Fermer
Tests

Test du HP Envy x2 : un netbook/tablette tactile sous Windows 8 assez convaincant

Lorsque Microsoft a lancé Windows 8, il espérait lancer une nouvelle classe d’ordinateurs capables d’être à la fois un ordinateur portable et une tablette. La société a même été jusqu’à engager une équipe d’ingénieurs, et développer ses propres produits. Il y a juste un problème : beaucoup de ces nouveaux dispositifs ne sont pas bons. Inutile de parler des dispositifs Windows RT, et concernant les tablettes Surface Pro celles-ci ont à peine enregistrées 400 000 ventes au cours du premier mois, qui est très loin de ce que l’on entend avec les 1,7 millions d’iPads vendus chaque semaine pour la firme de Cupertino.

Le problème est le produit. Les consommateurs disent qu’ils aimeraient un combo tablette et ordinateur portable, mais aucun ordinateur a été jusqu’ici assez bon pour satisfaire ce désir. Le HP ElitePad 900 semblait être la solution, mais un dock clavier bâclé a fait de ce dernier un échec.

Étonnamment, HP a conçu lui-même la réponse : l’Envy x2 pour 700€. Contrairement au ElitePad 900, qui met l’accent sur la durabilité (d’où le clavier encombrant), cet appareil est plus fin, plus raffiné, et arrive avec un dock clavier qui est fourni directement avec l’achat du dispositif, sans surplus financier. Mais, cet appareil tient-il toutes ses promesses ?

HP Envy x2 : le célèbre “Unboxing”

HP Envy x2 : caractéristiques

Avant de commencer à vous présenter le produit, voici les caractéristiques du HP Envy x2 :

  • Dimensions : 206 x 303 x 19 mm
  • Poids : 1,41 kg
  • Système d’exploitation : Windows 8
  • Processeur : Intel Atom double-cœurs cadencé à 1,80 GHz
  • Mémoire : 2 Go SDRAM LPDDr2 533 MHz
  • Stockage : 64 Go de SSD
  • Écran : 11.6 pouces rétro-éclairé par LED offrant une résolution de 1366 x 768 pixels
  • Caméra arrière : 8 mégapixels
  • Caméra frontale : Webcam HD HP TrueVision avec microphone numérique intégré
  • Connectivité : WiFi 802.11a/b/g/n, Bluetooth, NFC, 1 port HDMI, 2 prises Jack, 2 ports USB 2.0, port SD

Note : Vous pouvez découvrir davantage de photos depuis la galerie Google+.

HP Envy x2 : poids plume

À première vue, l’Envy x2 semble identique à son frère, le ElitePad 900. HP a changé tout de même son design, mais arrivant avec des éléments de base similaires : les deux ont une coque en aluminium avec un contour d’écran noir brillant, et les deux ont des angles arrondis rendant la tablette confortable à l’usage.

Vue de dessus du Envy x2
Vue de dessous du Envy x2
Vue du côté droit
Vue du côté gauche

Toutefois, il y a une différence importante : son aspect. Alors que le ElitePad 900 a un écran 16:10 mesurant 10 pouces, l’Envy x2 offre le format plus commun de 16:9. Ceci à pour conséquence d’augmenter la taille de la diagonale d’écran de 11,6 pouces, et du fait de la taille de la tablette… Il n’y a pas de problème lorsque vous utilisez l’appareil comme un ordinateur portable, mais le x2 se sent un peu étroit, provoquant des difficultés sur la navigation sur le Web lorsqu’il est utilisé comme une tablette. La plupart des tablettes 16:9 Android souffrent du même problème.

Cependant, cette modification n’a pas vraiment influencé l’expérience utilisateurs, et ce puisque l’appareil reste remarquablement facile à manipuler lorsqu’il est utilisé soit comme un ordinateur portable ou une tablette. Un iPad paraît plus lourd, bien que légèrement plus léger, celui-ci est plus dense. La plupart des utilisateurs n’auront aucun problème à tenir le x2 pendant un long moment dans leurs mains.

L’ergonomie de la tablette est encore améliorée par son intelligente conception, et notamment de son bouton de volume nota. Au lieu d’être placé maladroitement, les boutons sont directement incrustés dans la coque de la “partie” tablette, ce qui rend peu probable l’activation accidentelle.

