Fermer
Mobile

Samsung enregistre la 2e plus grande part de bénéfices depuis 2014

Samsung aurait réussi à augmenter la part des bénéfices au cours du 3e trimestre de cette année. Selon un rapport du cabinet d’études de marché Strategy Analytics, Samsung a réalisé plus de 30 % de ses bénéfices dans le marché des smartphones.

Au troisième trimestre, l’activité smartphone de Samsung a contribué à 32,6 % des bénéfices mondiaux dans le marché des smartphones. Il s’agit notamment d’une augmentation de 18,8 % par rapport à sa part de bénéfices au cours du même trimestre de l’année dernière.

La dernière part des bénéfices de Samsung est la plus importante qu’elle ait réalisée depuis le deuxième trimestre 2014. Au deuxième trimestre 2014, le géant technologique sud-coréen avait une part de 37,9 %. Cette évolution intervient à un moment où Samsung a dépassé Xiaomi pour retrouver sa position de leader des smartphones sur le marché indien grâce aux diverses restrictions imposées à l’importation de technologies chinoises.

Dans le même temps, Apple a réussi à conserver sa position de fabricant de smartphones le plus rentable au monde. Selon le rapport, la société a réalisé 60,5 % de ses bénéfices au troisième trimestre.

Bien que ce chiffre soit encore respectable, la part globale de l’entreprise a diminué par rapport aux 66,9 % du troisième trimestre 2019.

Samsung surfe sur la bonne vague

La marge d’exploitation d’Apple a été réduite à 21 % en raison de la sortie tardive de la gamme d’iPhone 12. D’autre part, la marge d’exploitation de Samsung a augmenté à 14 %, contre 11 % au même trimestre de l’année dernière.

Sur le plan des revenus, la part de Samsung s’est élevée à 22,6 % au troisième trimestre, tandis qu’Apple est en tête avec 29,5 % au cours du même trimestre. En ce qui concerne les livraisons, Samsung a eu une part de marché de 21,9 %, suivie de Huawei avec 14,1 %, de Xiaomi avec 12,7 % et d’Apple à la quatrième place avec 11,9 %.

Mots-clé : Samsung
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.