close
Google

Google réduit de 30 % à 15 % les commissions versées aux développeurs du Google Play Store

Google réduit de 30 % à 15 % les commissions versées aux développeurs du Google Play Store

Récemment, on a beaucoup parlé des commissions que Google et Apple prélèvent auprès des développeurs pour les achats effectués sur leurs Play Store et App Store respectifs. En effet, la pratique du secteur consistant à réduire les revenus de 70/30 entre les développeurs et les propriétaires de magasins d’applications a été examinée à la loupe ces dernières années, surtout après que Epic Games ait fait grand bruit à ce sujet.

Cela a obligé quelques plateformes à modifier leur politique, en réduisant généralement la « taxe sur les développeurs » dans certaines circonstances seulement. Cependant, en général, les propriétaires de boutiques prennent toujours 30 % des bénéfices par défaut, mais Google apporte un changement significatif à cette politique pour pousser les abonnements au premier plan.

Comme beaucoup de choses dans les entreprises, la répartition 70/30 des revenus est devenue une norme de facto sans qu’il y ait de consensus explicite entre les acteurs du secteur. Donner aux propriétaires de boutiques et de plateformes 30 % des bénéfices a peut-être bien fonctionné pour des entreprises comme Steam, où chaque produit se vend souvent à deux chiffres, mais cela n’est pas très opportun sur le marché des applications mobiles. Malheureusement, cela a été le statu quo pendant de nombreuses années, ce qui a vraiment nui aux développeurs qui vendaient leurs applications à un prix moyen de 4,99 euros, voire moins.

La situation peut être encore pire pour les applications et les services dont les bénéfices peuvent être réalisés sur une base mensuelle ou annuelle. Dans le même temps, des entreprises comme Google et Apple tentent de promouvoir le modèle d’abonnement comme une stratégie plus viable et durable que les paiements uniques pour les applications. Afin d’encourager ce modèle, Google rend plus attrayant pour les développeurs le passage aux frais d’abonnement en réduisant la taxe qu’ils doivent payer.

À partir de janvier prochain, la commission que Google prélève sur les abonnements aux applications depuis le Google Play Store passera de 30 % à 15 %. Ce changement concerne spécifiquement les abonnements numériques dans les applications, qui sont, selon l’article de blog de l’entreprise, l’un des modèles de paiement dans les applications qui connaît la plus forte croissance.

Une bataille de longue haleine pour la réduction des commissions

Jusqu’à présent, Google proposait que les frais passent de 30 % à 15 % après 12 mois d’abonnement récurrent, mais les choses vont maintenant changer et les frais seront de 15 % dès le début de l’abonnement. En outre, les services de streaming musical et les livres électroniques pourront bénéficier de frais de service de 10 %. Ce changement s’inscrit dans le cadre du programme Media Experience de Google, qui, au début de l’année, a permis à ces services de bénéficier d’une commission de 15 %.

Le débat sur ces commissions a commencé l’année dernière avec la bataille juridique entre le fabricant de jeux Epic et Apple, qui s’est répétée en raison des taux de commission élevés. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, le célèbre jeu mobile Fortnite d’Epic Games a été retiré de l’App Store d’Apple l’année dernière, au moment du scandale.

Ce qui s’est passé à l’époque, c’est que Epic Games a essayé de contourner la commission de 30 % de l’App Store en incluant un lien pour des paiements alternatifs dans le jeu Fortnite, ce qui violait le contrat que le développeur avait avec Apple. Par la suite, Apple a retiré le jeu de l’App Store et depuis, Epic Games se bat contre Cupertino et Google devant les tribunaux.

Tags : GoogleGoogle Play Store
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.