Fermer
Réseau

Facebook n’a pas abandonné l’idée de construire un drone pour propager Internet

Facebook n'a pas abandonné l'idée de construire un drone pour propager Internet

Selon un rapport publié cette semaine, Facebook poursuit discrètement son plan d’utilisation de drones capables de fournir une connectivité Internet aux communautés de différentes régions du monde.

La société, mieux connue pour ses réseaux sociaux que les drones fonctionnant à l’énergie solaire, collabore avec Airbus pour contribuer à l’avancement du projet de drones Zephyr du géant de l’aviation, ainsi que de ses propres plans pour Internet, selon NetzPolitik.

La publication allemande indique qu’un document obtenu par une demande d’accès à l’information révèle que Facebook a travaillé avec Airbus sur le projet pendant une bonne partie de l’année dernière. La collaboration entre les deux sociétés semble s’être intensifiée après l’annonce par Facebook, en juin 2018, de la fin des travaux de son drone Internet Aquila après quatre ans de développement.

Le document montre que des vols d’essai du drone Zephyr utilisant des charges utiles étaient prévus pour octobre et novembre 2018 en Australie, bien que personne ne sache s’ils ont eu lieu. En outre, Facebook et Airbus ont tenu des réunions avec les régulateurs européens en avril 2018 afin d’explorer l’idée de fournir une connectivité Internet aux communautés utilisant des drones Zephyr.

De quoi relancer un projet interne

Airbus a mis au point deux versions de son drone à haute altitude. Facebook souhaiterait utiliser le Zephyr S. Ce dernier a une envergure de 25 mètres, et pèse moins de 75 kg. Lors de sa première sortie sans équipage à l’été 2018, le Zephyr S est resté en l’air 25 jours, 23 heures et 57 minutes après son décollage de l’Arizona.

Dans une déclaration à NetzPolitik, Facebook a déclaré qu’il continuait « à travailler avec des partenaires sur la connectivité HAPS (High Altitude Platform System) », mais a refusé d’en préciser. Airbus est encore à commenter. Lorsque Facebook a annoncé en 2018 qu’elle abandonnait Aquila, elle a notamment expliqué que l’une des raisons de sa décision était qu’un certain nombre de sociétés du secteur de l’aérospatiale, notamment Airbus, développaient déjà des drones à haute altitude poursuivant des objectifs similaires. Mais, ce sont les défis de conception en cours qui ont également contribué à sceller le destin d’Aquila.

Il se peut que le Zepyhr devienne un élément des plans Internet parfois critiqués de Facebook, mais la société développe déjà une série d’autres technologies pour aider à connecter les milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à Internet.

Mots-clé : AirbusdroneFacebook
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.