Fermer
Mobile

Le personnel de Huawei aurait des liens avec l’armée et le renseignement chinois

Le personnel de Huawei aurait des liens avec l'armée et le renseignement chinois

Selon un nouveau rapport, des fuites dans les offres d’emploi suggèrent que les employés de Huawei entretiennent des relations étroites avec l’armée et les services de renseignement chinois. La révélation met le géant de la technologie dans une situation délicate face à la surveillance accrue des États-Unis.

Une nouvelle analyse des CV des employés de Huawei qui ont été divulgués a révélé des liens entre l’entreprise de technologie et l’armée chinoise, en particulier ses cyberagences, selon le Telegraph.

Henry Jackson Society, un groupe de réflexion basé à Londres, et Christopher Balding, professeur associé à la Fulbright University Vietnam, ont affirmé qu’environ 100 membres du personnel de Huawei entretenaient des relations étroites avec l’armée et les services de renseignement chinois. « Ces CV sont un trésor. Nous avons extrait les CV spécifiques de Huawei et nous pensons avoir trouvé une relation solide entre Huawei et tous les niveaux de l’État chinois, de l’armée chinoise et des services de renseignement chinois », a déclaré Balding au Telegraph. « Cela me semble être une relation structurelle systémique ».

L’étude a également révélé que certains membres du personnel de Huawei travaillaient en tant qu’agents au sein du ministère chinois de la Sécurité d’État et avaient établi des liens avec l’Armée populaire de libération (PLA) et la National University of Defense Technology (NUDT) de l’armée chinoise pour divers projets. Certains membres du personnel ont également étudié dans les plus grandes académies militaires et ont eu des liens avec une unité militaire connue pour ses cyberattaques contre des entreprises américaines. L’ancien président Barack Obama avait interdit aux entreprises américaines de vendre leur technologie à la NUDT, connue comme la plus grande académie militaire de Chine.

Pas de déclaration de Huawei

Le département du Commerce des États-Unis a inscrit Huawei sur sa « Liste des entités » en mai, interdisant à la société d’acheter des pièces à des sociétés américaines sans l’autorisation du gouvernement américain. L’administration Trump a déclaré que la proximité de Huawei avec le gouvernement chinois pourrait constituer un risque pour la sécurité, certains allant jusqu’à accuser Huawei d’aider l’espion chinois aux États-Unis.

Le Dr John Hemmings, directeur du Asia Studies Center de la Henry Jackson Society, a déclaré au Telegraph : « Malgré les déclarations répétées de ne pas collaborer avec des institutions affiliées à l’APL ou les services de sécurité chinois, cette base de données indique un croisement et une interaction entre Huawei et son personnel ».

Balding a divulgué les 25 000 CV de Huawei après avoir découvert qu’ils avaient été téléchargés sur une plateforme de recrutement en ligne pour les emplois chinois et étaient largement accessibles au public. Huawei n’a pas été en mesure de confirmer l’authenticité des CV, mais a qualifié le rapport de « spéculatif », selon Business Insider.

Mots-clé : chineHuawei
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.