fermer
IA

Meta et IBM lancent l’AI Alliance pour promouvoir l’innovation open source en IA

Meta et IBM lancent l'AI Alliance pour promouvoir l'innovation open source en IA

Meta Platforms et International Business Machines (IBM) ont dévoilé conjointement l’AI Alliance, une coalition composée de plus de 50 entreprises d’intelligence artificielle et institutions de recherche. L’AI Alliance vise à promouvoir un modèle « d’innovation et de science ouvertes » dans le secteur de l’IA, avec des contributeurs clés comme Intel, Oracle, l’université de Cornell et la National Science Foundation.Meta et IBM créent l’AI Alliance, regroupant plus de 50 entités pour stimuler l’innovation en IA ouverte.

Darío Gil, vice-président principal d’IBM et directeur d’IBM Research, a déclaré que la création de l’alliance sur l’IA découlait de l’insatisfaction suscitée par le manque de diversité perçu dans les discussions récentes sur l’IA. L’alliance met l’accent sur une approche open source, s’alignant sur la collaboration historique entre les grandes entreprises technologiques, les institutions académiques et les programmeurs indépendants.

L’attention portée à l’IA générative, en particulier depuis l’introduction de ChatGPT d’OpenAI il y a un an, a intensifié le récit. OpenAI et ses homologues comme Anthropic et Cohere ont été à l’avant-garde du développement de systèmes d’IA propriétaires, tandis que les membres de l’AI Alliance, y compris des acteurs industriels comme Intel et Oracle, s’efforcent de se tailler une place sur le marché de l’IA, qui connaît une expansion rapide.

IBM, malgré les difficultés rencontrées par le passé avec son système Watson, présente le système Watsonx comme une nouvelle plateforme. Meta, tout en s’efforçant de renforcer sa présence sur le marché de l’IA, plaide en faveur de son modèle d’IA Llama 2 en tant que système d’IA open source.

« Il s’agit d’une approche beaucoup plus distribuée, mais aussi beaucoup plus résiliente, car aucune institution ne peut faire dérailler le succès du moteur ouvert », a déclaré Gil, cité par le Wall Street Journal.

Atténuer les risques

Dans le contexte des perturbations survenues à OpenAI en novembre, les entreprises explorent de plus en plus d’autres fournisseurs d’IA afin d’atténuer les risques associés à la dépendance à l’égard d’un seul fournisseur. L’AI Alliance sert de plateforme de collaboration pour les organisations qui s’engagent dans cette voie. La création de l’alliance souligne l’intensification du débat sur les avantages et les risques associés à l’adoption d’une approche open source du développement de l’IA.

Yann LeCun, responsable scientifique de Meta pour l’IA, a critiqué les principaux acteurs, dont OpenAI, Google et Anthropic, pour leurs efforts de lobbying en faveur de règles qui pourraient consolider le pouvoir sur le développement de l’IA.

En réponse, le Frontier Model Forum, composé de Meta, Microsoft, Google et Anthropic, a été créé pour répondre aux préoccupations de l’industrie.

Le Center for Humane Technology, qui a vivement critiqué les pratiques de Meta en matière de réseaux sociaux, a souligné les potentiels risques liés à l’open source ou aux fuites de modèles d’IA. Ce débat en cours soulève des questions essentielles sur le déploiement responsable de modèles d’IA auprès du public.

L’AI Alliance ouverte à d’autres acteurs

Le rôle d’IBM dans l’AI Alliance suscite des interrogations sur ses motivations en tant que cofondateur aux côtés de Meta. Malgré l’augmentation de ses revenus provenant de l’IA générative, IBM doit faire face à une forte concurrence de la part de Microsoft et d’OpenAI dans le secteur des services d’IA destinés aux entreprises.

Les exclusions notables des membres initiaux de l’AI Alliance, comme Stanford et le MIT, et les startups d’IA comme Anthropic, Cohere et Adept, ont suscité des interrogations. La réponse d’IBM suggère de se concentrer sur les organisations fortement engagées dans l’innovation ouverte, ce qui laisse de la place pour des ajouts potentiels à l’alliance.

Sriram Raghavan, vice-président de la division AI Research d’IBM, a déclaré que l’AI Alliance se concentrait actuellement sur les membres fortement engagés dans l’innovation ouverte et l’IA à code source ouvert. Anticipant une évolution future, il envisage que d’autres organisations se joignent à l’avenir, comme le rapporte TechCrunch.

Il reste à voir si l’alliance aura un quelconque effet, mais elle semble tracer une ligne dans le sable pour l’orientation future du développement de l’IA, en délimitant ceux qui mettent l’accent sur l’ouverture et la collaboration par opposition aux partisans d’approches plus fermées et propriétaires. Comme sur le marché des logiciels en général, où des plateformes comme Windows et Linux coexistent, il y aura probablement de la place pour les deux approches à l’avenir.

Tags : AI AllianceIBMMeta
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.