Fermer
Tests

Sony Xperia Z : le nouveau fleuron des smartphones sous Android

Le Xperia Z est l’un des principaux piliers du nouveau plan de Sony pour se concentrer sur le mobile, les jeux et l’imagerie. En fait, il s’agit d’un dispositif qui répond à ces trois domaines, tout en appuyant sur le fait que Sony souhaite faire ​​table rase du passé en ce qui concerne le marché des smartphones. Ce dernier tout juste en boutique ouvre la voie à une nouvelle conception, un style que Sony a également décidé de porter à sa nouvelle tablette.
D’après Sony il s’agit d’un design OmniBalance, mais il est mieux décrit comme une combinaison d’angles à 90 degrés, une répartition parfaite du poids et des côtés plats brillants.

Dès lors que vous allez pouvoir disposer du Xperia Z dans vos mains, tous les Xperias qui l’ont précédé font pâle figure en comparaison. Entre ces deux côtés en miroir, vous verrez d’abord l’écran 1080p du téléphone de Sony, mesurant cinq pouces et bénéficiant du nouveau moteur Bravia Mobile Engine 2 qui, selon le constructeur, améliore la netteté et les contrastes. Cependant, les améliorations de la ligne Xperia ne sont pas seulement esthétiques : Sony a ajouté un appareil photo de 13 mégapixels (avec le capteur EXMOR RS qui permet l’enregistrement vidéo en HDR) et un processeur quad-core Snapdragon S4 Pro cadencé à 1.5 GHz – le plus puissant processeur mobile de Qualcomm actuellement disponible sur le marché.

Outre des spécifications dignes des plus grands, le précieux dispositif est protégé par une coque qui résiste à l’eau (IPX5/7) et résistant à la poussière (IP5X). Il est rare de voir une telle protection sur un téléphone qui n’est pas commercialisé comme un appareil robuste, sans parler qu’il s’agisse du nouveau produit phare de l’entreprise. Sony cherche à réussir dans le secteur du mobile, et se donne tous les moyens pour y arriver. La société a t-elle réussi à créer quelque chose qui peut se révéler être le grand champion des smartphones Android actuels ?

Hardware

Par où commencer avec le matériel ? Que diriez-vous de ceci : c’est le smartphone le plus beau que Sony ait jamais conçu. En omettant le fait que le panneau arrière n’est pas amovible ne permettant pas d’accéder à la batterie, cela signifie que tous les composants de l’Xperia Z sont regroupés ensemble dans un mince espace mesurant à peine 7,9 mm d’épaisseur pour un poids de 146 grammes. Grâce aux ports cachés, la lumière est capable de refléter sur les côtés blancs du téléphone. En bref, c’est une vraie beauté. Il est intéressant de noter que, parallèlement au choix de plus en plus sûr du noir et blanc, il y a aussi une édition violette.

Sony Xperia Z : le nouveau fleuron des smartphones sous Android

Mais alors qu’en est-il vraiment de ce smartphone de 5 pouces par rapport à la concurrence ? En comparaison avec le substantielle Lumia 920, le Xperia Z est légèrement plus grand, mais il est plus facile à prendre en main, grâce à cette forme plus allongée. Autrement dit, on retrouve un peu la même sensation qu’avec le Galaxy Note II. Comme je l’ai mentionné auparavant, même si le téléphone est facile à prendre cela reste un smartphone de grande taille et il faudra peut-être que certaines personnes le tienne à deux mains pour s’en service. De plus, avec sa silhouette très géométrique et ses angles vifs, après quelques longues minutes d’utilisation celui-ci pourrait marquer la paume de vos mains. Cependant, aucun problème pour le mettre dans ma poche – quelque chose que l’on ne peut pas forcément dire avec d’autres téléphones embarquant des écrans de 5 pouces.

Cette coque revêtue de verre vient tout simplement placer l’Xperia Z dans cette prestigieuse collection que le Nexus 4 et l’iPhone 4S sont capables de vanter ! En revanche, Sony a différencié sa conception en étendant cette surface en verre sur les côtés du dispositif. Tant à l’arrière qu’à l’avant, le smartphone dispose d’une couche résistant aux chocs (non Gorilla Glass). À l’aide de caches – dont je mentionnerais leur utilité plus tard dans la suite de cet article – ces derniers permettent d’obtenir une surface absolument lisse sur toutes les tranches, participant grandement au succès du design OmniBalance.