Le bouton de volume a été bien placé
Le bouton Windows est maladroitement placé

Cependant, on ne peut pas en dire autant de la touche Windows qui se trouvent placé sur une zone tactile des bords de la tablette. J’ai accidentellement déclenché à plusieurs reprises celui-ci lors de mes tests.

HP Envy x2 : un dock complet

En fait, ce pourrait être le meilleur dock clavier sur le marché aujourd’hui. Ce dernier utilise presque chaque centimètre de largeur disponible pour offrir une surface de frappe spacieuse. La facilité de ce dernier a retirer l’écran pour faire du x2 une tablette est juste la cerise sur le gâteau. La charnière, qui incline le clavier et imite l’angle d’inclinaison de l’écran, est le seul problème. Certaines personnes préfèrent un clavier incliné, tandis que pour d’autres non. De plus, ceci a pour effet de basculer l’ordinateur si l’écran est posé sur son dock mais que vous utilisez tout de même la fonctionnalité tactile de l’écran.

Un dock vraiment efficace

Le touchpad émule également un ordinateur portable traditionnel avec une précision impeccable. La surface est large, souple et offre des frontières clairement définies. Même les boutons physique gauche/droite sont intégrés dans la surface tactile. Les gestes multi-touch fonctionne presque aussi bien sur le pavé tactile comme ils le font sur l’écran tactile.

Un touchpad convaincant est sur le dock

Outre les touches, le dock apporte des ports. Ainsi, outre le port micro SD que l’on retrouve sur la tablette, le dock clavier ajoute deux ports USB 2.0, un port HDMI et une prise combo casque/microphone. Pas un mauvais choix pour cet hybride, mais pas exceptionnel non plus.

Le clips se fait très très facilement

HP Envy x2 : un écran en demi-teinte

Bien qu’il soit lumineux, l’écran du Envy x2 a un véritable défaut, puisqu’il offre une maigre résolution de 1366 x 768 pixels. Une résolution qui est très bien pour un ordinateur portable de 11,6 pouces, mais pas génial pour une tablette de 11,6 pouces, et ce manque de pixellisation et bien on en pâti. Les pages Web et le beau texte manquent, et les amateurs de pixels sur des tablettes plus sophistiquées seront réellement déçus.

Sinon, l’affichage est dans la moyenne. Les couleurs sont plutôt respectées, la luminosité maximale est suffisante même dans une pièce ensoleillée. Les angles de vision sont également bons.

Malheureusement, l’audio est un point faible. Les haut-parleurs sont étouffés par le dock clavier, rendant le volume de l’appareil bien bas, et ce même au volume maximum. Malheureusement, même si on retire la tablette du dock, certes le volume est bien plus fort, mais cela n’améliore pas sa qualité.

La technologie Beats Audio est intégrée dans le Envy x2

Cependant, les audiophiles ne sont pas totalement mis de côté, puisque le Envy x2 arrive avec la technologie Beats Audio, offrant une certaine personnalisation de l’expérience audio que l’on ne trouve normalement pas sur un périphérique Windows. En revanche, pour cela vous aurez besoin de brancher une paire d’écouteurs pour en profiter.

HP Envy x2 : prévu pour les nomades

Aussi mince que cet appareil est, HP a tout de même trouvé de la place pour caser de modestes batteries à la fois au sein de la tablette, mais également dans le dock clavier. Ceci, combiné avec le processeur Atom très peu consommateur en ressources, c’est tout bon pour l’autonomie de la batterie.

Mais combien alors ? Avec le dock connecté, j’ai disposé de près de sept heures d’autonomie lors d’une utilisation Web classique, et ce chiffre a grimpé à 12 heures lors d’une utilisation réduite, n’utilisant pas le Wi-Fi.

En retirant la tablette de son socle, comme vous l’imaginer cela à réduit l’autonomie, passant à environ 5 heures pour de la navigation sur le Web, ce qui n’a rien de transcendant, mais qui est dans la moyenne pour une tablette Windows. L’Envy x2 n’est pas à comparer avec un iPad ou une Nexus 10 (même s’il le pourrait théoriquement dans certaines situations), mais il permettra tout de même de répondre à vos besoins lors de vos voyages.

