close
OS

Même Microsoft a du mal avec la configuration requise de Windows 11

Même Microsoft a du mal avec la configuration requise de Windows 11

La mise à jour de la configuration requise pour Windows 11 a suscité de nombreuses controverses lors de l’annonce du système d’exploitation par Microsoft, mais il semble maintenant que l’entreprise soit sur le point d’alimenter involontairement le tout. Même Microsoft a semblé se laisser surprendre par les exigences strictes de Windows 11 en matière de CPU.

Claton Hendricks, un responsable de programme chez Microsoft, a récemment démontré les améliorations apportées au Gestionnaire des tâches lors d’un podcast Windows Insider sur YouTube.

Comme de nombreux utilisateurs de longue date de Windows le savent, le gestionnaire des tâches révèle également la configuration requise, y compris le processeur, et dans le cas de Hendricks, le processeur ne fait pas partie de ceux qui sont officiellement pris en charge par Windows 11.

Comme le rapporte Digital Trends, l’appareil en question fonctionne avec un processeur Intel Core i7-7660 qui n’est pas répertorié comme éligible pour la mise à niveau vers Windows 11 — en fait, il est toujours possible de déployer Windows 11 sur un appareil non pris en charge, mais Microsoft le déconseille fortement.

Notamment, Windows 11 exige que les utilisateurs disposent d’un processeur doté du module de plateforme de confiance (TPM) 2,0, un composant qui n’a été introduit dans les processeurs qu’en 2017. Cela signifie que seuls les processeurs Intel Coffee Lake de 8e génération ou AMD Zen+ et Zen 2, ou plus récents, sont officiellement pris en charge par Windows 11.

Microsoft a expliqué à l’origine que l’installation de Windows 11 sur du matériel non pris en charge s’accompagne d’une probabilité accrue de problèmes.

Pas la fin du monde

L’entreprise a partagé les données du programme Windows Insider pour prouver que sauter les blocs pour passer à Windows 11 pouvait sérieusement affecter l’expérience et les performances du système d’exploitation.

« Les processeurs pris en charge par Windows 11 font partie du support OEM et IHV et utilisent des pilotes modernes (DCH). Le passage aux pilotes modernes permet d’installer et d’entretenir les pilotes et les logiciels associés de manière coordonnée par le biais de Windows Update et fournit de meilleurs mécanismes de suivi de la santé des pilotes. Le résultat de cette coordination est que les pilotes du système sont correctement installés et fonctionnels après les mises à jour, offrant une expérience fiable lors de la mise à niveau vers Windows 11 », a déclaré Microsoft à l’origine. « Parmi les machines Windows Insider, celles qui ne répondaient pas à la configuration minimale requise présentaient 52 % de plus de plantages en mode noyau (écrans bleus) que celles qui répondaient aux exigences. Les machines qui répondaient aux exigences ont fourni une expérience sans crash à 99,8 % qui est gérée efficacement par les OEM et les IHV grâce à une gestion moderne des mises à jour des pilotes. En outre, sur le matériel non pris en charge, les interruptions d’applications sont 17 % plus probables et pour les applications de première partie, nous constatons 43 % de pannes en plus ».

Même le personnel de Microsoft doit exécuter Windows 11 sur du matériel non pris en charge pour pouvoir accéder aux dernières fonctionnalités. Il est indéniable que l’exigence TPM 2.0 derrière laquelle se cache Windows 11 est un obstacle important à surmonter pour de nombreux utilisateurs, car la mise à niveau d’un processeur de quelques générations est souvent une tâche coûteuse et fastidieuse. Le fait que le personnel de l’entreprise utilise du matériel non pris en charge lors d’une présentation officielle est une approbation subtile que ce n’est pas la fin du monde si vous aussi exécutez Windows 11 alors que Microsoft dit que vous ne devriez pas le faire.

Tags : MicrosoftWindows 11
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.