Une surface en verre donne à l'Xperia Z un excellent design

Deux autres caractéristiques notables sont les conformités aux normes IPX5/7 et IP5X sur les côtés du Xperia Z. En termes réels, Sony affirme que le téléphone peut lorsque tous les ports sont couverts et les caches fermement fermés, “être protégé contre un jet d’eau à faible pression dans toutes les directions en conformité avec la norme IP 55, et/ou le téléphone peut être maintenu sous l’eau à un mètre de profondeur jusqu’à 30 minutes en conformité avec la norme IP 57”. Il est également conçu pour éloigner la poussière des parties les plus délicates du téléphone.
Ainsi, pour accéder à la micro-SIM et au slot microSD, ainsi qu’à la prise casque et micro-USB, vous devez retourner tous les couvercles hermétiques. Il y a un revêtement en caoutchouc derrière chacun d’eux, permettant de s’assurer que l’eau ne rentrera pas.
Comme vous pouvez le voir dans la vidéo d’introduction, j’ai testé de plonger le smartphone dans un bol d’eau et même sous la douche, mais rien de tout cela n’a donné lieu à un appel paniqué envers Sony demandant un autre modèle de test. Les caches sont réellement importants et je dois avouer que j’espère qu’il résiste à l’usure après une utilisation prolongée. Hum, apparemment vous pouvez faire le même test sans les caches – enfin je crois avoir lu cela – mais je ne le vous recommande pas vraiment…
En même temps, l’ouverture de ces caches est moins laborieux qu’arracher un cache de batterie ou même la batterie pour accéder à un slot micro-SIM ou micro-SD.

Vue du côté droit
Vue du dessus

Alors que vous n’aurez pas à ouvrir les caches très souvent, vous n’avez besoin que d’un accès au port micro-USB assez fréquemment. Avec toutes ces ouvertures couvertes, il aurait été agréable de voir une certaine forme de recharge sans fil, étant donné des smartphones rivaux comme le Lumia 920 ou encore le Nexus 4 le permettent.

Il sera nécessaire de retirer les caches pour utiliser un slot

Comme mentionné précédemment, être obligé de recourir à des caches pour recouvrir les connecteurs permet de disposer d’une surface absolument lisse sur toutes les tranches, et n’est interrompu que par le bouton d’alimentation, ce qui semblera familier à quiconque qui a allumé une PlayStation Vita. À côté de ce dernier en aluminium usiné, vous disposerez du bouton de volume, mais on pourra souligner l’absence d’un bouton pour prendre une photo. C’est sûrement un sacrifice qui devait être fait pour s’assurer que le téléphone serait résistant à l’eau, mais cela peut être une omission flagrante.

Sur le côté gauche, vous trouverez les caches pour microSD et micro-USB. En retournant le smartphone, vous verrez une coque en verre du plus bel effet avec un très discret logo Xperia gris au milieu qui vient parfaire l’élégance de l’ensemble. Sur celui-ci, un caméra de 13 mégapixels est présente, ainsi que son flash LED juste en-dessous et un micro secondaire. L’objectif est heureusement légèrement à l’intérieur de la coque, ce qui devrait lui permettre d’être protégé contre les rayures.

Vue du côté gauche

Sur la façade avant, le rebord de l’écran de 5 pouces est très minime. En haut, vous trouverez la caméra frontale de 2 mégapixels avec un capteur Exmor R de Sony – et qui filme également en HDR ! Sous l’écran, il n’y a rien autre que le micro du téléphone. Le Xperia Z dispose de boutons “numériques” visibles à l’écran plutôt que des touches capacitives.

Écran

Bien que beaucoup de constructeurs aient proposé des téléphones avec des écrans de 5 pouces en 1080p, le Xperia Z est le premier smartphone disposant de cette caractéristique que je puisse tester. Avec une résolution bien plus importante que le Xperia T, et que les dimensions n’ont que légèrement augmenté (de 4,6 à 5 pouces), il offre une densité plus élevée d’écran de 443 pixels par pouce. Il est clair qu’avec une telle résolution, les polices, les images paraissent plus nettes !
Dans son utilisation, le téléphone m’a semblé très lumineux, et j’ai trouvé que les réglages de la luminosité offerts avec l’Xperia Z pourraient disposer d’un plus large éventail de contrastes.

Écran de 5 pouces en 1080p

C’est le premier téléphone Sony disposant de la fonctionnalité Mobile Bravia Engine 2, qui est responsable d’une série d’améliorations de contraste et de netteté sur vos photos et vidéos (si elles ont été enregistrées sur le téléphone ou téléchargés à partir d’autres sources). Le logiciel détecte et modifie les régions les plus sombres pour davantage accentuer le noir, tandis que la distorsion des vidéos de qualité inférieure est également réduite.

Caméra

C’est le début d’un nouveau capteur Exmor RS de Sony. Promettant d’améliorer le traitement du signal, tout en augmentant la taille de la résolution du capteur par rapport à son prédecesseur, c’est réellement d’un nouveau capteur que nous offre Sony. Pour la capture des photos en 4:3, celles-ci vont être stockées en 12 mégapixels, alors que le mode 16:9 prend des photos en 9 mégapixels.

Caméra arrière de 13 mégapixels

Ce qui est intéressant, c’est le mode HDR pour l’enregistrement vidéo qui offre une plage dynamique plus grande de l’éclairage lors de la capture. Dans la pratique, cela fonctionne bien. J’ai testé divers smartphones, et la nouvelle fonctionnalité de l’Xperia Z offre un très bon compromis. L’idée est que le smartphone va passer en mode HDR ou basse-lumière tout seul, ce qui s’avère nettement mieux que d’autres téléphones où l’on doit choisir nous-même ces modes manuellement.

