États-Unis. Pour Huawei, c’est l’accusation de sa participation à l’espionnage d’État, le gouvernement chinois utilisant les activités de réseau et de téléphonie mobile de la société.

Cette Entity List signifie qu’il est interdit aux entreprises américaines d’exporter vers ces entités tout produit américain ou fabriqué à l’aide de technologies américaines. Cela signifie que Huawei a perdu l’accès à tout, des composants utilisés pour la fabrication des puces aux applications et services Google Play. On espérait naturellement que Biden lèverait cette interdiction, mais cela pourrait ne pas être le cas.

« Je comprends que les partis sont placés sur la Entity List et sur la Military End User List parce qu’ils représentent un risque pour la sécurité nationale ou les intérêts de politique étrangère des États-Unis », a déclaré Raimondo, cité par Bloomberg. « Je n’ai actuellement aucune raison de croire que les entités figurant sur ces listes ne devraient pas y figurer. Si cela se confirme, j’attends avec impatience un briefing sur ces entités et d’autres qui me préoccupent ».

Les ventes de Huawei en baisse

En attendant, Huawei continue d’investir dans un monde sans Google, en faisant pression pour son système d’exploitation et la nouvelle boutique d’applications que l’entreprise veut agrandir le plus rapidement possible.

Les ventes de l’entreprise ont déjà baissé, selon les données d’IDC, diminuant de 42,4 % d’une année sur l’autre au quatrième trimestre 2020. « Huawei est tombé au cinquième rang avec des ventes de 32,3 millions d’unités et une part de marché de 8,4 %. L’entreprise continue de souffrir sous le poids des sanctions américaines et a connu une baisse spectaculaire de 42,4 % d’une année sur l’autre », a récemment déclaré IDC.

Tags : Huawei
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.