Fermer
OS

Des machines Windows 8.1 avec des apps Android présentées au CES 2014 ?

Ce n’est un secret pour personne que les consommateurs ont été lents à adopter Windows 8 ou Windows 8.1, dont le dernier a été libéré en octobre dernier. Les faibles taux d’adoption de ces deux systèmes d’exploitations de bureau laissent penser que les consommateurs s’accrochent encore à Windows XP et Windows 7.

Mais que va-t-il en être si les machines sous Windows 8.1 sont capables de supporter les applications Android ? On dirait qu’on va le savoir très bientôt, si l’on en croit Computer World.

Il est possible que l’on parle du “PC Plus” dans les allées du CES 2014, qui débutera le 7 janvier à Las Vegas et ce jusqu’au 10 janvier. Le terme PC Plus renvoie à la notion d’une machine sous Windows 8.1 qui gère également les applications Android. Ici cela fait référence à des ordinateurs portables, pas des tablettes. Mis à part ce (gros) détail, ce n’est pas vraiment quelque chose de nouveau.

BlueStacks, un émulateur Android pour Windows et OS X, est capable d’effectuer la gestion des applications Android sur les traditionnels systèmes d’exploitation de bureau. Comme vous avez pu le deviner, Google a un problème avec cela. BlueStacks viole le contrat de licence d’Android, qui abrite une forte clause sur l’utilisation non autorisée des apps Android qui pourrait causer des problèmes de compatibilité avec les appareils qui ne sont pas prévus pour avoir nativement Android.
Pour le moment, BlueStacks a une console tournant sous Android, la Gamepop, qui est déployée d’une manière qui ne brise pas la licence Android.
Alors que Blackstacks est tout simplement une application distincte de l’OS sur Windows et OS X, la relation entre Windows 8.1 et les applications Android pourrait fonctionner différemment avec PC Plus, selon Patrick Moorhead, analyste chez Moor Insights & Strategy.

Des machines Windows 8.1 avec des apps Android présentées au CES 2014 ?

“Il y a trois [possibles] implémentations, y compris le dualboot, qui serait un mode de bascule rapide où vous appuyez sur un bouton et en quelques secondes vous êtes sur Android”, a déclaré Moore à Computer World. Une autre approche comprend l’utilisation d’une machine virtuelle, si l’émulation du logiciel est une possibilité.

Si le concept de PC Plus permettant d’allier Windows 8.1 et Android décolle, il sera intéressant de voir si le taux d’adoption de Windows 8.1 fluctue de manière positive ou non.
En tout cas, Microsoft a été critiqué par les clients, les analystes et même les fabricants d’ordinateurs pour la petite taille, par rapport à Apple et Google, de son Windows Store. La vente des ordinateurs portables tactiles n’a pas été facile pour les constructeurs puisque les consommateurs rechignent à payer des prix plus élevés quand ils voient les faibles possibilités offertes par la boutique d’applications.
En ajoutant les applications Android dans son offre de base, les responsables informatiques peuvent promouvoir leurs produits comme étant capables de gérer non seulement l’héritage logiciel de Windows, mais aussi l’OS de Google et son énorme écosystème.

Certains fabricants d’ordinateurs, y compris les inconditionnels de Windows comme Dell, Hewlett-Packard et Lenovo, ont déjà introduit des ordinateurs portables disposant de Chrome OS de Google comme étant un moyen de contourner Windows sur des écrans plus grands que les écrans de la taille d’une tablette.
En effet, Android et, dans une moindre mesure, Chrome OS, sont les seuls OS alternatifs pour les constructeurs. Linux n’a pas réussi à susciter l’intérêt, sauf chez une petite fraction de technophiles, et iOS/OS X d’Apple sont intouchables, puisque Apple les limite à ses propres dispositifs.

Quel impact aura l’intégration des applications Android avec Windows 8.1 selon vous ?

Mots-clé : AndroidCES 2014Windows 8.1
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.