Caméra frontale

Sony a également apporté des modifications à l’interface de la caméra, permettant ainsi d’accéder à divers réglages de la caméra. Il y a maintenant un mode rafale capable de prendre 10 images par seconde offrant une résolution de 9 mégapixels. Vous pouvez maintenant prendre en photo une action en continue tout en filmant, mais mieux encore, il n’y a pas besoin de choisir entre les différents modes de l’appareil photo et de la caméra vidéo – il suffit de sélectionner le bouton d’enregistrement approprié.

Logiciels

Le Xperia Z ne dispose pas de la dernière itération d’Android. C’est bien Android Jelly Bean, mais c’est la version 4.1.2. Certes, les ajouts depuis lors sont relativement mineures, mais Sony a malheureusement pas eu la bonne idée d’embarquer la dernière version d’Android. Malgré cela, nous disposons bien de Google Now, tandis que Spotify et d’autres applications sont maintenant accessibles depuis l’écran de verrouillage.

Outre Jelly Bean, l’Xperia Z disposera de la surcouche Sony, qui contrairement aux autres constructeurs et notamment Samsung, se fera très discrète. On pourra même noter quelques ajouts sympathiques, tels que le widget de galeries photos ou encore le widget de gestion de l’alimentation.

Le Xperia Z ne dispose pas de la dernière itération d'Android

Outre Sony Select dont j’avoue ne pas avoir du tout testé permettant de remplacer à moindre mesure le Google Play pour la musique et la vidéo, on va retrouver, l’application Walkman qui contient votre propre catalogue de musique, quelques morceaux gratuits d’artistes. L’inscription à un abonnement premium vous apportera une lecture hors ligne sur votre matériel compatible Sony, l’iPhone et d’autres appareils Android.

On va également retrouver d’autres applications nativement installées, tels que Dropbox, OfficeSuite, Sony car et Socialife. Ce dernier est le dernier effort de Sony pour combiner vos flux RSS préférés avec Twitter et les mises à jour de Facebook. C’est moins instrusif (et gourmand en ressources) que le widget.

Un ajout plus notable est nouveau mode économiseur de batterie Stamina de Sony. Situé dans les paramètres de gestion de la batterie, l’accent est mis ici pour arrêter les applications qui nécessitent une utilisation intensive du réseau pour accéder aux données lorsque l’écran est éteint. Si tout ceci semble avoir un sens, qu’en est-il pour mes e-mails ? Ne vous inquiétez pas, car vos e-mails, WhatsApp, Twitter ou encore Facebook peuvent tous être ajoutés à une liste blanche, afin qu’ils puissent récupérer les données continuellement comme bon vous semble. La section de gestion de l’alimentation vous donne également une estimation optimiste de combien d’heures vous pourrez encore disposer du smartphone.

Performance et autonomie de la batterie

Personnellement, sans avoir réalisé de benchmark bien poussé, j’ai trouvé le Xperia Z très impressionnant et rapide dans la plupart des cas d’utilisation. En revanche, lors du lancement de l’application Appareil Phone à partir d’un appareil fraîchement démarré, il a fallu trois longues secondes en moyenne pour que celle-ci se lance, ce qui peut paraître assez long surtout compte tenu de l’absence d’une touche physique pour prendre directement une photo. Mais une fois en marche, elle se lance alors dans un délai plus supportable. Hélas, même dans ce cas, le lancement de l’appareil photo depuis l’écran de verrouillage a encore pris environ deux secondes – pas assez bon.

Cependant, ce qui nous concerne plus, est que le Xperia Z n’est pas allé au-delà de six heures dans un test poussé de l’autonomie. Dans des conditions extrêmes, WiFi activé mais non connecté, recherche sans cesse de réseau, constamment sur des applications nécessitant de récupérer des données, l’autonomie de l’Xperia Z n’a rien de transcendant, bien au contraire … On se retrouve avec un smartphone dont il est impossible d’avoir sans nécessité une recharge dans la journée.

Conclusion

Alors que le Sony Xperia T n’a pas vraiment convaincu sur le marché du mobile, c’est un soulagement aujourd’hui de voir la société en train de faire un effort considérable pour produire un smartphone haut de gamme – et c’est le cas avec ce Xperia Z. Si vous n’êtes pas amateur du polycarbonate alors ce Xperia est peut-être fait pour vous. Si j’avoue ne pas savoir s’il résiste parfaitement aux chocs, je dois dire que mon modèle de test n’a aucune rayure ! De plus, je dois souligner qu’apporter la protection d’une éventuelle glissade dans l’eau est clairement gadget mais pourra sauver votre smartphone dans quelques situations…

Alors que nous pouvons nous attendre à voir de multiples smartphones 1080p en 2013, le Xperia Z est un précurseur qui n’est peut-être pas le mieux dans la qualité globale de sa dalle de 5 pouces, mais le téléphone lui-même a un look beaucoup plus distinctif que ses concurrents.

Reste maintenant à savoir si vous êtes prêt à débourser des centaines d’euros supplémentaires pour acquérir l’Xperia Z plutôt qu’un Nexus 4 ! Quel est votre choix ?

Mots-clé : AndroidReviewSonySony Xperia ZXperia Z
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.