Fermer
OS

Huawei affirme que son OS est plus rapide qu’Android, et vante Apple sur la confidentialité

Huawei affirme que son OS est plus rapide qu'Android, et vante Apple sur la confidentialité

Les problèmes de Huawei sont loin d’être terminés. Les États-Unis semblent assez ambigus sur la question de savoir s’ils vont continuer à interdire Huawei à partir de produits américains et dans quelle mesure. Les autres pays suivent également les traces des États-Unis en cherchant à exclure la société des secteurs et des activités clés. Malgré cela, Huawei reste optimiste et fière de son efficacité et de son indépendance. En fait, elle prétend pouvoir faire mieux que Google ou Apple en matière de performances du système d’exploitation.

Le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, qui a côtoyé Apple à plusieurs reprises, a déclaré qu’il considérait le géant de la technologie basé à Cupertino comme un modèle pour tous ses efforts en matière de protection de la vie privée des utilisateurs. Dans une interview accordée au Financial Times citée par CNBC, Zhengfei explique que Huawei a tenté d’adopter une approche analogue dans ses relations avec le gouvernement chinois, car la société ne fournit pas de données utilisateur aux autorités de Pékin.

Un peu comme Apple l’a fait lorsque le gouvernement américain lui a demandé de partager les informations des utilisateurs et de déverrouiller les dispositifs, a-t-il suggéré.

« Nous ne ferons jamais une telle chose. Si je l’avais fait une seule fois, les États-Unis auraient des preuves à répandre dans le monde entier. Ensuite, les 170 pays et régions dans lesquels nous opérons actuellement cesseraient d’acheter nos produits et notre société s’effondrerait », a-t-il déclaré. « Après cela, qui paierait les dettes que nous devons ? Nos employés sont tous très compétents, alors ils démissionneraient et créeraient leur propre entreprise, me laissant seul pour rembourser nos dettes. Je préférerais mourir », a-t-il poursuivi.

Huawei interdit aux États-Unis

Apple a refusé de déverrouiller une série d’iPhone que les autorités américaines voulaient faire entrer dans le cadre d’enquêtes criminelles. L’iPhone utilisé par le tireur San Bernardino est l’un des appareils qu’Apple a refusé de pirater, expliquant que cela aurait compromis la sécurité de tous les clients.

Huawei, qui a souvent été accusé d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois, affirme n’avoir aucun contrôle sur les données des utilisateurs. Son fondateur, Zhengfei, explique que les opérateurs mobiles disposent en réalité de plus d’informations sur les clients que sa société. « Les données appartiennent à nos clients, pas à nous. Les opérateurs doivent suivre chaque utilisateur, sinon aucun appel téléphonique ne pourrait être passé. Il incombe à l’opérateur de suivre les données des utilisateurs. En tant que fournisseurs d’équipements, nous ne suivons aucune donnée », a-t-il déclaré.

En outre, Zhengfei indique que son système d’exploitation développé en interne, appelé HongMeng ou Ark OS, est 60 % plus rapide que Android et plus efficace que macOS d’Apple. La nature exacte de ce nouveau système d’exploitation reste incertaine, mais le PDG affirme qu’il s’agit d’un système d’exploitation universel compatible avec tout, des smartphones aux switchs.

Pour rappel, Huawei n’est plus autorisé à travailler avec des entreprises américaines en vertu d’un décret signé par le président Donald Trump à la mi-mai.

Mots-clé : Ark OSHongmengHongmeng OSHuawei
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.