Fermer
Apps

Le nouveau dispositif de sécurité de Zoom vous permettra d’arrêter le « ZoomBombing »

Le nouveau dispositif de sécurité de Zoom vous permettra d’arrêter le « ZoomBombing »

Zoom a lancé un nouvel outil d’analyse qui recherche les identifiants des réunions publiques, afin de prévenir les potentiels incidents de « ZoomBombing » avant qu’ils ne se produisent. Les attaques — où des participants non invités se joignent à des appels vidéo, partageant souvent des contenus obscènes pour perturber les réunions — ont proliféré au cours de l’année 2020, les conférences en ligne prenant la place des réunions en physique.

Ce problème s’est avéré perturbateur, et bien que Zoom ne soit pas le seul service de visiophonie disponible, sa montée en puissance et la facilité avec laquelle il est possible de participer à des réunions si l’on dispose d’un identifiant de réunion en font une victime courante. Au début de l’année, l’équipe de Zoom a promis qu’elle travaillait sur de nouvelles façons de mieux gérer le ZoomBombing et plus encore, et maintenant elle les détaille.

L’équipe de Zoom est à la recherche d’identifiants de réunion partagés publiquement, mais elle ne les traque pas. Elle scanne les publications et les de réseaux sociaux, a expliqué Matt Nagel, responsable des relations publiques pour la sécurité et la vie privée chez Zoom.

« Lorsque l’outil détecte une réunion qui semble présenter un risque élevé d’être perturbée, il avertit automatiquement le propriétaire du compte par e-mail et lui donne des conseils sur la marche à suivre », explique Matt Nagel. « Ces étapes pourraient inclure la suppression de la réunion vulnérable et la création d’une nouvelle réunion avec un nouvel identifiant, l’activation des paramètres de sécurité, ou l’utilisation d’une autre solution Zoom, comme les webinaires vidéo Zoom ou OnZoom ».

« Par exemple, si une réunion donnée est publiée plusieurs fois ou avec certains hashtags de perturbateurs connus, nous pouvons vous signaler qu’elle présente un risque élevé d’être perturbée », indique la société.

Cependant, la meilleure pratique consiste à éviter de partager les détails de la réunion — y compris l’identifiant ou le code d’accès — publiquement, si possible. Si vous recevez un e-mail du service, souligne Nagel, vous devriez y donner suite, car Zoom lui-même ne bloquera pas automatiquement les participants indésirables.

Zoom fourni des outils

Pour y faire face, vous devrez prendre les choses en main, et Zoom a ajouté de nouveaux outils de modération pour faciliter l’éviction des perturbateurs. En effet, Zoom vous permet désormais de mettre temporairement en pause les réunions afin de pouvoir chasser les « ZoomBombers » ou les personnes perturbatrices.

Un nouveau bouton « Suspendre les activités des participants » mettra instantanément tout en attente — pause vidéo, audio, chat en réunion, annotation, partage d’écran et enregistrement, et fin des salles de réunion — puis fera apparaître la boîte de dialogue pour signaler un utilisateur. Il est disponible pour les utilisateurs gratuits et payants de Zoom, dans les applications client pour ordinateur de bureau et mobile, avec une prise en charge Web prévue plus tard en 2020.

Quant aux participants individuels, ils peuvent désormais signaler les utilisateurs perturbateurs et les trolls eux-mêmes. Les propriétaires de comptes et les administrateurs devront toutefois activer les capacités de signalement pour les non-hôtes, en premier lieu.

Mots-clé : ZoomZoombombing
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.