close
Tablettes

Surface Go vs iPad : les deux appareils rivaux comparés

Surface Go vs iPad : les deux appareils rivaux comparés

De toutes les tablettes à bas prix qui sont aujourd’hui sur le marché, c’est l’iPad d’Apple qui s’oppose le plus à la toute nouvelle Surface Go que Microsoft vient d’annoncer. En effet, le géant basé à Redmond a enfin lancé sa Surface Go abordable, un appareil entièrement nouveau spécifiquement destiné au marché de l’éducation et censé apporter un périphérique attrayant, tout en offrant la puissance de Windows 10.

Alors qu’il contribue également à élargir la gamme Surface, la nouvelle Surface Go de Microsoft est un modèle qui permet enfin au géant du logiciel basé à Redmond d’être un concurrent direct de l’iPad de 9,7 pouces d’Apple, l’appareil qui dominait jusqu’à présent le marché des tablettes.

Les deux appareils mobiles à écran tactile ont des composants décents, de bons écrans et ils sont légers et mobiles. Mais quelle est la meilleure tablette ? Pour répondre à cette question, j’ai décidé d’opposer la Surface Go à 449 euros à l’iPad à 359 euros dans une comparaison point à point sur des éléments clés : conception, performances et mobilité.

Alors, quel choix devez-vous faire au moment de passer en caisse ?

Surface Go vs iPad : conception

L’iPad (2018) d’Apple arbore ce qu’est, à ce jour, le design classique de l’iPad. Il semble presque indiscernable de ses prédécesseurs et bien que ce ne soit pas une mauvaise chose, cela signifie qu’il arbore des bords d’écran relativement épais par rapport à la plupart à des périphériques plus contemporains. La Surface Go n’est cependant pas beaucoup plus affûtée sur les bords. L’aspect général des deux appareils est haut de gamme, mais n’est pas forcément avant-gardiste en matière de design. En main, ils auront donc une agréable sensation, même si l’iPad est toujours un peu plus léger.

Microsoft et Apple ont adopté différentes approches pour la sécurité. La Surface Go dispose de Windows Hello, ce qui permet une authentification facile avec la reconnaissance faciale.

L’iPad est quant à lui livré avec le capteur d’empreintes digitales Touch ID, mais comme toutes les rumeurs semblent l’indiquer, c’est tout juste une question de temps avant que la gamme de tablettes Apple passe à la reconnaissance faciale Face ID. Évidemment, avec le Touch ID, l’iPad a des bords d’écran plus grands, mais cela ne devrait pas être un gros problème pour un appareil qui va passer du temps sur votre bureau.

Des connectiques différentes

Concernant les connexions externes, la Surface Go offre un connecteur USB-C, ainsi qu’un lecteur de carte MicroSDXC et une prise casque. L’iPad a moins d’options de connectivité, seulement avec une prise casque et un port Lightning — vous aurez besoin d’un adaptateur pour connecter des périphériques USB avec ce dernier.

Les deux sociétés ont également utilisé différentes idées pour le son, et je dirais que j’aime plus celle de Microsoft. La Surface Go propose un ensemble de haut-parleurs stéréo en façade, tandis que l’iPad à des haut-parleurs stéréo en bas. 

Si vous dépensez un peu plus pour disposer du clavier Surface, vous obtiendrez une option de saisie qui dépasse de loin l’offre de l’iPad, mais à seulement 10 pouces, il peut encore paraître étroit comparé à ceux trouvés sur les gros appareils.

Surface Go vs iPad : OS

L’OS sur les deux périphériques est évidemment extrêmement différent. Alors que l’iPad fonctionne sous la plateforme iOS d’Apple et est limité aux applications de l’App Store, la Surface Go exécute une version complète de Windows 10. Bien qu’elle ait par défaut Windows 10 S — limitant ainsi les utilisateurs aux applications du Microsoft Store uniquement —, vous pouvez exécuter une installation complète de Windows 10 en quelques clics.

Ce support étendu pour les applications en dehors du jardin fermé de Microsoft donne à la Surface Go un avantage sur l’iPad à cet égard. Cependant, il est clair que Windows 10 est plus adapté au clavier et à la souris qu’au contrôle tactile. C’est une suite de logiciels plus fonctionnelle que l’iPad, mais ce n’est pas aussi intuitif.

