fermer
Tests

Test de la ASUS ROG Ally : le rival le plus puissant de la Steam Deck

Test de la ASUS ROG Ally : le rival le plus puissant de la Steam Deck

La ROG Ally d’ASUS est le premier sérieux concurrent à la couronne de jeux PC portables, la Steam Deck de Valve. Bien qu’ASUS ne soit pas une poule mouillée dans le domaine du matériel informatique, et que la ROG Ally ait l’air bien sur le papier, est-elle vraiment bonne ?

La ROG Ally avec l’APU Z1 Extreme est proposée au prix de 799 euros en France. Elle est disponible à la fois en ligne et dans diverses boutiques. Il s’agit notamment de la boutique en ligne d’ASUS et de points de vente tels que la Fnac ou encore Amazon.

Contrairement à la Steam Deck de Valve, et plus en phase avec la Nintendo Switch, la ROG Ally semble être facilement disponible. Ce n’est pas vraiment une surprise étant donné qu’ASUS est une marque mondiale de matériel informatique bien établie. Cela signifie que pour certaines personnes, la console portable populaire de Valve n’est pas une option alors que la ROG Ally d’ASUS est disponible aisément.

Dans la boîte, on retrouve :

  • ROG Ally
  • Adaptateur de 65 watts
  • Support en plastique inclus dans la boîte fait partie de l’emballage et sert également de support pour la ROG Ally
  • Manuel de l’utilisateur

ASUS ROG Ally : design, écran, haut-parleurs et commandes

La ROG Ally est plus grande et plus épaisse qu’une Nintendo Switch, et comparable à la taille et au poids d’une Steam Deck. En le tenant dans mes mains, l’appareil était confortable au point que je n’ai jamais cessé de penser à mon confort pendant que je jouais, même pendant une session de plusieurs heures. L’appareil ne semblait ni bon marché ni surdimensionné.

D’un point de vue ergonomique, elle est très agréable à utiliser. Le retour haptique est dans la moyenne par rapport au retour haptique d’une manette de la Series X, mais il ajoutait une texture décente à des jeux comme « Forza Horizon 4 ».

Les haut-parleurs m’ont laissé sans voix. Même sans les excellentes améliorations sonores Dolby activées, il ne semblait pas possible pour des enceintes frontales aussi petites d’avoir une scène sonore aussi large ou de reproduire une aussi grande partie de la gamme sonore audible. Bien que les basses soient limitées par les lois de la physique, le paysage sonore dans son ensemble était impressionnant et, grâce au système de refroidissement pratiquement silencieux, je n’ai jamais ressenti le besoin d’utiliser des écouteurs si personne d’autre n’était dans les parages pour être gêné par le son.

Avec les améliorations Dolby, le son devient littéralement de la magie noire. L’immersion des haut-parleurs intégrés était peut-être le meilleur tour de passe-passe de la ROG Ally, et je n’ai jamais rien entendu de tel.

Un magnifique écran

La dernière pièce du puzzle était le magnifique écran. Il s’agit d’un lumineux écran LCD d’une résolution 1080p avec une fréquence de rafraîchissement de 120 Hz et AMD Freesync, ce qui signifie qu’il peut s’adapter à n’importe quelle fréquence d’images arbitraire sans bégaiement.

L’écran offre la fonction LFC (Low Framerate Compensation), ce qui signifie que même si votre taux de rafraîchissement descend jusqu’à 20 %, vous bénéficierez d’une expérience fluide et sans saccades. Cela s’est avéré être une idée de génie de la part d’ASUS, car les performances des jeux sur la ROG Ally fluctuaient souvent dans une bande étroite (par exemple 45-60 fps) sans que cela soit perceptible pour moi. Cela a rehaussé l’ensemble de l’expérience de jeu de l’ordinateur de poche et a rendu les compromis de performance plus tolérables.

ASUS ROG Ally : spécifications

La ROG Ally est un ordinateur de poche qui fonctionne sous Windows 11. Le modèle examiné ici est équipé de l’APU AMD Z1 Extreme, avec 8 cœurs de CPU et un GPU basé sur la dernière architecture AMD Radeon — RDNA 3. Oui, ce petit ordinateur de poche embarque une génération de technologie GPU plus avancée que la série Xbox ou les consoles PlayStation 5.

Elle est équipée en standard d’un disque dur SSD de 512 Go et de 16 Go de mémoire vive. Au moment de la rédaction de cet article, la ROG Ally est le PC portable le plus puissant que l’on puisse acheter, même si, comme on peut s’y attendre, du matériel un peu plus puissant est sur le point de voir le jour. Un modèle ROG Ally moins cher utilisant une version non extrême du Z1 est sur le point de voir le jour, alors selon la date à laquelle vous lirez ces lignes, vous devrez vous assurer d’acheter le bon modèle !

