close
Réseaux sociaux

La dernière acquisition de Twitter devrait afficher les push notifications qui comptent vraiment

La dernière acquisition de Twitter devrait afficher les push notifications qui comptent vraiment

Les réseaux sociaux, comme tout autre outil, peuvent être bénéfiques ou destructeurs. Cependant, contrairement à la plupart des outils, ces plateformes sont conçues de manière à vous rendre accro, au grand dam des parents et de nombreux psychologues. Ce n’est que récemment que les gens sont devenus plus conscients des aspects potentiellement addictifs de Facebook, Instagram et Twitter, et qu’ils ont exigé que ces plateformes mettent en place des fonctions qui encouragent — voire obligent — les utilisateurs à faire une pause de temps en temps.

Ces pauses ont toutefois leurs limites et ne permettent pas toujours de résoudre les problèmes les plus importants, notamment en ce qui concerne les distrayantes notifications. C’est ce qui rend la dernière acquisition de Twitter particulièrement intéressante, car elle offre la possibilité de rendre les push notifications plus pertinentes par rapport aux intérêts des utilisateurs sans violer leur vie privée en fouillant dans leurs tweets et les personnes qu’ils suivent.

Les notifications dites néfastes ne sont pas nouvelles, elles existent depuis l’apparition des smartphones, qui ont introduit les systèmes de notifications dans notre vie quotidienne. Avant les smartphones, nos téléphones ne nous dérangeaient que par des appels et des SMS. Aujourd’hui, la plupart des applications peuvent envoyer une notification, même celles qui n’ont pas à interrompre votre flux.

Les réseaux sociaux sont particulièrement concernés par ce problème en raison du nombre de mises à jour que les utilisateurs de votre cercle social effectuent chaque jour. Twitter et Facebook proposent des contrôles pour limiter ces alertes, mais ils sont souvent insuffisants. Par exemple, vous pouvez limiter les notifications afin de ne recevoir que celles concernant vos amis proches, mais ces derniers peuvent être trop actifs à votre goût. Vous pouvez également limiter les notifications de certaines personnes, mais cela nécessite de désactiver ou d’activer les notifications pour chaque utilisateur, ce qui peut prendre pas mal de temps.

Une société appelée OpenBack propose une gestion des push notifications côté appareil qui filtre les notifications pour ne retenir que celles que l’utilisateur juge pertinentes. Cela signifie que, du moins en théorie, les utilisateurs ne recevront que les notifications qui les intéressent vraiment, en éliminant toutes les recommandations gênantes, les alertes concernant des personnes qu’ils ne suivent peut-être pas et les autres messages indésirables.

Un avantage considérable face à la concurrence

Dans une annonce faite aujourd’hui, Twitter a révélé qu’il avait acquis OpenBack, qui fermera ses portes le 19 avril. La technologie de cette société donnera à Twitter un avantage considérable sur ses concurrents, du moins en ce qui concerne les push notifications. Il a même été suggéré que Twitter pourrait créer une toute nouvelle timeline remplie uniquement des notifications dont les utilisateurs sont susceptibles de se soucier, contrairement aux timelines « Accueil » et « Dernières » qui incluent tous les tweets, juste dans un ordre différent.

Un autre détail important concernant l’intégration d’OpenBack dans Twitter est la confidentialité. L’approche « côté dispositif d’abord » signifie qu’aucune donnée ne doit être collectée et transmise par Internet, ce qui comporte toujours un risque de violation de la sécurité et de la vie privée. Il reste à voir comment Twitter mettra en œuvre et respectera ces mesures de protection de la vie privée, mais il ne serait pas surprenant que l’entreprise trouve un moyen de monétiser ce système, notamment avec des partenaires qui pourraient être prêts à payer des sommes considérables pour recevoir leurs notifications.

Tags : acquisitionOpenBackTwitter
Yohann Poiron

The author Yohann Poiron

J’ai fondé le BlogNT en 2010. Autodidacte en matière de développement de sites en PHP, j’ai toujours poussé ma curiosité sur les sujets et les actualités du Web. Je suis actuellement engagé en tant qu’architecte interopérabilité.