L’API RSS de Feedly est maintenant prête

Lorsque Google a mis un terme à son lecteur de flux RSS, un vide a été laissé dans le domaine des applications tierces…. De toutes les tentatives pour prendre sa place, Feedly est probablement la plus réussie. Si à l’heure actuelle, le service proposait une expérience utilisateur Web riche, et des applications mobiles sur Android et iOS léchées, il manquait à la plateforme quelque chose … et ce dernier est enfin arrivé ! En effet, Feedly vient d’annoncer l’arrivée de sa propre API, qui va vous permette de créer des lecteurs de flux RSS personnalisés.

Feedly est le service qui a absorbé la plupart des utilisateurs de Google Reader, et qui à ce jour est en train de faire la joie de tous les développeurs, délaissés de toute API digne de ce nom leur permettant de réaliser leur rêve, proposer du contenu en provenance d’un service tiers.
Alors s’il ne s’agit pas exactement de ce que permettait Google Reader, une API officielle était nécessaire. En effet, alors que Feedly était jusqu’ici un utilisateur de l’API Google, celui-ci a réussi à bâtir une infrastructure nécessaire pour faire cavalier seul.

Et puis, là où Google se plaignait de ne pas tirer de revenus de Google Reader, Feedly quant à lui semble gagner de l’argent. En effet, récemment la plateforme a proposé à ses utilisateurs un abonnement à vie ponctuel de 99,99 dollars, lui permettant de récolter près de 500 000 dollars en une nuit. Même si elle a besoin d’amasser de l’argent pour alimenter ses propres serveurs, la plateforme prétend traiter plus de 30 millions de requêtes par heure – et cela semble tout à fait raisonnable.

La nouvelle API a été en développement pendant les six derniers mois et elle est maintenant disponible publiquement. Vous pouvez l’utiliser pour développer une application qui puise dans le flux d’un seul utilisateur. Les utilisateurs de Feedly peuvent organiser leurs flux en catégories, et l’API présente cela comme un « graphique de personnalisation ». Autrement dit, c’est que vous avez aussi accès aux métadonnées sur la façon dont chaque personne utilise les flux RSS, et non seulement la façon dont ils organisent les données, mais ce qu’ils ont lu ou non. Le contenu peut également être consulté comme un flux JSON. L’ensemble de l’API est fondée sur le style d’architecture REST, et peut être utilisée à partir de n’importe quel langage capable de faire des appels HTTP.

L'API RSS de Feedly est maintenant prête

Il existe déjà un certain nombre d’applications prêtes à être téléchargées, telles que IFTTT (If This Then That), Sprout Social, Mr Reader et ainsi de suite pour toute une gamme de plateformes, telles que iOS, Android, Windows, etc .. Elles ont été développées par des partenaires de « confiance » de Feedly.

Pour accéder à l’API, vous devez simplement vous inscrire au programme Feedly Cloud Developer, fournir votre nom, votre e-mail et éventuellement une courte description de votre projet. Ensuite, vous recevrez un numéro de client qui est utilisé pour authentifier votre accès au bac à sable. Ce dernier fournit un échantillon d’environ 1000 RSS pour vous aider à débuter dans votre développement. Pour accéder à un compte réel Feedly, vous allez devoir fournir des informations d’identification en utilisant OAuth 2.0.

Il s’agit là d’une bonne occasion si vous avez des bonnes idées pour traiter ou présenter les flux RSS d’une manière nouvelle, oui si vous voulez simplement recueillir des informations à partir de ce que les lecteurs lisent. Feedly n’est pas susceptible de faire ce que Google a fait, c’est-à-dire fermer la boutique juste parce que le nombre d’utilisateurs n’est pas aussi énorme que Gmail.

Ce qui n’est pas clair, c’est ce qu’attend Feedly à long terme en ce qui concerne la rémunération. À l’heure actuelle, il semble qu’il n’y ait pas de contrainte sur un éventuel quotas d’utilisation. La firme pourrait limiter le nombre de flux – l’option doit forcément être présente dans le code.
Cependant, Feedly certainement ne va pas être aussi généreux que Google dans le long terme. Il est probable que votre application vous soit facturée si celle-ci devient populaire. Le gros problème ici est de deviner combien.