fermer
Mobile

SMIC pourrait fabriquer des SoC plus puissants pour Huawei

SMIC pourrait fabriquer des SoC plus puissants pour Huawei

Les sanctions américaines empêchent les fonderies chinoises d’acheter des machines de lithographie dans l’ultraviolet extrême (EUV). La plus grande fonderie chinoise, SMIC, ne peut utiliser que des machines DUV (deep ultraviolet lithography), qu’elle était autorisée à acheter avant les sanctions américaines et dont certains modèles peuvent encore être livrés à l’entreprise aujourd’hui.

Le seul problème est que l’utilisation de DUV au lieu de EUV limite SMIC à la production de puces de 7 nm qui sont deux générations de nœuds de processus en retard par rapport aux puces de 3 nm actuellement produites par TSMC et Samsung Foundry.

Ce point est important car, en termes simples, plus le nœud de traitement est bas, plus le nombre de transistors à l’intérieur d’une puce est élevé. Et plus le nombre de transistors est élevé, plus la puce est puissante et/ou économe en énergie. Les machines de lithographie gravent des motifs de circuits inférieurs à la largeur d’un cheveu humain sur une plaquette de silicium. Au fur et à mesure que les puces deviennent plus complexes et contiennent des milliards et des milliards de transistors, les motifs de circuit deviennent plus petits.

Comme mentionné, SMIC est limité à la production de puces de 7 nm, telles que les puces Kirin 9000s 5G utilisées dans la série Huawei Mate 60. Ces SoC ont permis à Huawei de produire son premier smartphone 5G natif en trois ans, ce qui a déclenché une vague de nationalisme en Chine. Mais qu’est-ce que Huawei va faire avec son premier flagship 2024, la série Huawei P70 axés sur la photographie ? L’entreprise ne peut pas continuer à utiliser des puces 7 nm indéfiniment. Mais il existe une solution, même si elle risque d’être coûteuse.

Selon DigiTimes, un expert en puces du nom de Burn Lin pense que SMIC peut utiliser des machines DUV pour fabriquer des puces de 5 nm. Pour ce faire, la fonderie devrait utiliser une technique appelée « quadruple patterning » qui présente plusieurs inconvénients. Elle prend du temps, réduit le rendement et est très coûteuse. Le problème de rendement pourrait à lui seul empêcher Huawei de disposer de suffisamment de puces Kirin de 5 nm pour sa série P70. Mais c’est peut-être le seul moyen pour Huawei d’améliorer les puces qu’il utilise sur ses appareils phares.

De grosses dépenses en Chine

Le gouvernement chinois et Huawei seraient en train de dépenser d’énormes sommes d’argent pour trouver une solution. À l’heure actuelle, une seule entreprise fabrique les machines EUV dont SMIC et Huawei ont besoin. Il s’agit de la société néerlandaise ASML, qui se plie aux restrictions américaines en matière d’exportation vers la Chine. Mais le mois dernier, la société japonaise de photographie Canon a déclaré qu’elle avait mis au point une technologie de lithographie par nanoimpression (NIL) qui peut aider à produire des puces de 5 nm ; avec quelques améliorations de la technologie des masques, la NIL pourrait même aider les fonderies à fabriquer des puces de 2 nm.

Entre l’annonce de Canon et l’utilisation du quadruple patterning pour fabriquer des puces de 5 nm à l’aide de DUV, la prochaine fois que Huawei dévoilera un nouvel appareil équipé d’un chipset plus compétitif, nous ne devrions pas être si surpris.

Tags : HuaweiHuawei P70SMIC
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.