Fermer
Périphériques

Le MacBook de 13,3 pouces et l’iMac de 24 pouces, les premiers ordinateurs ARM d’Apple ?

Le MacBook de 13,3 pouces et l'iMac de 24 pouces, les premiers ordinateurs ARM d'Apple ?

Les premiers mois de l’année ont été difficiles pour les entreprises et les organisations qui préparent régulièrement de grands événements année après année. La plupart ont annulé, tandis que d’autres ont mis leurs événements en attente, quoique pour une durée indéterminée. Google a bien annulé sa conférence annuelle des développeurs I/O, mais Apple poursuit ses efforts pour mettre en ligne une version de son annuel WWDC.

Et c’est une bonne chose, car on s’attend maintenant à ce qu’elle fasse l’une des plus grandes annonces de l’histoire de la société depuis que le regretté Steve Jobs a annoncé que le géant à la pomme croquée abandonnerait la plateforme PowerPC au profit d’Intel. En effet, Apple s’apprête à dévoiler aujourd’hui sa transition tant attendue entre les processeurs Intel et les processeurs ARM lors de sa conférence en ligne.

Bien sûr, ce ne sera pas le big bang, bien qu’il puisse être presque instantané pour différents segments de produits. Lorsque Apple lancera ses MacBook et Macs basés sur l’architecture ARM, il restera encore une fenêtre d’opportunité avant que tous les modèles basés sur l’architecture Intel soient progressivement abandonnés. Cependant, cette fenêtre d’opportunité pourrait ne pas être aussi grande, comme Ming-chi Kuo semble le suggérer dans une note repérée par AppleInsider.

Selon l’analyste, la WWDC 2020 qui débutera dans quelques heures confirmera officiellement le passage de la société à ses propres processeurs ARM pour remplacer les puces Intel dans les Mac. Ce sera l’annonce que Intel redoute, même si elle reste la première puce sur les PC.

Bien que ce soit l’annonce que l’on attende dans la soirée, Kuo partage quelques détails clés de son côté.

Un MacBook traditionnel, un nouvel iMac

Le premier MacBook à contenir une puce ARM d’Apple sera le modèle de 13,3 pouces au design familier. Un iMac de 24 pouces équipé d’une puce ARM, en revanche, aura un tout nouveau facteur de forme que Kuo n’est pas encore en mesure de décrire — il devrait néanmoins avoir des bords plus fins et un écran de 24 pouces. Il affirme également qu’une fois ces nouveaux appareils lancés, leurs équivalents Intel seront abandonnés, bien qu’il s’attende à ce que l’iMac soit encore rafraîchi au 3e trimestre avant le lancement au premier trimestre de l’année prochaine de la version ARM.

Selon Kuo, la transition d’Apple vers une gamme entièrement basée sur l’architecture ARM prendra de 12 à 18 mois. L’analyste s’attend à ce que les nouvelles machines ARM surpassent leurs prédécesseurs d’Intel de 50 à 100 %, bien que les performances réelles dépendront bien sûr de ce qu’Apple décidera de privilégier avec les nouvelles conceptions. Si un hypothétique processeur Apple est 50 % plus efficace qu’une puce Intel donnée, par exemple, cette marge de manœuvre pourrait théoriquement être utilisée pour prolonger l’autonomie à des vitesses similaires ou pour obtenir des performances plus rapides dans la même enveloppe thermique.

Le fait qu’Apple ait choisi le MacBook Pro et l’iMac comme ses premiers Mac basés sur l’ARM refléterait l’histoire de la dernière transition des processeurs Mac.

Un énorme changement

Ce passage de Intel à ARM sera l’un des changements les plus importants qu’Apple aura effectués depuis des décennies, non seulement sur le plan matériel, mais surtout sur le plan logiciel. Si les puces ARM ont certainement leurs avantages en matière d’efficacité énergétique, il reste à voir dans quelle mesure elles seront performantes avec un système d’exploitation de bureau comme macOS. Il faut espérer qu’Apple pourra mieux réussir que Microsoft à son premier essai.

Mots-clé : AppleARMiMacMacBook
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.