fermer
Mobile

Voici comment Huawei prévoit de contourner l’interdiction des puces aux États-Unis

Huawei Mate 50 Pro 2
Voici comment Huawei prévoit de contourner l'interdiction des puces aux États-Unis

En 2020, les États-Unis ont apporté un changement à une règle d’exportation pour empêcher les fonderies qui utilisent la technologie américaine pour fabriquer des puces d’expédier des semi-conducteurs de pointe à Huawei. À l’époque, Huawei était le deuxième client de TSMC, le premier fondeur mondial, derrière Apple. Cette situation, ainsi que les restrictions imposées à Huawei par les États-Unis l’année précédente, a contribué à rendre la vie extrêmement difficile au fabricant chinois considéré comme une menace pour la sécurité aux États-Unis.

Il serait inexact de dire que Huawei s’est contenté de faire le mort. En fait, l’entreprise a trouvé le courage de puiser au fond d’elle-même et de développer son propre système d’exploitation HarmonyOS, qui en est maintenant à la version 3.0. Et elle a pu se procurer des puces Snapdragon 8+ Gen 1 en 4 nm, rapides, et économes en énergie, même si elles ont été modifiées pour ne pas être utilisées avec les réseaux 5G. Plus de Google Mobile Services ? Huawei Mobile Services a pris le relais et offre aux utilisateurs un excellent écosystème.

Et les longues files d’attente et la forte demande récemment observées pour la série Huawei Mate 50 ont prouvé qu’il ne fallait pas oublier Huawei. Selon Bloomberg, Huawei soutiendrait un jeune fabricant de puces de Shenzhen qui a pu commander du matériel de fabrication de puces, même à l’étranger, dans l’intention de construire une usine de fabrication de semi-conducteurs connue dans le commerce sous le nom de « fab », abréviation de « fabrication facility ».

86b49126 2dfe 4cd3 b17d cee30a53

Selon les personnes au courant, la société Pengxinwei IC Manufacturing Co. est non seulement dirigée par un ancien cadre de Huawei, mais elle construira son usine près du siège de Huawei, d’après des documents publics et des photos satellites. Les personnes au courant rapportent que Huawei prévoit d’acheter jusqu’à 100 % de la production de la fonderie. Les équipements commandés par l’entreprise pour fabriquer des semi-conducteurs sont censés arriver au cours du premier semestre de l’année prochaine ; l’entreprise est connue sous le nom de PXW.

Un équipement important que PXW pourrait avoir du mal à obtenir est la machine de lithographie EUV (Extreme Ultraviolet). Fabriquées uniquement par la société néerlandaise ASML, ces machines ont à peu près la taille d’un bus et sont utilisées pour graver des circuits extrêmement fins (bien moins que la largeur d’un cheveu humain) sur une plaquette, ce qui permet de placer les transistors sur une puce. Comme il y a des milliards de transistors à l’intérieur des semi-conducteurs les plus puissants, vous pouvez imaginer à quel point ces dessins doivent être fins.

Aussi importantes que soient les machines de lithographie EUV pour la production de puces de pointe, le gouvernement néerlandais ne permettra pas à une entreprise chinoise d’acheter l’un de ces mastodontes de 200 millions de dollars. La plus grande fonderie chinoise, SMIC, affirme avoir été en mesure de produire des puces de base de 7 nm (TSMC et Samsung Foundry produisent toutes deux en masse des puces de 3 nm plus puissantes et plus économes en énergie) sans posséder de machine de lithographie EVU, mais il sera difficile de descendre en dessous de 7 nm sans elle.

Du 28 nm pour … 2025 

PXW est désormais dans le collimateur du Bureau of Industry and Security du ministère américain du Commerce, qui surveille les restrictions commerciales. S’adressant à Bloomberg News, l’agence déclare qu’elle est au courant de PXW et des « allégations de relations avec Huawei ».

Bien que le rapport de Bloomberg indique qu’il n’est pas clair si les plans de la startup de puces violent l’une des sanctions commerciales américaines contre Huawei, la société aura du mal à se procurer tout l’équipement nécessaire pour construire des puces de pointe pour le fabricant. Huawei, comme Apple, conçoit ses propres puces et, parce qu’elle n’a pas d’usine (elle ne possède pas de site de production), elle compte sur les fonderies pour fabriquer ses puces Kirin.

PXW n’est donc pas une menace pour TSMC ou Samsung, du moins pas pour le moment. PXW dit espérer démarrer la production en 2025 avec des puces en 28 nm, soit plusieurs générations derrière les puces de pointe en 2 nm qui seront produites cette année-là par TSMC et Samsung.

Tags : HuaweiPXW
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.