Fermer
Smartphones

Samsung Galaxy Beam 2 : un peu mieux qu’un smartphone avec un projecteur

Samsung a présenté un smartphone avec un projecteur intégré il y a quelques années. C’est ce qu’on appelle le Samsung Galaxy Beam, et alors que le projecteur permet le distinguer de la foule, le reste des caractéristiques de celui-ci n’ont rien de bien transcendantes pour un dispositif de 2014.

Maintenant, Samsung s’apprête à commercialiser son picophone avec un processeur plus rapide, un écran plus grand, de nouvelles applcations. Le Galaxy Beam 2 semble être armé pour être lancé dans un premier temps en Chine.

Le Samsung Galaxy Beam 2 dispose d’un écran de 4,66 pouces offrant une résolution de 800 x 480 pixels, un processeur quadricoeurs cadencé à 1,2 GHz, une batterie de 2600 mAh, un appareil photo de 5 mégapixels, et un port afin d’augmenter la capacité de stockage avec une carte micro-SD. Il tournerait sous Android 4.2 Jelly Bean.

Samsung Galaxy Beam 2
Interface utilisateur du Samsung Galaxy Beam 2
Le Galaxy Beam 2 embarque un projecteur

Autre que le support du WiFi 802.11n, du Bluetooth 4.0, de la puce GPS et pour les réseaux cellulaires de China Mobile, il n’y a pas beaucoup de détails sur les caractéristiques de base du smartphone.

Ce qui rend le Beam 2 si spécial, est donc le projecteur numérique qui permet de projeter des images ou des vidéos sur un mur ou écran blanc. Comme l’écran, le projecteur offre une résolution de 800 x 480 pixels.

En terme de conception, le Beam 2 garde la ligne de la classique gamme du Galaxy, donc rien de spectaculaire ici non plus.

Il est encore difficile de savoir si le smartphone sera mis en vente ou non pour d’autres marchés, tels que les États-Unis ou en Europe, mais il est évident qu’un tel objet ne pas forcément intéresser une grosse population. Pourquoi ? Et bien, tout simplement parce que nous avons un smartphone de milieu de gamme avec rien pour réellement nous impressionner.

Mots-clé : Galaxy Beam 2Samsung
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.