Outre le fait qu’elle promet des performances nettement supérieures à celles de son principal concurrent, la Steam Deck de Valve, l’autre grand argument de vente de la Ally est qu’il s’agit d’un système Windows 11 moderne.

Cela signifie que tout jeu fonctionnant sur un PC de jeu Windows 11 devrait fonctionner sur la ROG Ally, du moins en principe. Vous n’avez pas à vous soucier des couches de compatibilité Linux, de l’accès à des lanceurs de jeux autres que Steam, ou de quoi que ce soit d’autre que les problèmes typiques qui peuvent survenir sur n’importe quel PC de jeu Windows.

ASUS ROG Ally : expérience d’installation

Le déballage de la ROG Ally est sans histoire et franchement inintéressant. C’est une bonne chose, car malgré ce que certaines marques voudraient vous faire croire, l’expérience de déballage n’est qu’un obstacle ponctuel entre vous et votre gadget. La boîte utilise le minimum de matériel et de papier, et elle contient essentiellement la Ally elle-même et son adaptateur d’alimentation USB-C de 65 W. L’adaptateur a un câble généreusement long, ce qui est une caractéristique importante.

Les ennuis commencent une fois que la ROG Ally est branchée et mise sous tension. C’est le même onboarding et setup familier de Windows 11 que vous obtenez avec n’importe quel nouvel ordinateur portable ou autre appareil Windows préchargé, sauf que vous n’avez pas de souris ni de clavier et que vous devez tout faire sur un écran de 7 pouces en utilisant la saisie tactile.

Bien entendu, si vous disposez d’une souris et d’un clavier, vous pouvez les connecter à l’aide d’une station d’accueil ou d’un hub USB et réduire considérablement le temps nécessaire à l’installation. J’ai voulu limiter l’expérience d’installation à ce qui est fourni dans la boîte en tant que produit complet, et la vérité est que cela a été plutôt pénible. Il y avait de nombreuses mises à jour à faire, et tous les logiciels personnalisés d’ASUS devaient également être déployés. Malgré l’accès à une fibre optique gigabit, j’ai dû consacrer une petite matinée à vérifier périodiquement si la ROG Ally avait besoin d’une intervention de ma part. Heureusement, c’est quelque chose que l’on n’a à faire qu’une seule fois. Du moins, jusqu’à ce que vous ayez besoin d’une réinitialisation d’usine ou d’une mise à niveau du SSD, mais dans tous les cas, il s’agit d’un problème relativement mineur.

ASUS ROG Ally : expérience d’utilisation

J’ai essayé de nombreux jeux sur la ROG Ally. Entre Steam, Epic Game Store, Ubisoft Connect, EA Play, Xbox Game Pass, GoG Galaxy et d’autres, vous avez accès à des milliers de jeux vidéo.

Les jeux plus anciens et même certains jeux plus récents n’ont eu aucun mal à atteindre la limite de 120 Hz, de nombreux jeux de l’ère PS3 atteignant ou dépassant les 60 fps. Cependant, il est clair que les benchmarks synthétiques et les performances théoriques sur papier du Z1 Extreme ne se vérifient pas vraiment dans le monde réel. Par exemple, en utilisant les paramètres « Original » équivalents à ceux de la PS4 dans « Horizon Zero Dawn » en mode de performance 15W, la ROG Ally a eu du mal à atteindre l’objectif de 30 fps de la console d’origine. Cependant, l’utilisation du mode turbo de performance maximale m’a permis d’atteindre confortablement la plage de 40-55 fps. Néanmoins, il est clair que ce matériel peut être plus performant, et les mises à jour d’ASUS depuis sa sortie ont permis d’améliorer les performances sur ce front.

Bien que vous puissiez trouver en ligne des paramètres optimisés pour la ROG Ally pour de nombreux jeux populaires, mon approche a été principalement de régler les jeux sur leur préréglage « élevé », d’augmenter la qualité des textures pour remplir les 4 à 6 Go de VRAM que vous pouvez actuellement allouer, et de voir quelles performances je pouvais obtenir dans les modes performance et turbo. D’après les nombreux jeux auxquels j’ai joué, vous obtiendrez une expérience très jouable avec presque tous les jeux de cette manière, vous pouvez donc laisser le réglage fin pour quand vous en aurez envie, si jamais.

ASUS ROG Ally : logiciel

L’une des choses pour lesquelles la Steam Deck est vraiment louée est son système d’exploitation personnalisé et ses logiciels qui vous permettent de contrôler finement le système. Malheureusement, les mains d’ASUS sont liées à bien des égards lorsqu’il s’agit de Windows 11, où le mieux qu’ils puissent faire est de mettre un logiciel personnalisé sur la version standard de Windows. Pour l’essentiel, cela a très bien fonctionné. En appuyant sur un bouton matériel dédié, vous pouvez rapidement faire apparaître les paramètres rapides et modifier les modes de performance, les modes de contrôle, le taux de rafraîchissement et d’autres choses utiles. Ce panneau est également entièrement personnalisable, ce qui est une excellente chose.

