Fermer
OS

Huawei envisage de remplacer Android depuis près de 7 ans

Huawei envisage de remplacer Android depuis près de 7 ans

Les relations entre Huawei et le gouvernement américain ont peut-être atteint leur paroxysme ces dernières semaines, mais la société chinoise travaille de manière préventive sur une alternative à Android depuis sept ans, selon un rapport publié en Chine de South China Morning Post. Le fabricant chinois a vu ses affaires aux États-Unis et au-delà en plein désarroi, après que l’administration Trump les ait ajoutées à une liste noire d’exportation.

Cela a fait tomber une fâcheuse barrière entre Huawei et les entreprises américaines avec lesquelles elle fait affaire. Alors que le fabricant de smartphones est libre de continuer à utiliser la version Android AOSP, par exemple, elle ne peut pas signer d’accords avec Google pour accéder au Google Play Store, avec des applications Android clés comme Gmail et YouTube.

De même, Huawei risque d’être coupé des fabricants de puces, des fournisseurs de composants et d’autres, s’ils sont basés aux États-Unis. Pendant un certain temps, l’entreprise chinoise a été retirée de la liste des associations qui contrôlent les technologies des cartes mémoire, du Bluetooth et du WiFi, bien qu’elle ait été réintégrée il y a quelques jours. Même ainsi, avec un délai de 90 jours pendant lequel les entreprises peuvent continuer à travailler avec Huawei rapidement, un plan B est nécessaire.

Cette alternative, selon le South China Morning Post, n’a pas vraiment été précipitée. En effet, selon des sources internes à la société, une équipe de spécialistes de Huawei s’intéresserait aux alternatives à Android depuis sept ans. Cela était motivé par des prédictions pessimistes selon lesquelles les tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine pourraient à un moment donné faire en sorte que les affaires de Huawei soient prises entre deux feux.

Une situation très complexe

Malgré d’importants investissements, Huawei espérait ne jamais avoir besoin d’utiliser les technologies en cours de création. « Comme nous l’avons précédemment noté, Huawei dispose de systèmes de sauvegarde, mais uniquement pour une utilisation dans des circonstances atténuantes », a déclaré un porte-parole au journal chinois. « Nous soutenons pleinement les systèmes d’exploitation de nos partenaires — nous adorons les utiliser et nos clients adorent les utiliser. Android et Windows resteront toujours nos premiers choix. En attendant, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger les intérêts de nos clients ».

Le contenu exact du nouvel OS reste un mystère. Des spéculations antérieures avaient suggéré que Huawei utiliserait le projet AOSP comme base d’une nouvelle plateforme, et chercherait à encourager les développeurs d’applications Android à participer à une boutique d’applications qui lui soit propre. En effet, les fuites de cette semaine indiquaient que l’entreprise communiquait avec les développeurs pour les inciter à s’impliquer.

Selon les initiés, le système d’exploitation « est basé sur un léger micro-noyau ». Sans surprise, les ingénieurs concernés ont étudié iOS et Android de près. Un défi important technique a apparemment été de s’assurer que l’OS soit compatible avec Android. Des noms tels que « Huawei Ark OS » et « Huawei HongMeng » — ce dernier mot chinois qui se traduit par « monde primordial » — ont été suggérés comme candidats possibles à son lancement. Même avec l’investissement de Huawei, il reste à voir si elle pourra convaincre les utilisateurs et les développeurs que sa potentielle audience est suffisamment importante pour gagner leur confiance.

Mots-clé : AndroidHuawei
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.