fermer
OS

La commande sudo arrive enfin sur Windows 11 : une révolution pour les développeurs

La commande sudo arrive enfin sur Windows 11 : une révolution pour les développeurs

L’annonce accidentelle par Microsoft de l’intégration de la commande sudo dans Windows 11 a mis fin aux spéculations intenses dans l’industrie concernant l’apparition de cet outil dans le système d’exploitation phare de l’entreprise.

L’arrivée de la commande sudo dans Windows 11 représente une nouvelle étape dans l’harmonisation des fonctionnalités entre les systèmes d’exploitation Linux et Windows, spécifiquement conçue pour les utilisateurs avancés. La version de sudo pour Windows fonctionne de manière analogue à son homologue Linux, permettant l’exécution de commandes nécessitant des privilèges élevés au cas par cas.

sudo, acronyme de « superuser do », est depuis longtemps un puissant outil administratif pour les systèmes d’exploitation de type Unix. Il permet à un utilisateur d’exécuter des programmes avec les privilèges de sécurité d’un autre utilisateur, généralement un administrateur.

Bien que Windows propose depuis longtemps l’option « Exécuter en tant qu’administrateur », sudo offre une finesse supplémentaire en permettant d’élever le niveau de privilèges d’une commande individuelle, contrairement à l’ouverture d’une session de console élevée. Cependant, sudo pour Windows diffère légèrement de la version Linux. Par exemple, au lieu de demander un mot de passe, sudo pour Windows déclenchera le dialogue de Contrôle de Compte d’Utilisateur (UAC) de Windows, demandant confirmation avant d’exécuter les tâches.

Une fonctionnalité optionnelle

sudo pour Windows est une fonctionnalité entièrement optionnelle qui doit être activée. Elle est actuellement disponible pour les membres du programme Windows Insider exécutant la preview de Windows 11 build 26 052. Pour l’activer, il suffit d’accéder aux Paramètres Windows, de naviguer vers Système > Pour les développeurs, et d’activer le bouton « Activer sudo ».

Les options de configuration comprennent « normal », « forceNewWindow », ou « disableInput » :

  • le mode normal ou « inline » permet d’exécuter des commandes élevées dans la même fenêtre où elles sont tapées.
  • « forceNewWindow » fait exactement ce que son nom indique : la commande ouvrira une nouvelle fenêtre de terminal élevée où la tâche sera exécutée.
  • « disableInput » permet également l’exécution de commandes élevées dans la même fenêtre, mais aucun autre input utilisateur n’est accepté à un niveau élevé. Si vous exécutez une tâche nécessitant un input supplémentaire, cette option pourrait ne pas être la meilleure.

Microsoft a rendu sudo pour Windows un projet open source avec un dépôt GitHub pour le projet. Dans les mois à venir, Microsoft s’engage à enrichir la documentation concernant sudo pour Windows et à communiquer davantage sur les implications en matière de sécurité liées à l’utilisation de sudo en configuration « Inline ».

Une aubaine

L’arrivée de sudo dans Windows 11 sera certainement accueillie avec enthousiasme par les utilisateurs familiarisés avec sa présence sous Linux et macOS, même si les administrateurs disposaient d’alternatives au fil des ans. Microsoft a notamment mentionné gsudo, qui offre un certain nombre de fonctionnalités et configurations supplémentaires par rapport à cette future implémentation.

L’utilisation du programme Insider par Microsoft pour tester des fonctionnalités qui pourraient ne jamais atteindre le code de production souligne l’importance de cette intégration. Si elle est bien implémentée, l’introduction de fonctionnalités similaires à sudo dans Windows séduira rapidement les administrateurs.

L’ajout de sudo s’inscrit dans la continuité de l’adoption de Linux par Microsoft, qui a déjà intégré un noyau Linux complet dans Windows 10, ajouté le shell Bash à Windows, implémenté OpenSSH nativement dans Windows 10 et introduit Ubuntu, SUSE Linux, et Fedora dans le Windows Store.

Tags : LinuxMicrosoftsudoWindows 11
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.