Dans l’ensemble, le logiciel complémentaire d’ASUS offre une quantité étonnante de personnalisation, et si vous y mettez le temps, vous pouvez créer exactement ce que vous voulez avec des profils de contrôle par jeu et divers autres paramètres personnalisés.

Malheureusement, l’utilisation de toutes ces fonctions est loin d’être intuitive, et j’ai donc dû consulter tous les menus et sous-menus du logiciel d’ASUS pour comprendre ce qui était possible, ou pour savoir où certains paramètres étaient cachés. C’est un paradis pour les fouineurs, mais si vous voulez juste prendre en main et jouer, ce n’est pas tout à fait ça.

ASUS ROG Ally : autonomie

Bien que j’aie été très impressionné par la ROG Ally dans son ensemble, par l’expérience de jeu générale et par la flexibilité qu’il offre, le maître mot est sa batterie de 40 Wh. Avec un réglage en mode turbo à 25 W, vous obtiendrez une autonomie entre 45 minutes et 1 heure. Bien sûr, comme mentionné plus haut, le mode 15 W est le plus performant, mais même dans ce cas, une batterie pleine ne signifie qu’environ 2 heures de jeu. Ce n’est pas beaucoup, surtout si l’on tient compte de la légère friction pour démarrer et configurer les jeux. Jouer à des jeux plus anciens comme « The Elder Scrolls Oblivion » est parfaitement viable en mode 10 W, où la consommation totale du système semble tourner autour de 13W, soit environ 3 heures de jeu. Voici donc la fourchette : 1 à 3 heures.

Pour contourner les limites de la batterie, j’ai utilisé une batterie externe. Vous avez besoin d’un modèle offrant au moins 65 W de puissance USB-C Power Delivery (PD) et j’ai donc choisi un modèle qui offre un peu moins de 80 Wh de puissance. Cela représente 4 heures de jeu normal, ou 2 heures supplémentaires en mode turbo. La ROG Ally peut se recharger rapidement, donc si vous jouez en sessions plus courtes lorsque vous êtes en déplacement, une batterie externe peut recharger l’unité pendant vos pauses. La ROG Ally prend en charge la charge par dérivation, ce qui signifie que si elle est branchée sur une source d’alimentation qui fournit suffisamment de puissance, elle ignore complètement la batterie, en supposant qu’elle est complètement chargée.

La batterie de 40 Wh n’est vraiment pas à la hauteur, et vous devez affiner vos paramètres de jeu et d’alimentation pour trouver un équilibre utilisable. À moins d’être hors de la maison et loin d’une prise de courant, ma ROG Ally était branchée sur la prise la plus proche, que je sois sur le canapé ou dans mon lit. L’utilisation de la batterie interne ne devrait être qu’un dernier recours, les solutions externes telles que les batteries externes offrant la meilleure option en dehors du secteur.

ASUS ROG Ally : verdict

Lq ROG Ally d’ASUS est un PC de jeu portable solide qui offre une large compatibilité avec les jeux Windows et des performances de premier ordre. Si vous êtes déjà un joueur de PC sous Windows, vous ne serez pas découragé par les difficultés habituelles. Si vous recherchez une expérience analogue à celle d’une console, la Steam Deck est un meilleur pari, ou peut-être attendez-vous le successeur de la Nintendo Switch. Cependant, aucune de ces options ne vous donne accès au nombre impressionnant de jeux jouables sur un PC Windows.

L’autonomie de la batterie est un vrai problème, et vous devez avoir des attentes réalistes à ce sujet. Investir dans une batterie externe adaptée est un bon moyen d’atténuer ce problème. Dans l’ensemble, tant que vous comprenez ce que la ROG Ally est et n’est pas, il est facile de le recommander en tant que produit à part entière.

Alors, à qui s’adresse la ROG Ally ? Si vous acceptez l’autonomie plutôt médiocre de la batterie interne, ou que vous êtes prêt à jouer les dés à cet égard, alors la ROG Ally est une recommandation facile.

Avis sur le produit

Design 8.5
Écran 8
Performances 7.5
Autonomie 6.5
Logiciel 7

Résumé

7.5 Bon La ASUS ROG Ally est un PC de jeu portable qui se veut un concurrent majeur de la Steam Deck de Valve. Elle fonctionne sous Windows et est équipée de processeurs AMD Ryzen Z1. Elle dispose également d'un écran Full HD d'une grande netteté et d'un taux de rafraîchissement de 120 Hz.

Tags : ASUSROG Ally
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.