fermer
OS

Microsoft prend en charge Windows 11 sur les Mac M1 et M2 grâce au partenariat avec Parallels

Microsoft prend en charge Windows 11 sur les Mac M1 et M2 grâce au partenariat avec Parallels

En l’absence d’une version de Boot Camp fonctionnant sur les Mac dotés d’une puce Apple Silicon, la meilleure façon d’exécuter Windows sur ces derniers était d’utiliser une application de virtualisation comme Parallels ou (plus récemment) VMware Fusion. Le problème est que, jusqu’à présent, la version Arm de Windows qui fonctionne sur les Mac Apple Silicon n’a pas été techniquement autorisée à fonctionner sur autre chose que les PC Arm fournis avec, en raison des restrictions de licence de Microsoft.

Ces problèmes de licence n’ont pas techniquement empêché les gens d’exécuter la version Arm de Windows sur d’autres matériels, y compris les Mac Apple Silicon et le Raspberry Pi, mais cela pourrait être plus un problème pour les responsables informatiques qui voulaient déployer Windows sur des Mac sans se soucier de la responsabilité légale.

Aujourd’hui, Microsoft bénit officiellement Parallels comme moyen d’exécuter les versions Professional et Enterprise de Windows 11 sur les Mac Apple Silicon.

Alors que Microsoft a des limites sur les CPU qui sont pris en charge pour exécuter Windows 11 en natif, la société est heureuse pour les utilisateurs Apple M1 et M2 d’exécuter l’OS dans une machine virtuelle. Cela ne fournira pas la meilleure performance qui serait capable par une solution native, mais Apple n’a montré aucun signe de support de Boot Camp sur les Macs M1 ou M2.

Parallels a commencé à prendre en charge Windows sur les puces M1 avec la version 16.5 de Parallels Desktop, l’actuelle version 18 vous permet de télécharger et d’installer Windows 11 en un seul clic. Parallels gère également la complexité des exigences TPM et Secure Boot de Windows 11 avec un TPM virtuel qui est associé au Apple Silicon.

Quelques limitations

La version Arm de Windows fonctionnant sous Parallels a quelques limitations : pas de prise en charge de DirectX 12 ou des versions plus récentes d’OpenGL, pas de prise en charge des Subsystem Linux ou Android, et quelques fonctions de sécurité manquantes. Mais, elle peut exécuter les applications Windows natives Arm ainsi que les applications x86 32 et 64 bits grâce aux fonctions de traduction du code x86 vers l’Arm de Windows 11. Pratiquement tout ce qui n’est pas un jeu devrait fonctionner assez bien, étant donné la vitesse des familles de puces M1 et M2 d’Apple, bien qu’il y ait encore des cas limites étranges pour des applications spécifiques, et que le matériel qui nécessite des pilotes spécialisés pour fonctionner sous Windows puisse ne pas supporter la version Arm.

Parallels permet l’installation de Windows depuis un certain temps maintenant, mais il utilisait toujours une faille du programme Windows Insider qui permettait l’installation sans activation. À partir d’aujourd’hui, les utilisateurs peuvent exécuter les versions standard de Windows 11 Pro et Enterprise avec le support complet de Microsoft.

Pour les administrateurs ou les utilisateurs expérimentés qui ont besoin d’un moyen plus centralisé et plus facile à gérer pour déployer Windows sur ces Mac, ou qui veulent simplement exécuter Windows sans les limitations techniques de Parallels, Microsoft recommande d’utiliser Windows 365 Cloud PC à la place. Ces plans sont chers mais vous évitent d’avoir à installer et configurer Windows sur chaque Mac sur lequel vous avez besoin d’exécuter Windows. Ils ne consommeront pas autant d’espace de stockage local ou de RAM qu’une copie virtualisée de Windows fonctionnant dans Parallels.

Tags : Apple SiliconMicrosoftParallelsWindows 11
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.