close
Technologies

La première puce 2 nm d’IBM laisse entrevoir les processeurs de demain

La première puce 2 nm d'IBM laisse entrevoir les processeurs de demain

Il n’y a pas de limite à ce que l’on peut mettre dans un smartphone sans sacrifier d’autres éléments comme la taille du smartphone, l’espace interne, les émissions thermiques et l’autonomie de la batterie. Une solution consiste à réduire la taille de ces composants tout en maintenant, voire en améliorant, leurs performances et leur efficacité. C’est souvent le cas avec les semi-conducteurs, en particulier les processeurs qui alimentent les téléphones, les ordinateurs portables et les ordinateurs.

Alors que les smartphones et les ordinateurs deviennent de plus en plus exigeants, les fabricants recherchent des puces puissantes qui consomment moins d’énergie. Aujourd’hui, IBM nous donne un aperçu de l’avenir avec la première puce en 2 nm au monde, qui affiche des performances supérieures de 45 % et consomme 75 % d’énergie en moins que les meilleures puces en 7 nm.

Développée quatre ans seulement après l’annonce par IBM de ses puces en 5 nm, la nouvelle puce en 2 nm fait tenir 50 milliards de transistors sur une plaquette de la taille d’un ongle. Plusieurs de ses composants sont plus petits que des brins d’ADN, grâce à la nouvelle technologie EUV (Extreme Ultra Violet). Pour mettre les choses en perspective, une puce de 5 nm contient moins d’un million de transistors par millimètre carré, tandis que cette puce de 2 nm, qui sert de preuve de concept, peut en contenir plus de 300 millions.

Selon IBM, la nouvelle conception en 2 nm pourrait donner naissance à des smartphones ayant une autonomie de quatre jours, réduire l’empreinte carbone des centres de données, augmenter la puissance de traitement des ordinateurs portables et débloquer une nouvelle génération d’IA.

Quiconque connaît la transition d’Apple vers les processeurs Apple M1 en 5 nm sait que ces puces super petites et efficaces sont révolutionnaires.

L’avenir radieux ?

Cela dit, il est trop tôt pour s’enthousiasmer pour les processeurs 2 nm d’IBM, aussi séduisants qu’ils puissent paraître. En effet, les produits équipés de puces de 2 nm pourraient ne pas arriver avant 2027. D’ici là, les consommateurs pourraient déjà s’être habitués aux puces de 5 nm et 3 nm, de sorte que les avantages des puces de 2 nm pourraient ne pas être aussi évidents.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas IBM qui produira nos puces en 2 nm. Le géant de l’informatique est aujourd’hui davantage un laboratoire de recherche, qui produit de nouvelles technologies plutôt que de vendre des produits. Les partenaires d’IBM, à savoir Samsung et Intel, seront probablement les premiers à bénéficier de cette technologie.

Tags : IBM
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.