Fermer
Apple

Apple atteint le seuil des 2 000 milliards de dollars en capitalisation boursière

Apple atteint le seuil des 2 000 milliards de dollars en capitalisation boursière

Apple a atteint une capitalisation boursière de 2 000 milliards de dollars mercredi matin, ce qui en fait la première société cotée en bourse aux États-Unis à franchir ce cap. Il s’agit d’une étape arbitraire, mais importante, qui témoigne des performances du fabricant d’iPhone, qui défient toute pandémie.

Le géant de la technologie a franchi pour la première fois la barre du billion de dollars en août 2018 et a doublé de valeur en un peu plus d’un an, avec une énorme poussée de croissance rien qu’au cours des derniers mois, alors que la pandémie liée au coronavirus ravageait d’autres pans de l’économie américaine. Tout cela s’est passé il y a quelques heures, lorsque le titre d’APPL a atteint 467,80 dollars, poussant la valeur marchande de la société au-delà du seuil des 2 000 milliards de dollars.

L’ascension fulgurante d’Apple en fait la société la plus rentable au monde, dépassant la société d’État saoudienne, Saudi Aramco — le géant du gaz et du pétrole dont le siège social est en Arabie Saoudite — qui a été la première société à atteindre la barre des 2 000 milliards de dollars, selon CNBC. Aramco a brièvement franchi la barre des 2 000 milliards de dollars en décembre 2019, mais elle est depuis passée sous ce chiffre en raison de la chute du cours de ses actions. Le 4 août 2020, Apple l’a dépassée.

Cette évaluation massive n’est que le dernier coup de pouce à la part de marché du monde de la technologie. Les plus grands de la technologie — dont Amazon, Google et Facebook — ont connu une croissance étonnante au milieu de la pandémie. Amazon a enregistré des bénéfices records au cours du dernier trimestre, tandis que Facebook a ignoré un important boycott publicitaire.

Avec la croissance des revenus d’Apple provenant de ses services et ses offres d’abonnements prévues plus tard dans l’année, cela montre que l’avenir du fabricant d’iPhone ne dépend pas seulement de son matériel, mais aussi des logiciels qui fidélisent les clients. L’iPhone a permis à Apple d’atteindre 1 000 milliards de dollars. Les services, quant à eux, lui ont rapporté 2 000 milliards de dollars.

Ça risque de grincer des dents maintenant

Mais bien que les revenus soient en plein essor, Apple est confronté à une série d’obstacles réglementaires concernant l’écosystème d’applications. En effet, le plafonnement historique du marché d’Apple intervient à un moment où la société est sous le coup d’une enquête pour des pratiques antitrust, notamment en ce qui concerne l’App Store. Des enquêtes distinctes menées par le New York Times et le Wall Street Journal l’année dernière ont révélé qu’Apple a favorisé ses propres applications par rapport à celles de tiers. Le géant technologique fait actuellement l’objet d’enquêtes fédérales, et le PDG d’Apple, Tim Cook, a dû témoigner lors d’une audience antitrust du Big Tech le mois dernier dans le cadre des enquêtes en cours.

D’autres entreprises prétendent que l’App Store d’Apple participe à des pratiques anticoncurrentielles. La semaine dernière, Epic Games a poursuivi Apple pour avoir retiré Fortnite de l’App Store. Le procès d’Epic Games porte sur des allégations : « Parce qu’Apple a un monopole sur la distribution des applications iOS, les développeurs d’applications n’ont pas d’autre choix que d’accepter ce lien anticoncurrentiel ; c’est la voie d’Apple ou l’autoroute ».

Mots-clé : Apple
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.