Fermer
Tests

LG G Flex : une semaine avec le smartphone incurvé

La plupart des critiques concernant le LG G Flex n’ont pas tardé à émaner sur la toile après sa sortie, mais puisque le smartphone est enfin dans mes mains, j’ai pensé lui donner une semaine d’utilisation pour voir ce qu’il avait dans le corps. Si vous me suivez régulièrement sur le BlogNT, vous n’êtes pas sans savoir que j’attendais de prendre en main le mobile, que vous considérez comme une nouveauté, et un smartphone qui est peut-être trop cher pour la plupart des utilisateurs.

Cependant, comme un coup d’œil sur les choses à venir, le G Flex était fascinant de le prendre en main. Cette semaine a renforcé cette opinion.

Le smartphone, si vous vous en souvenez, est une phablette avec un écran OLED de 6 pouces offrant une résolution de 1280 x 720 pixels. Sous le capot, un processeur quadricoeurs Snapdragon 800 cadencé à 2,26 GHz avec Android 4.2.2 à bord. Il dispose d’une caméra arrière HD, et malheureusement pas de stockage externe possible.

LG G Flex

Même si ce n’est pas là où le smartphone s’illustre réellement, les conclusions suivantes sont plutôt étonnantes. Le G Flex fonctionne très habilement dans la plupart des situations et offre une autonomie vraiment très surprenante – j’ai réussi à avoir une autonomie de 3 jours avec ce dernier pour une utilisation modérée. Bien que les résultats peuvent varier – je ne l’ai pas utilisé comme mon smartphone de tous les jours – l’énorme batterie de 3500 mAh du G Flex et son processeur de faible puissance semble être le duo parfait. Alors que la vidéo est clairement le point faible du mobile, je vous recommande encore ce dernier si vous voulez des performances fluides et une bonne autonomie.

Le vrai truc du G Flex est son écran incurvé
On peut aplatir sans problème l'écran flexible du G Flex

Cependant, le vrai truc est son écran incurvé. Tout d’abord, il faut savoir qu’avec un écran de 6 pouces, ce téléphone est réellement grand. Même si de plus en plus de consommateurs sont adeptes du grand écran, et ce notamment après l’émergence du Galaxy Note de Samsung, personnellement je n’ai jamais voulu l’utiliser comme un téléphone de tous les jours. Ajoutez à cela un écran incurvé, et vous avez un gros problème.

D’abord, comprenez bien que cet écran est encore très expérimental et il est loin d’être idéal. En bref, l’écran a un effet granuleux assez désagréable. L’effet dans cette image n’est pas un hasard.

Un léger bruit sur l'écran du G Flex

Ce “bruit” est cohérent dans l’ensemble, ce qui a pour effet d’avoir des éléments blancs plutôt que gris. Si vous avez besoin d’un écran clair, lisible, oubliez de suite ce smartphone. L’OLED en plastique est, bien sûr, flexible, mais à quel prix ?

Le smartphone dispose également d’un revêtement en plastique auto-guérison sur la coque arrière, qui est censé effacer les rayures au cours du temps. Bien que ce dernier ne va pas faire des miracles si vous enfoncez profondément une lame de couteau par exemple, j’ai testé avec une clé et le moins que l’on puisse dire c’est que cette auto-guérison a parfaitement rempli son rôle. En effet, celle-ci est évidemment destinée aux utilisateurs qui ne peuvent pas – ou ne veulent pas – mettre cet appareil dans une coque.

Revêtement en plastique auto-guérison sur la coque arrière

Si vous supprimez la légère courbure du smartphone, alors vous avez juste un autre smartphone phare de LG. Cependant, je suis heureux de constater que le processeur et la batterie vont bien au-delà de la conception. Étant donné les circonstances, je pourrais certainement adopté le G Flex uniquement pour consommer du médias. Ce téléphone doit être davantage vu comme une petite tablette plutôt qu’un grand téléphone. En effet, et ce n’est pas seulement pour ce modèle ci, mais les phablettes ne sont réellement pas adaptées aux appels téléphoniques, sauf si vous prenez une oreillette Bluetooth.

Je me réjouis également de l’absence de bloatware sur ce téléphone et toutes les applications dont j’avais besoin ont pu être installées sans problème. La performance a été assez bonne – il est un peu plus lent que le Galaxy Note 3 – mais je parierais que les utilisateurs ne remarqueront pas vraiment la différence entre ce dispositif et le Note.

Maintenant la question que vous devez tous vous poser : devons-nous sortir mon porte-monnaie pour ce modèle ? Étant donné que celui-ci est commercialisé entre 700 et 800 euros, nous avons vraiment ici à faire à un modèle très cher pour peu de performances.

Quoiqu’il en soit, j’attendais avec impatience de voir ce qu’allait offrir cette nouvelle technologie d’écran, et le moins que l’on puisse dire c’est que celle-ci est fascinante. Il est également très accrocheur. Cependant, il s’agit d’un des premiers appareils dotés d’un vrai et visible écran incurvé, et aussi excitant que cela puisse paraître, je ne suis pas sûr que ce soit ce que l’utilisateur lambda est à la recherche en termes de performances ou de taille.

Cela dit, je suis heureux que LG ait essayé cela. Il offre une valeur ajoutée à une phablette qui aurait été mise côté à côté d’autres du même genre qui n’offrirait que des mégapixels ou des Go en plus pour se démarquer.

Bien évidemment, il ne s’agit-là que d’un test sommaire, je reviendrais sur le G Flex rapidement avec un test plus complet comme vous en avez l’habitude.

Mots-clé : écran flexibleG FlexLG
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.