Surface Go vs iPad : performances

L’un des aspects les plus importants de n’importe quelle tablette est l’écran, et l’iPad et la Surface Go ont tous deux de superbes panneaux tactiles. La tablette d’Apple arbore un écran Retina d’une résolution de 2 048 x 1 536 pixels qui a l’air net et offre une bonne coloration. Bien qu’il ne soit pas parfait, cela reste un superbe écran à moins de 360 euros. La Surface Go a quant à elle un écran de résolution inférieure à 1 800 x 1 200 pixels avec une densité de pixels sensiblement réduite (256 ppp vs 217 ppp), qui reste néanmoins très agréable pour un écran de 10 pouces.

Sous les capots, les deux tablettes offrent des suites matérielles assez différentes. L’iPad arbore le noyau A10 Fusion d’Apple, avec un coprocesseur M10 intégré. Il combine cela avec 2 Go de RAM et un choix de 32 Go ou 128 Go d’espace de stockage flash intégré. La Surface Go intègre l’un des processeurs double-cœurs Intel Pentium Gold 4415Y (avec hyper threading) avec 4 Go de RAM et 64 Go de stockage. Cependant, il existe des options pour jusqu’à 8 Go de RAM et 128 Go de stockage. Cela devrait lui donner des avantages significatifs en matière de bande passante mémoire par rapport à l’iPad.

iPad, meilleur dans la 3D

Le plus grand élément différenciateur entre les deux périphériques concerne la performance graphique. Alors que la puce Pentium possède la puce graphique HD 615 d’Intel, cela ne lui donne pas la possibilité de faire beaucoup plus que de manipuler des applications de rendu 3D très légères. L’iPad n’est guère conçu pour les jeux puissants, mais gérera bien ce qui vient de l’App Store.

L’iPad est également disponible avec une connectivité LTE. Bien que ce ne soit pas encore une possibilité avec la Surface Go, ce devrait être le cas dans le futur. Concernant les caméras, la Surface Go et l’iPad (2018) sont assez analogues, avec des capteurs de 8 mégapixels à l’arrière et de 5 mégapixels à l’avant.

Surface Go vs iPad : mobilité

À 469 g, l’iPad est plus légère que la Surface Go, qui pèse 521 g sans le clavier. Elle est également un peu plus compacte, bien que l’écran de 9,7 pouces reste proche de l’écran de 10 pouces de la Surface Go.

L’autonomie sera probablement meilleure pour la tablette d’Apple. Apple affirme que sa tablette va offrir une autonomie de 10 heures. Bien que nous n’ayons pas encore de résultats de tests de la batterie de la Surface Go, sa batterie est 4 watts plus petite que celle de l’iPad et Microsoft affirme que son autonomie maximale est de 9 heures. Autrement dit, il ne faudra pas énormément la solliciter si vous ne voulez pas être à court de batterie avant la fin de la journée.

Pour les tablettes compactes, légères et portables comme celles-ci, c’est un must et l’iPad serait un choix beaucoup plus judicieux pour une utilisation quotidienne.

Surface Go vs iPad : verdict

La gamme Surface de Microsoft a pris de l’ampleur au fil des années, nous offrant un fantastique matériel comme le Surface Book 2 et la Surface Pro. Alors que la Surface Go fait une courageuse tentative de ressusciter la partie convertible à faible coût de cette gamme, elle ne le fait pas assez bien pour supplanter son principal rival, l’iPad.

L’iPad d’Apple a un coût de base inférieur, un écran à plus haute résolution, une batterie plus grande et performe sur la partie graphique. Alors que la Surface Go peut être beaucoup plus adaptée pour des tâches liées à la productivité, notamment grâce à Windows 10, est-ce que ce sera suffisant pour attirer les consommateurs ?

La Surface Go est réellement un digne concurrent de l’iPad À l’heure actuelle, la Surface Go et l’iPad d’Apple sont toujours destinés à différents clients, bien qu’ils soient tous deux particulièrement axés sur le marché de l’éducation. 

Tags : AppleiPadMicrosoftSurface Go
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.