close
Google

Google célèbre Jacqueline Charlotte Dufresnoy avec le doodle Coccinelle

Google célèbre Jacqueline Charlotte Dufresnoy avec le doodle Coccinelle

Aujourd’hui 23 août, l’animatrice Jacqueline Charlotte Dufresnoy, plus connue sous le nom de Coccinelle, aurait déjà fêté son 91e anniversaire et est honorée à cette occasion par un très beau Google Doodle. Le doodle d’aujourd’hui rend hommage à une femme qui est née homme et qui a dû vivre et souffrir pendant de nombreuses années avec le « mauvais » sexe. Elle est encore aujourd’hui considérée comme la trans la plus célèbre de France.

Le Google Doodle en hommage à Jacqueline Charlotte Dufresnoy montre l’artiste pendant l’un de ses spectacles. Nous voyons une belle femme, où l’apparence joue un rôle très important, qui possède néanmoins des traits clairement masculins.

Jacqueline Charlotte Dufresnoy se tient sur scène en tant que Coccinelle devant un rideau rouge et présente probablement un spectacle de travestissement. Le détail intéressant est la petite coccinelle qu’elle porte sur le dos de la main. C’est en effet en tant que tel qu’elle a été déguisé lors d’un de ses premiers spectacles : Robe rouge et pois noirs. Lorsque le public lui a demandé comment elle s’appelait, elle a répondu pour la première fois « Coccinelle ». C’est ainsi qu’est né son nom d’artiste, qu’elle utilisera toute sa vie et sous lequel de nombreux Français la connaissent encore aujourd’hui.

Aujourd’hui, l’inscription de Google s’affiche une fois de plus de manière bien lisible sur le rideau derrière Coccinelle. Il est un peu artistique et se divise en deux, de sorte que l’artiste elle-même n’en est pas cachée ou ne masque pas une lettre du lettrage.

Une vie difficile à l’époque

Coccinelle est née le 23 août 1931 à Paris sous le nom de Jacques-Charles Dufresnoy. Plus tard, Jacques est devenu Jacqueline et Charles Charlotte — ce qui explique déjà leurs noms différents. On dit qu’il/elle a remarqué très tôt qu’il/elle était né(e) dans le mauvais corps ou avec le mauvais sexe et qu’il/elle s’est toujours senti(e) comme une fille. Cela a conduit Dufresnoy à porter de plus en plus souvent des vêtements féminins et à se maquiller en conséquence. Dans la France de l’époque, cela était encore mal vu, si bien qu’elle s’est vue confrontée à de nombreuses hostilités.

Déguisée en femme, elle commença rapidement une carrière couronnée de succès avec des spectacles de travestissement, qui, comme chacun sait, se basent sur le fait que les hommes se déguisent et se font passer pour des femmes de manière exagérée. Il n’y avait pas d’autre choix, car les opérations de réassignation sexuelle étaient alors interdites en France sous peine de sanctions. Grâce à une morphologie avantageuse, qui n’était sans doute pas aussi masculine que cela, la prise d’hormones œstrogènes a tout de même permis d’obtenir quelques résultats en matière de transformation physique.

Quelques années plus tard, il y eut tout de même une possibilité de changement de sexe, qui put être réalisée à Casablanca. Coccinelle n’aurait pas hésité une seconde et se serait mise en route. Lorsqu’elle est revenue en France, déjà star à l’époque, son changement de sexe a fait grand scandale. Mais c’est aussi ce qui l’a rendue célèbre jusqu’à aujourd’hui.

En plus d’être la première personne française à subir une chirurgie de confirmation de genre, Coccinelle est également devenue la première personne transgenre en France à se marier légalement. Bien que le mariage gay n’ait pas été légalisé en France avant 2013, Coccinelle a été acceptée en tant que femme et autorisée à épouser le journaliste sportif Francis Bonnet en 1960. Elle a même été autorisée à se marier à l’église, à condition de se faire rebaptiser en tant que Jacqueline. Elle s’est encore mariée deux fois au cours de sa vie, avec un danseur paraguayen du nom de Mario Costa, et enfin avec le militant transgenre Thierry Wilson. Coccinelle et Wilson ont ensuite fondé l’organisation Devenir Femme, dont l’objectif est d’apporter un soutien aux personnes transgenres souhaitant subir une opération de confirmation du genre. Elle a également contribué à la création du Centre d’aide, de recherche et d’information sur la transsexualité et l’identité de genre.

La plupart des informations disponibles en ligne sur la vie de Coccinelle proviennent de ses nécrologies, après son décès par accident vasculaire cérébral à Marseille en 2006, ainsi que de son autobiographie éponyme de 1987. Mais son héritage demeure à travers ses films captivants, ses images et son statut de pionnière pour les personnes LGBTQ en France.

Tags : CoccinelledoodleGoogle Doodle
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.