close
IA

Google supprime 12 000 emplois, le plus grand licenciement de son histoire

Google supprime 12 000 emplois, le plus grand licenciement de l'histoire de l'entreprise

Au cours des 6 derniers mois, Sundar Pichai, le PDG de Google, s’est efforcé de réduire les coûts en mettant fin à divers projets au sein de l’entreprise. Ce vendredi, le couperet est finalement tombé sur une grande partie des effectifs de Google. Dans le cadre du plus grand licenciement de son histoire, Google annonce qu’il va supprimer 12 000 emplois au sein de l’entreprise et de sa société mère, Alphabet. Ces suppressions représentent environ 6 % des effectifs de Google et correspondent à des mesures analogues prises récemment par Microsoft et Amazon.

Pichai a annoncé les licenciements sur le blog de Google, précisant que les employés américains qui seront licenciés ont déjà été informés. Pour les employés internationaux, Pichai a déclaré que « ce processus prendra plus de temps en raison des lois et pratiques locales ». Pichai a imputé les licenciements à l’économie, déclarant : « Nous avons embauché pour une réalité économique différente de celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui ».

Google, qui est dirigé par la société mère Alphabet, s’est montré prudent quant à l’ajout de technologies basées sur l’intelligence artificielle à sa gamme de services. Cependant, la société prévoit maintenant d’annoncer plus de 20 projets basés sur l’IA tout au long de l’année 2023, ajoute la publication.

L’IA comme directive

Comme toujours, Pichai a parlé de l’IA comme de l’avenir de l’entreprise, en disant : « Faire pivoter l’entreprise pour être AI-first il y a des années a conduit à des avancées révolutionnaires à travers nos entreprises et l’ensemble de l’industrie ». Cependant, Google a eu du mal à monétiser une grande partie de ses travaux sur l’IA. Le produit d’IA le plus en vue de Google est Google Assistant, mais il aurait vu son soutien réduit après l’échec des plans visant à le monétiser (Amazon Alexa connaît le même sort). Deepmind a séduit le monde entier par sa capacité à affronter les meilleurs joueurs du jeu compliqué « Go », mais ce projet ne s’est jamais traduit par une quelconque activité commerciale.

La nouvelle tendance de l’IA est un ensemble de bots qui prennent en charge des tâches créatives, comme le chatbot ChatGPT et les générateurs d’œuvres d’art. L’essor de ces projets a entaché la réputation de Google en tant que leader de l’IA et a conduit Pichai à déclarer un « code rouge » au sein de l’entreprise. Alors que Google est censé travailler sur un produit de chatbot, dans un monde où des outils utiles comme Alexa et Google Assistant ne font pas d’argent, on ne voit pas pourquoi un bot de création littéraire serait différent.

La mission de réduction des coûts de Pichai a commencé en juillet lorsqu’il a déclaré que la productivité de l’entreprise n’était « pas là où elle doit être ». Google a ensuite mis fin aux efforts de la division matérielle en matière d’ordinateurs portables, s’est séparé du projet Loon, a réduit de moitié le groupe « incubateur d’idées » de son Area 120, a supprimé Google Stadia, a décidé de moins investir dans Google Assistant, a fusionné Waze avec Google Maps, a supprimé 15 % des effectifs de Verily, la société de santé d’Alphabet, et 17 % des effectifs de la société de robotique « Intrinsic » d’Alphabet.

Pichai indique qu’une réunion publique aura lieu lundi.

Tags : GoogleIA
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.