Fermer
Apple

Voici comment Apple gère les fuites, selon une information interne qui a filtré

Voici comment Apple gère les fuites, selon une information interne qui a filtré

Les fuites sont un problème pour toutes les grandes entreprises de technologie, et Apple n’y échappe pas. Ironiquement, un enregistrement audio d’une séance d’information interne sur les fuites vient de paraître sur la toile, et montre à quel point le géant basé à Cupertino tient à garder le secret sur ses futurs produits.

The Outline a obtenu l’enregistrement et les détails publiés de la conférence, baptisée « Stopping Leakers – Keeping Confidential at Apple ». Trois des principaux acteurs de sécurité de Apple ont organisé la réunion : David Rice, Directeur de la sécurité mondiale, Lee Freedman, Directeur des enquêtes mondiales, et Jenny Hubbert, membre de l’équipe de communication et de formation de Global Security. Selon The Outline, ce fut le premier de nombreux entretiens de ce type prévus par les employés.

Au cours de ce dernier, le trio détaille un certain nombre de tactiques qu’Apple utilise pour gérer les fuites, ainsi que le défi de garder ses nouveaux produits et services secrets. C’est évidemment le nerf de la guerre pour Apple, qui tente par tous les moyens de garder ses produits aussi mystérieux que possible.

Apple emploie un certain nombre de tactiques pour stopper les fuites, y compris une équipe d’enquête dédiée à cette mission. Celle-ci est reliée à Rice. Avant de diriger le groupe, Rice a travaillé pour l’Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA) et en tant que cryptologue pour la marine américaine.

Un focus sur les usines d’approvisionnement

Les employés des usines d’approvisionnement sont tentés de vendre l’informations sur les nouveaux produits

L’usine d’approvisionnement d’Apple était la principale source de fuites, selon Rice. Les employés volaient des pièces pour de nouveaux produits et les passaient pour les photographier ou les vendre sur le marché noir. Le prix des pièces volées, en particulier les boîtiers ou les moules qui servent d’indicateurs pour un tout nouveau produit sur lequel Apple travaille, peut être très élevé. Les efforts d’Apple pour réduire les fuites de la chaîne d’approvisionnement ont été largement couronnés de succès, précise Rice.

Bien qu’il y ait eu une diminution significative du nombre de fuites provenant des usines d’outre-mer, Apple a vu la principale source de fuites passer à ses bureaux américains. L’année dernière, c’était la première fois que de nouvelles sources d’information provenaient des campus californiens d’Apple, dit Rice.

Certaines des mesures prises par Apple pour remédier aux fuites sur ses campus incluent l’intégration des membres de son groupe de gestion du programme de confidentialité dans des équipes travaillant sur de nouveaux produits. En cas de fuite, une enquête est lancée pour découvrir la source.

Pour les experts en sécurité qui mènent la réunion, le secret et la discrétion sont importants. Cela signifie que les employés ne doivent pas discuter avec les membres de la famille ou dans des lieux communs tels que les couloirs et les salles de repos des bureaux d’Apple. Autrement dit, même au sein de la firme à la pomme croquée tous les employés n’ont pas le même niveau de connaissance des projets.

Garder le mythe

Comme on peut s’en douter, les fuites démystifient les nouvelles versions de produits et de services d’Apple. L’impact de la fameuse « one more thing » révélateur à la fin des keynotes majeures de l’entreprise diminue lorsque les consommateurs connaissent le produit à l’avance.

Apple a toujours souhaité garder le secret sur ses produits

C’est évidemment l’ADN de la marque. Le secret a été extrêmement important pour le cofondateur d’Apple, Steve Jobs, décédé en 2011, et cela semble être le cas pour Tim Cook, pour qui le sujet est extrêmement important selon les déclarations faites.

Est-ce que Apple va réussir à garder secret son futur iPhone 8 ? Rien est moins sûr.

Mots-clé : Applerumeur
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.