HP Envy x2 : performances

Le modèle reçu disposait d’un processeur double-cœurs, le Z2760 cadencé à 1.8 GHz, 2 Go de mémoire vive, et un disque dur SSD de 64 Go. Ces caractéristiques sont typiques un hybride Windows actuel, mais se traduisent par des performances sans intérêt. L’indice de référence Windows a été évalué à 3,3. Ces chiffres sont trois à quatre fois inférieurs à ce qu’offre un dispositif disposant d’un processeur double-cœurs Core i5.

Le benchmark PCMark, un test général qui benchmarks le processeur, le disque dur, la carte graphique en même temps, affiche un faible score de 1 431 points.

Il n’y a pas vraiment de bonnes nouvelles dans le domaine du graphisme. La version standard de 3DMark que j’utilise pour tester d’autres systèmes récents ne fonctionnait pas parce que le processeur graphique intégré ne supporte pas certaines fonctionnalités requises. Au contraire, en utilisant 3DMark06, une référence qui est maintenant âgée de huit ans, a obtenu un score de 454 points. Ceci est, encore une fois, parmi les pires résultats que j’ai vu jusqu’ici. Oubliez donc le Envy x2 pour les jeux 3D…

Le stockage est également un problème. Un disque dur SSD de 64 Go est quelque chose de standard – 128 Go disponible en option, mais ce n’est pas beaucoup d’espace pour un périphérique Windows. HP a souligné que le support pour la carte micro SD pourrait également être utilisé, ce qui est juste, mais les cartes mémoire sont plus lentes que les disques durs mécaniques, et ne sont pas la solution idéale.

Tout cela s’ajoute à un système qui est lent, mais tout de même utilisable. Personnellement je n’ai eu aucun problème pour regarder des vidéos sur YouTube, éditer des documents ou encore naviguer sur le Web. En revanche, les performances sont plus ou moins détériorées lorsqu’un travail plus exigeant est nécessaire. Dans certaines tâches, telles que la conversion d’une vidéo d’un format à un autre, le processeur s’est révélé bien en deçà de mes attentes.

HP Envy x2 : silencieux

Un gros point positif pour ce netbook/tablette tactile, est que vous n’aurez pas à vous soucier de bruit du ventilateur tout simplement car ce dispositif … n’a pas de ventilateur. C’est l’un des avantages du processeur Atom : il peut être refroidi passivement. Un manque de ventilateur et un SSD, les clés d’un silence profond !

Le Envy x2 restera silencieux

Et détrompez-vous si vous êtes inquiet sur le fait que le fait que le ventilateur se traduira par une chaleur désagréable. Même en pleine charge la tablette ne va pas chauffer.

HP Envy x2 : ce que j’en pense

Plus :

  • Design attrayant
  • Mince et léger
  • Grand dock clavier
  • Autonomie moyenne en mode tablette, excellente avec le dock
  • Bon rapport qualité

Moins :

  • Basse résolution d’écran
  • Mauvaises performances

HP Envy x2 : conclusion

La technologie actuelle ne permet pas seulement de disposer d’un puissant PC sous Windows à un prix abordable, et ce dans un mince châssis. Ce qui sépare les meilleurs et les pires PC hybrides aujourd’hui est la façon dont ils gèrent leurs inévitables défauts et les compensent dans d’autres domaines.

Le HP Envy x2 est le meilleur dispositif hybride que j’ai pu tester jusqu’à présent. Contrairement à la plupart des concurrents, cet appareil est vraiment utile comme un ordinateur portable, et comme si cela ne suffisait pas, l’expérience de la tablette est également bonne. La tablette seule pèse seulement 1,5 kg et le processeur Atom, bien que lent, est capable de s’attaquer à de la vidéo et à la navigation Web.

Et voici le meilleur : HP commercialise ce dispositif aux alentours de 600 euros. Vous pouvez acheter cet ordinateur, avec un support de stockage supplémentaire de 64 Go, pour le même prix qu’un iPad de 32 Go… C’est pourquoi ces dispositifs hybrides pourraient rapidement menacer un dispositif autonome. Qui va acheter une tablette quand un dispositif peut faire la même chose mais également servir d’ordinateur portable ?

Je vous vois venir… L’Envy x2 n’est pas parfait, et il n’y a aucun doute qu’un iPad ou un Nexus 10 soit une meilleure tablette. Ce dispositif offre seulement un bon compromis plutôt dans le meilleur des deux mondes.

Mots-clé : Envy x2HPhybrideNotebooktablette
Yohann Poiron

L’auteur Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.