fermer
Objets connectés

Intel Vaunt : les lunettes connectées sont attendues cette année

La propre vision d’Intel sur les lunettes connectées a été dévoilée. Ces dernières ont été nommées Vaunt, et vont tenter de résoudre la problématique là où les Google Glass ont échoué, c’est-à-dire à avoir l’adhésion des consommateurs. Les lunettes intelligentes Vaunt d’Intel ne sont pas liées à la réalité augmentée, elles ne sont pas liées au secteur de la réalité virtuelle, et elles ne sont certainement pas des Google Glass.

Vaunt ressemble à des lunettes ordinaires et une grande partie de cette réussite provient du fait que les lunettes connectées d’Intel ne sont pas comme le projet abandonné de Google, les Snap Spectacles, ou encore les lunettes Moverio de Epson. En effet, il n’y a pas de caméra qui s’occupe de regarder le monde, et pas de boutons pour faire défiler les menus, ou d’autres éléments analogues.

Intel a découvert un moyen d’intégrer uniquement la technologie nécessaire dans ses Vaunt, comme la batterie, les capteurs essentiels et d’autres composants clés, dans les branches des lunettes sans gonfler leur taille au-delà de ce que l’on retrouve normalement dans des lunettes. Au-delà de sa conception intelligente, Intel est le seul constructeur qui va proposer de projeter des images depuis des lasers sur votre rétine, vous permettant de rester dans l’instant.

Les lunettes ne pèsent que 50 grammes, bien que l’on retrouve les verres, les batteries, le processeur, la puce Bluetooth et un projecteur laser (utilisant la technologie VCSEL) qui projette une image de 400 x 150 pixels sur l’objectif.

Une interface plus « humaine »

Pour le moment les lunettes connectées Intel Vaunt sont des prototypes

Les lunettes Vaunt d’Intel ont été fabriquées intentionnellement comme un produit à faible fonctionnalité, fournissant des notifications et des mises à jour importantes instantanément, mais de manière à ne pas vous distraire ou à ne pas attirer l’attention des autres.

Pour les passants, il est presque impossible de distinguer la Vaunt d’Intel de n’importe quelle autre paire de lunettes, selon le premier regard de The Verge sur la technologie. Le laser de classe 1 à faible puissance intégré dans les lunettes, dont Intel vante comme étant si peu puissant qu’il ne nécessite aucune certification, est une technologie de pointe. Une couche spéciale dans la lentille reflète les lasers dans votre œil, éclaboussant l’image sur votre rétine. Il est censé être difficile à remarquer de l’extérieur, autre qu’un bref éclair rouge sous un certain angle.

Concernant ce que l’utilisateur verra réellement lorsqu’il est équipé des lunettes Vaunt, Dieter Bohn détaille son expérience avec le prototype, en mentionnant que les Vaunt « projettent un rectangle de texte rouge et des icônes en bas à droite de votre champ visuel. Mais quand je ne regardais pas dans cette direction, l’affichage n’était pas visible ». Et, selon le testeur, il s’avère que c’est une fonctionnalité, et non un bug. « L’affichage sur les Vaunt est conçu pour être non intrusif. Il est là quand tu le veux, et disparaît complètement quand ce n’est plus le cas ».

Prochainement une version pour les développeurs

Vaunt fournit à l’utilisateur des informations comparables à celles d’un wearable, sauf que vous n’avez pas besoin d’essayer d’agir sur ces informations. Intel a indiqué que, tout en envisageant d’ajouter un micro pour discuter avec des assistants virtuels, comme Alexa et Google Assistant, l’objectif principal des lunettes est de faciliter l’interaction, tout en évitant le désagréable effet d’être repéré à porter des lunettes connectées.

Il n’y a actuellement aucune date de sortie fixée pour les Vaunt, mais comme les lunettes seront bientôt disponibles pour les développeurs, nous devrions en entendre parler prochainement.

Tags : IntelVaunt
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.